l'ICANN et les nouvelles extensions : une ouverture de l'internet à de nouvelles communautés d'utilisateurs ? - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

l'ICANN et les nouvelles extensions : une ouverture de l'internet à de nouvelles communautés d'utilisateurs ?

Résumé

Awaited since 2006, iCann (internet Corporation for assigned names and numbers), the organisation of international regulation of internet, began on January 12th 2012 to open up the Domain name System by launching the registration procedures and the online tlD application System (top-level Domain i.e. a component of web addresses).iCann manages the tlDs, such as dotfr, dotcom, dotbiz, using a name system, the DNS. The DNS provides the translation of the iP addresses from their digital form into a linguistic form. in 1984, in the rFC920 document, Jon Postel and Joyce reynolds designed the initial set of top-level domains in the DnS made of 5 generic top-level Domains (gtlDs) (.gov, .edu, .com, .org .mil) and 244 country-code top-level Domains (cctlDs) according to the iSo standard 3166-1 for the representation of names of Countries, such as .fr for France. (Klein, p. 123). in order to simplify, only communities referring to a recognized territory or that were economically relevant were considered for representation.Should we consider that the creation of this new tlD offers a new opportunity for discussing the process of the administrative homogenization based on ICANN discourse and the DNS, this web stabilization system? or, more precisely, which territories can adopt iCann's values and representations to guarantee their presence on the web?in 2006, when the tlD for the Catalan linguistic and cultural community (the dotcat) was accepted, a flaw appeared in this stabilized DNS. This region did not have a standard iSo 3166-1, and so was not supposed to be granted a country-code. However, Catalonia obtained a sponsored top-level Domain according to the iSo standard 639-2 for the representation of languages. this aberrant case in the DnS demonstrates that the strategies related to the technocratic structures (FoUCaUlt, 1993) come from political, economic and scientific rationalities, whereas the tactics are akin to métis, the art of trickery and "do-it-yourself" know-how. (De CerteaU, 1990). We will detail this métis in the case of the dotcat registration. Following the dotcat, many projects appeared whose purposes were territorial (such as .berlin, .paris) or cultural and linguistic, such as .bzh (Brittany). But in 2012 the new tlD will be open for companies as well: tlDs such as .boeing or .nike might appear.thus, this question of web addresses is neither anecdotal nor technical. the Url is always displayed in the address bar of a web browser and due to this visible position, it carries an " identity sign " (Jeanneret et al., p. 139). These authors analyze the circulation of writing on the web as social mediation, and they emphasize the role of the Url in the address bar of a web browser compared to the hyperlinks embedded in the text. " Cependant avant même d'exister à l'écran, dans la " page web " ouverte dans le navigateur, le texte peut se trouver qualifié dans une source extérieure - annuaire de recherche, liste d'Url, article de journal spécialisé - par son nom de domaine. " (SoUCHier et al. , p. 61).Within the process of this new tlD registration, the status of a web address may raise two questions:1. What does a tlD users' community mean?these registration modalities open up the black box of the notion of community so widespread throughout the web. How is a TLD users' community defined? The Bzh project's leaders must comply with the ICANN standards (technical and socio-economic). Borders related to physical territory should not appear. they must define a users' community worldwide and no longer at the regional level neither too large, nor too restricted in order to demonstrate the technical, operational, and financial viabilities of the project. Who are the actors who will compose this tlD? through this move, the artefact and its international regulatory body not only monitor the technical distribution of domain names but design the very notion of community on the web. However, there is a difference between a dotbiz community and a cultural and linguistic dotbzh users' community. By comparing the Catalan and the Breton projects and by analyzing the ICANN's TLD applicant's guidebook, we shall discuss the notion of community as related to organizational and political stakes, using the concept of " imagined community " (anDerSon, 2002).2. What are the territories able to exist on the web, to transpose themselves from a " physical " territory to a " web " territory?these registration modalities create a constraining framework that favours compromises between States interests, firms' interests (brands and trademarks) and the DnS stability. this opening-up is labelled as a "democratization process" whereas the cost of registration is growing and the arbitration's proceedings will rely on auction sales. Dealing with this regulation process carried out by an international regulatory body, the various territories (without any legal status of representation in iCann terms) can nevertheless grab the opportunity offered by the cultural diversity argument on the web. We shall detail the felicity conditions for the existence of any given territory on the web, specifying the nature of mediations between a territory and the web in this new frame of reference.Our method is based on 4 interviews of dotbzh project leaders and the analysis of iCann tlD applicant guidebooks conducted since 2008. We shall compare the BZH project with the doctcat project. in order to describe the mediations between a territory and the web, we shall rely on 5 mediations resulting from the analysis of a corpus (collected and designed during our PhD thesis) consisting of 591 websites. this corpus, "Breton regional Web", was indexed using 11 attributes and a 7-step semiotic analysis of each website was conducted in order to show how an attachment to a territory on a website works. this analysis emphasizes the specific importance of the URL as a sign for naming as well as for creating identification with a territorial attachment on the web.
Attendue depuis 2006, l'iCann (internet Corporation for assigned names and numbers), organisme international de régulation de l'internet a autorisé le 12 janvier 2012 une ouverture dans le système de nommage du web en lançant les modalités de création et de dépôt en ligne de nouvelles extensions pour les noms de domaines (composants des adresses web).l'iCann gère les autorisations de noms de domaine, tels que .fr, .com, .biz, selon un système de nommage (DnS, Domain name System). le DnS assure la traduction des adresses internet de leur forme numérique à une forme littéraire. en 1984, dans le document rFC920, Jon Postel et Joyce reynolds ont créé les échelons supérieurs dans le DnS composé de cinq generic top-level Domain ou nom de domaine générique (gtlD) (gov, .edu, .com, .org, .mil) et de 244 tlD country-code ou code-pays (cctlD) correspondant au code iSo 3166-1 du pays concerné, comme .fr pour la France (KLEIN, p. 123). Afin de simplifier, seules les communautés d'utilisateurs ayant un territoire de référence reconnu ou économiquement viables pouvaient être représentées sur le web.en quoi ces nouvelles d'extensions permettent de discuter le processus d'homogénéisation administrative basé sur le discours de l'iCann et ce système de stabilisation du web, le DnS ? ou, plus précisément, quels sont les territoires capables de reprendre les valeurs et les représentations de l'iCann pour assurer leur présence sur le web ?en 2006, la Catalogne crée une faille dans ce système stabilisé en obtenant une extension à caractère linguistique et culturel, le .cat. Cette région n'ayant pas de code iSo 3166-1 n'a pas le droit à un code-pays. elle obtient donc un nom de domaine sponsorisé (sponsored tlD) selon un code pour la représentation des noms de langues iSo 639-2. Ce cas anomique dans le système de nommage montre que les stratégies, liées aux structures technocratiques (FoUCaUlt, 1993) sont issues des rationalités politique, économique et scientifique alors que la tactique se situe dans la métis, l'art de faire fait de ruse et de bricolages (De CerteaU, 1990). nous détaillerons cette métis à partir de la création du .cat. Suite à ce .cat, les projets se sont multipliés à caractère territorial, comme le .berlin, le .paris ou culturel et linguistique, comme le .bzh (Bretagne). Mais, l'ouverture en 2012 de nouvelles extensions concerne également les entreprises puisque des extensions comme .boeing ou .nike pourraient apparaître sur le web.ainsi, cette question des adresses Url n'est pas anecdotique, ni purement technique. l'Url demeure dans la barre d'adressage du navigateur et dès cet emplacement, elle est porteuse d'" un signe d'identité " (Jeanneret et al., p. 139). en analysant la circulation de l'écrit sur le web comme médiation sociale, ces auteurs distinguent les liens hypertextes présents dans le texte des Url des navigateurs. " Cependant avant même d'exister à l'écran, dans la " page web " ouverte dans le navigateur, le texte peut se trouver qualifié dans une source extérieure - annuaire de re cherche, liste d'Url, article de journal spécialisé - par son nom de domaine. " (SoUCHier et al., p. 61).Dans le cadre du dépôt de nouvelles extensions, cette adresse Url pose deux questions :1. Que signifie une communauté d'utilisateurs d'un nom de domaine?Ces modalités de dépôt de candidature obligent à questionner la notion de communauté, si répandue sur le web. Comment est définie une communauté d'utilisateurs d'un nom de domaine ? les porteurs de projet du .bzh doivent répondre aux normes (techniques et socio-économiques) de l'iCann. les frontières liées à un territoire ne pouvant pas apparaître, ils doivent définir une communauté d'utilisateurs à l'échelle mondiale et non plus régionale, ni trop large, ni trop restreinte pour démontrer les viabilités technique, opérationnelle et économique du .bzh. Quels seront alors les acteurs qui composeront cette extension? l'artefact et son organisme international de régulation viennent à formaliser la notion de communauté sur le web. or, il existe une différence entre une communauté d'utilisateurs du .biz et des utilisateurs d'une extension culturelle et linguistique du .bzh. En comparant le projet catalan et le projet breton et en analysant les guides de candidature de l'iCann, nous questionnerons cette notion de communauté liée à des enjeux organisationnels et socio-politiques à partir du concept de communauté imaginée (anDerSon, 2002).2. Quels sont les territoires capables d'exister sur le web, de se transposer du territoire " physique " à un territoire " web " ?Ces modalités de dépôt de candidature ont obligé à concilier les intérêts des États, des entreprises (protection des noms de marque) et la stabilité du DnS. Cette ouverture est portée par un discours de " démocratisation " alors que le coût du dépôt de candidature augmente et que les procédures d'arbitrage reposeront sur des enchères. Face à un processus de régulation porté par un organisme international, les divers territoires, n'ayant pas de statut légal de représentation auprès de l'iCann comme un État, peuvent néanmoins saisir ici l'opportunité de la présence de la diversité culturelle sur le web. nous détaillerons quelles sont les conditions de félicité à réunir pour faire exister certains territoires sur le web en précisant les médiations entre un territoire et ce nouvel univers de référence qu'est le web .la méthode se base sur 4 entretiens semi-directifs avec les porteurs du projet .bzh, le suivi de la préparation du dossier de candidature et l'analyse des guides de candidature de l'iCann depuis 2008. nous comparerons le projet .bzh avec l'analyse du projet et du fonctionnement du .cat. nous pourrons nous appuyer pour décrire les médiations entre territoire et web sur 5 médiations résultant de l'analyse d'un corpus de thèse composé de 591 sites web intitulé " web régional breton ". Ce corpus a été analysé quantitativement à partir de 11 indicateurs et qualitativement avec une méthode d'analyse sémiotique d'un site web en 7 étapes pour présenter ce qui attache à un territoire sur le web. Cette analyse démontre l'importance de l'Url comme signe de nomination, d'identification et d'attachement territorial sur le web.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_1_colloque_cmn_le_bechec_v2.pdf (1.55 Mo) Télécharger le fichier
Origine Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00825937 , version 1 (24-05-2013)
hal-00825937 , version 2 (27-06-2013)
hal-00825937 , version 3 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00825937 , version 3

Citer

Mariannig Le Béchec. l'ICANN et les nouvelles extensions : une ouverture de l'internet à de nouvelles communautés d'utilisateurs ?. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, Roubaix, France. pp.129. ⟨hal-00825937v3⟩
352 Consultations
283 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More