Shooting the dead: Photographs of dead bodies in israeli media - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2012

Shooting the dead: Photographs of dead bodies in israeli media

Résumé

This research focuses on the presentation of dead bodies and the representation of death in the Israeli press. The study analysed the manner in which the Israeli press covers death events in visual terms, and shows how these practices operate as mechanism of inclusion and exclusion. Introduction The use of images presenting dead bodies in news reports is infrequent, despite the conventional wisdom that "what bleeds leads" (Fahmy and Kim 2008; Griffin 2010; Hanusch 2010; Zelizer 2010). This is due to the journalist self-regulations that were established in western countries in relation to mortal images and the sensitivity they bear (Campbell 2004; Hanusch 2010; Zelizer 2010). And yet, such images do appear in the media from time to time. The presentation of images depicting explicit death is not void of ethical, social and political meaning and therefore it is often controversial. The discussion about the presentation of death images and the journalistic practice that was developed in relation to this issue teaches us that death images obtain different attention than other news images. These practices are subject to a fierce debate between different social agents (Griffin 2010; Zelizer 2010). The coverage of death events can elicit feeling of care and compassion, but it can also cause panic, block feelings of sympathy and identification or objectify the dead. In this sense, the ways death images are utilized when reporting death events is significant in the construction of the meaning of the reported event. Accordingly, by studying the representation of death in news reports, we can have a better understanding of the power relations in society and its dominant values. The study here is based on the cultural approach to communication (Carey 1992), according to which communication is not merely a transmission of information, but also a process of constructing and reaffirming mutual beliefs and dominant social values. Cultural actions are projections of ideals and social norms that compose the basis of our society. I chose to focus my scrutiny on the visual representation of death on the news, since contemporary culture in many ways is a visual culture (Carey 2005; Mirzoeff 1998). The proliferation of cameras and the development of new technologies have made our age one where visual communication is a common means of transmitting information. Visual communication did not replace linguistic discourse. Rather, it is a vital supplement that supports verbal texts and helps the addressee to more easily decode the texts in the media. This paper studies the visual coverage of the death events in Israel over 21 years, from the first Palestinian uprising (the Intifada) in December 1987 until 2008. The main argument is that Israeli media employs different modes of covering death events, depending on the national affiliation of the dead. As such, visual representation serves as a mechanism to delineate the boundaries of the Israeli community. Visual Presentation of Death on the News: The Israeli case The newsworthiness of a death event is sometimes in conflict with the values of human dignity and social respect towards the dead. According to Jewish tradition, for example, it is customary to cover the dead body and not openly display it in public (Lamm 1969). One of the functions of the media is to reflect and enforce social norms (Lazarsfeld and Merton 1948). How should death events be reported by the media in a society that perceives the visual presentation of the dead in public as a taboo, and considers such showing as a scorning of human dignity? The Israeli reality of frequent terror attacks has led to a public debate about the proper way to cover such events. On one side of the debate were the journalists, who argued that the media should present reality "as is" and that by self-censoring the reports, the media undermines its raison d'être. On the other hand there were some voices that argued that explicit coverage causes unnecessary panic amongst the viewers and also violates the human dignity of the victims. "It is not within the public's right to know how this and that looks, when he or she is bleeding" (Kasher, in Levi-Barzilay 2005). Thus, the questions around the visual representation of death reflect fundamental values in modern democratic societies that might be in conflict with one another. The public's right to know and freedom of the press might clash with the respect towards the dead, privacy and human dignity. Managing the visibility of death - shaping the visual encounter with death - tells us something about the prevailing values of a society and the power relations between different groups that compose it. Findings The analysis of photographs from 21 years of reporting death events in Israeli newspapers outlines the norms regulating Israeli media coverage of death over time. The analysis confirms the hypothesis that the death of non-Israelis is visually presented more explicitly than the coverage of Israelis, which is mostly restrained and respectful. The Israeli media applies different modes to cover death events based on the identity of the dead. Conclusion Based on the notion of banal journalism (Sonwalkar 2005), according to which journalism serves as a mechanism of inclusion/exclusion, I argue that the norms that apply to the presentation of death delineate different group memberships, with Israeli media routinely distinguishing "us" (Israeli Jews) from "them" (non-Jewish-Israelis and nonIsraelis). The Israeli media respects the human dignity of the members of Israeli society and tends to violate the human dignity of its "others". Thus, the norms governing the representation of dead bodies serve as a means of defining and confirming the boundaries of Israeli society.
La recherche dans ce projet se concentre sur la présentation de cadavres et la représentation de la mort dans la presse israélienne. L'analyse étudie la façon dont la presse israélienne reporte visuellement les évènements mortels, et comment ces pratiques opèrent comme mécanismes d'inclusion et d'exclusion. Introduction L'utilisation des images de cadavres dans les nouvelles n'est pas fréquente, malgré la convention qui suggère que "what bleeds leads". Ceci est dû à l'autoréglementation par les journalistes instaurées dans les pays occidentaux concernant les images de la mort et les sensibilités associées avec (Campbell 2004 ; Hanush 2010 ; Zelizer 2010). Cependant, de telles images apparaissent dans les medias de temps à autre. La présentation d'images contenant la mort est souvent controversée, car elles posent des problèmes de nuances éthiques, sociales, et politiques. La discussion autour de la présentation des images de la mort et des pratiques journalistiques qui ont été développés autour de celles-ci nous apprennent qu'elles attirent l'attention différemment que les autres images présentées dans les nouvelles. Ces pratiques sont sujettes à des débats féroces entre les différents agents sociaux (Griffin 2010 ; Zelizer 2010). Le reportage des évènements mortels peut provoquer des sentiments de compassion, mais aussi de panique et d'objectification de la mort ainsi que le blocage de sentiments de sympathie. D'un côté, la manière dont les images de mort sont utilisées dans le reportage des évènements de la mort est importante dans la construction du sens ou l'interprétation d'un évènement. Ainsi, en étudiant la représentation de la mort dans les nouvelles, on peut mieux comprendre les relations de pouvoir dans la société et les valeurs qui y dominent. Cette étude est basée sur une approche culturelle à la communication (Carey 1992), dans laquelle la communication n'est pas seulement le transfert de l'information mais aussi un processus de construction et de réaffirmation des croyances mutuelles ainsi que les conventions dominantes. Les actions culturelles sont des projections d'idéaux et de conventions qui font partie de la base de notre société. J'ai choisi de me concentrer particulièrement de près sur la représentation visuelle de la mort dans les nouvelles, puisque la culture contemporaine est visuelle de plusieurs façons (Carey 2005 ; Mirzoeff 1998). La prolifération de caméras et le développement de nouvelles technologies font en sorte que la communication visuelle de nos jours est un moyen commun de transmettre l'information. La communication visuelle n'a pas remplacé la communication verbale et linguistique. Au contraire, c'est un complément vital qui aide le contenu verbal et aide le public a mieux décoder les textes dans les médias. Cette recherche étudie la couverture visuelle des évènements mortels en Israël pendant plus de 21 ans, à partir du premier soulèvement (l'Intifada) en Décembre 1987 jusqu'en 2008. L'argument principal est que les médias emploient différents modes de couverture d'évènements mortels, dépendant de l'affiliation nationale des cadavres en question. La représentation visuelle sert donc comme mécanisme qui délimite les frontières de la communauté israélienne. La Présentation Visuelle de la Mort dans les Nouvelle : Le Cas Israélien L'intérêt médiatique d'un évènement mortel est souvent en conflit avec les valeurs de dignité humaine et de respect social envers les morts. Dans la tradition juive traditionnelle, par exemple, le corps d'un cadavre est couvert et non exposé au public (Lamm 1969). Une des fonctions des medias est de refléter et renforcer les conventions (Lazrsfeld and Merton 1948). Comment les évènements mortels devrait-ils être couvert par les médias au sein d'une société qui considère la présentation visuelle des morts en public un sujet tabou et qui pense cela signifie un mépris de la dignité humaine? La réalité israélienne en ce qui concerne les attaques terroristes a suscité un débat public au sujet de la manière dont ces évènements sont couverts. Du point de vue des journalistes, les médias devrait présenter la réalité " comme elle l'est " et que l'autocensure sape leur raison d'être. D'un autre, il y en a qui pensent que la couverture explicite provoque une panique parmi les téléspectateurs et viole la dignité humaine des victimes. " Ce n'est pas un droit publique de savoir à quoi ressemble ceci ou cela, ou quand une personne saigne " (Kasher, in Levi-Barzilay 2005). Ainsi, les questions autour de la représentation visuelle de la mort reflètent les valeurs fondamentales dans les sociétés modernes démocratiques qui peuvent être en conflit l'une avec l'autre. Le droit au public de savoir et la liberté de la presse peuvent être en contradiction avec le respect envers les morts, la confidentialité, et la dignité humaine. La visibilité de la mort - ou la rencontre visuelle avec la mort - nous dit quelque chose donc sur les valeurs dominantes d'une société et les relations de pouvoir entre différents groupes qui la constituent. Résultats L'analyse des photographes au cours de 21 ans de couverture d'évènements mortels dans les journaux israéliens expose les conventions qui régularisent le reportage médiatique de la mort au fil du temps. L'analyse confirme l'hypothèse que la mort de non-israéliens est plus expressément présentée visuellement que celle des israéliens, celle-ci étant plus respectueuse et modérée. Les médias en Israël appliquent donc diffèrent modes de reportage d'évènements mortels basée sur l'identité du corps. Conclusion Fondées sur la notion de journalisme banal (Sonwalkar 2005), dans laquelle le journalisme sert comme mécanisme d'inclusion / exclusion, les conventions s'appliquant à la présentation de la mort délimitent les différents adhésions aux groupes dans la société. Les médias en Israël distinguent régulièrement entre " nous " (Israéliens juifs) et " eux " (Israéliens non-juifs and non-israéliens). Les medias israéliens respectent la dignité humaine des membres de la société israélienne et a tendance à violer la dignité humaine des " autres ". Ainsi, les conventions gouvernant la représentation des cadavres servent comme instrument de définition et confirmation des frontières dans la société israélienne.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00840431 , version 1 (02-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840431 , version 1

Citer

Morse Tal. Shooting the dead: Photographs of dead bodies in israeli media. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. ⟨hal-00840431⟩
321 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More