Youth Generated media in the arab World, an Emerging Public sphere - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2012

Youth Generated media in the arab World, an Emerging Public sphere

Résumé

Information technologies (iCt) have expanded the parameters of the public sphere, enabling various groups to construct online communities, to engage in conversations with the intention of developing shared perspectives, to mobilize their efforts towards a common target, and share their experiences amongst each other and with the world. iCt related activities have facilitated the ability of various arab youth counter-publics to critically interrogate dominant narratives, and to construct alternative venues for cultural politics. the ability to articulate politics of dissent foregrounding young people's experiences of alienation and institutional marginalization in a public medium is especially salient within a dominant arab culture still grappling with modernity. thus, the development and distribution of these narratives is illustrative of digital media's capacity to reorder and enhance the dominant public sphere and, in so doing, become a new site for the continuation of a long tradition of young arabs using alternative media as a form of critical civic engagement. after September 11, 2001, arab mainstream media became an urgent issue for scholars, journalists and politicians. But looking at the many books written on the topic, one is struck by an obsessive focus on news (el nawawy & iskandar, 2002; rugh, 2004) as a shaper of public opinion. at the same time, there was an interest in more popular and controversial forms, particularly reality television as arena of contentious politics (Sakr, 2001, Kraidy & Khalil, 2009; Kraidy, 2010). Both news and entertainment represent the traditional one to many media model that dominated arab public life. less commented on, though no less important, are the multitude of platforms where young people articulate their politics outside the purview of governments. Based on a rich collection of primary textual, visual and ethnographic sources that i have gathered over the last 5 years, this paper tells the compelling story of how youth generated media renewed public life, opening a unique vista on the cultural, social and political tensions that are re-shaping the contemporary arab world. anchored in theories of alternative media, the purpose of this paper is to identify how iCt in the arab world work in tandem with other media platforms to develop means for youth self-expression. one immediate goal is to stimulate discussion about the emerging 'post-revolution' media landscape where iCt has proven to be an important tool. today's arab public life is largely revolving around youth generated media--the types made famous in connection with protests in tunisia, egypt, Syria and elsewhere in the arab world. these include but are not restricted to Facebook, Twitter, blogs, graffiti, videos, songs and other forms of communication developed and circulated by young people with or without the support of adults. as the means of producing and distributing media becomes cheaper, smaller and more accessible, arab youth are appropriating these tools to produce messages in non-traditional forms. the interest of young arabs in politics is evident in the burgeoning of youth generated media and the production of self-expressive artifacts. Benefiting from newly introduced media freedoms, young arabs are increasingly blogging, posting videos online, texting and tweeting. they combine traditional tools for dissent such as demonstrations with iCt based tools like electronic petitions. Unlike their mothers and fathers, young people growing up in the arab world today are increasingly politically informed, socially engaged and media literate. Young arabs, like most youth, do not form a homogenous mass but rather tend to re-group as cohorts within and across national borders, religious affiliations, economic conditions and other variants. to that end, information and communication technologies (iCt) are encouraging and facilitating the emergence of these cohorts in various forms as chat room participants, Facebook mobilization groups, tweet followers, citizen journalists or YouTube video producers/distributors. these resulting artifacts interrogate the hegemonic narratives through the display of alternative cultural politics. They mobilize the democratizing potential of the internet, affording young arabs the ability to become both vernacular creators and active political actors. Moreover, they involve groups, like public intellectuals and women who have traditionally been marginalized from full political participation. The combination of 'off-line' and 'online' activities have provided for a more egalitarian relationship between young people regardless of the ethnic, religious and socio-economic markers, thus empowering this traditionally disenfranchised group to construct alternative politics critical of those constructed through traditional media forms In this paper, I utilize a case study approach to examine the ways in which iCtwere used as platforms to develop, extend or magnify public spaces and voices. these case studies are neither unique nor isolated; they have become part and parcel of arab public life. Pursuing a central theme of this study, cases are selected to represent defining currents in Arab iCt activities as well as their various contributions to the exercise of youth cultural politics. Based on fieldwork in Saudi arabia, lebanon and egypt with young people involved in alternative media projects, the description and analysis of this emerging media space leads to specific conclusions that will underscore specific ICT norms in an increasingly globalizing world. Three case studies will be detailed in the paper. The first involves a Lebanese blogger who lead a global campaign title 'i love Beirut' during the 2006 Israel-Hezbollah. The second discusses the work of the first Saudi female to use her real name when blogging. the third and most recent case focuses on the work of media center established in Beghazi to support the libyan rebels media efforts. the paper concludes that the combined cultural, social and political impact of youth generated media is best understood in terms of shaping new arab selves. For as youth scholarship in the US and europe convincingly argues, young people's access to and ability to articulate their own experiences contributes to the creation of responsible citizens. While there are clear differences between the West and the arab World, youth generated media are clearly contributing to the development of Arab citizens that relate differently to themselves and to their rulers. Youth generated media offer competing visions of the Arab self often materialized in ICT driven artifacts. these youth generated media communicate youth cultural politics by promoting ideas, placating opponents, articulating identities, acting in and reacting to everyday life.
Medias Générés par les Jeunes arabes, une sphère Publique Emergente
Les technologies de l'information et de communication (tiC) ont élargi les paramètres de la sphère publique, permettant à des groupes différents pour construire des communautés en ligne, d'engager des conversations avec l'intention de développer des perspectives communes, de mobiliser leurs efforts vers un objectif collectif, et partager leurs expériences entre eux et avec le monde. Des activités liées aux tiC ont facilités la capacité des différents contre-publics de jeunes arabes d'interroger les récits dominants, et de construire des espaces alternatifs pour la politique culturelle. la capacité d'articuler une politique de dissidence dans un milieu public mettant en avant les expériences d'aliénation et de marginalisation institutionnelle des jeunes est particulièrement saillante dans une culture arabe dominante toujours aux prises avec la modernité. ainsi, le développement et la distribution de ces récits sont une illustration de la capacité des médias numériques pour réorganiser et améliorer la sphère publique dominante. Ce faisant, ils deviens un nouveau site pour la continuation d'une longue tradition de jeunes arabes qui utilisent des médias alternatifs comme une forme essentielle d'engagement civique. après le 11 Septembre 2001, le rôle des grands médias arabes est devenu une question urgente pour les universitaires, les journalistes et les politiciens. Mais en regardant les nombreux livres écrits sur le sujet, on est frappé par une focalisation obsessionnelle sur les nouvelles comme une miniature de l'opinion publique (el nawawy & iskandar, 2002; rugh, 2004). Dans le même temps, il y a un intérêt à des formes plus populaires et controversés, notamment la télé-réalité comme arène de la politique critiquée (Sakr, 2001 ; Kraidy & Khalil, 2009; Kraidy, 2010). les nouvelles et les médias de divertissements représentent une façon traditionnelle de communication : "un à plusieurs". Ce modèle est typique des médias arabes qui ont dominé la vie publique. Moins commenté, mais non moins important, est la multitude de plates-formes où les jeunes expriment leurs politiques en dehors du ressort des gouvernements. Basé sur une riche collection de sources primaires textuelles, visuelles et ethnographiques que j'ai recueilli au cours des 5 dernières années, ce document raconte l'histoire fascinante de la façon dont la jeunesse a générée des médias et renouvelé la vie publique, ouvrant une vue unique sur les tensions culturelles, sociales et politiques qui sont en train de remodeler le monde arabe contemporain. ancré dans les théories des médias alternatifs, l'objectif de ce document est d'identifier comment les TIC dans le monde arabe travaillent en tandem avec les plates-formes d'autres médias pour développer des moyens d'auto-expression pour les jeunes. Un but immédiat est de stimuler la discussion sur l'émergence du paysage "post-révolution" des médias où les tiC se sont avérées être un outil important. la vie publique arabes d'aujourd'hui est largement tournant autour des médias générés par les jeunes - les types rendus célèbre dans le cadre de manifestations en tunisie, en egypte, en Syrie et ailleurs dans le monde arabe. ils incluent, mais ne sont pas limités à Facebook, Twitter, les blogs, les graffitis, vidéos, chansons et autres formes de communication développés et distribués par les jeunes avec ou sans le soutien des adultes. Comme les moyens de production et de distribution des médias deviennent moins chers, plus petit et plus accessible, les jeunes arabes ont approprié ces outils pour produire des messages dans des formes non traditionnelles. l'intérêt des jeunes arabes dans la vie politique est évident dans l'éclosion des médias produite par la jeunesse et la production des artefacts d'auto-expression. Bénéficiant de la liberté des médias nouvellement introduites, les jeunes Arabes ont adopté de plus en plus les blogs, l'affichage des vidéos en ligne et envoyer des SMS et des tweets. ils combinent des outils traditionnels pour la dissidence avec des outils basés sur les tiC comme des pétitions électroniques. Contrairement à leurs pères et mères, les jeunes qui grandissent dans le monde arabe d'aujourd'hui sont de plus en plus politiquement informés, socialement engagés et possède un savoir faire médiatique. Jeunes arabes, comme la plupart des jeunes, ne forment pas une masse homogène, mais plutôt une tendance à se regrouper en cohortes au sein et à travers les frontières nationales, les affiliations religieuses, les conditions économiques et d'autres variantes. Pour cette raison, les tiC encouragent et facilitent l'émergence de ces cohortes, sous diverses formes : comme des participants aux forums, des groupes de mobilisation sur Facebook, des disciples de twitter, journalistes citoyens ou des producteurs/distributeurs de vidéos Youtube. Ces artefacts résultants interrogent les récits hégémoniques en affichant des alternatives politiques culturelles. ils mobilisent le potentiel de démocratisation de l'internet, offrant aux jeunes arabes la possibilité de devenir à la fois créateurs vernaculaires et acteurs politiques actives. Par ailleurs, ils impliquent des groupes, comme des intellectuels et des femmes qui ont été traditionnellement marginalisés de la participation politique complète. la combinaison d'activités en ligne ou déconnecté ont prévu une relation plus égalitaire entre les jeunes, indépendamment des marqueurs ethniques, religieuses et socio-économiques, donnant ainsi des moyens à ces groupes, traditionnellement écartés de construire une politique alternative critique de ceux qui sont construits grâce aux formes traditionnelles des médias. Dans ce papier, j'utilise une approche d'étude de cas pour examiner les façons dont les tiC ont été utilisé comme plates-formes pour développer, étendre ou d'agrandir les espaces et les voix publiques. Ces études de cas sont ni uniques ni isolés, ils sont devenus partie intégrante de la vie publique arabe. Poursuivant un thème central de cette étude, les cas sont sélectionnés pour représenter des courants dans les activités tiC arabes ainsi que leurs diverses contributions à l'exercice de la politique culturelle de la jeunesse. Basé sur un travail de terrain en arabie Saoudite, au liban et au Qatar avec des jeunes impliqués dans des projets de médias alternatifs, la description et l'analyse de cet espace des médias émergents conduit à des conclusions spécifiques qui soulignent les normes particulières des tiC dans un monde toujours plus globalisé. trois études de cas seront détaillées dans le document. la première implique un blogueur libanais qui mènent une campagne mondiale du titre "i love Beirut", lors de la guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah. La seconde décrit le travail de la première femme saoudienne à utiliser son vrai nom sur son blog. la troisième se concentre sur les travaux du centre des médias établis au Beghazi pour soutenir les efforts médiatiques des révolutionnaires libyens. le document conclut que l'impact combiné culturelle, sociale et politique des médias produits par la jeunesse est mieux compris en termes de façonner de nouveaux mêmes arabes. en effet, les études sur la jeunesse américaine et de l'europe soutiennent de manière convaincante, que l'accès des jeunes à des moyens pour articuler leurs propres expériences contribue à la formation de citoyens responsables. Bien qu'il existe des différences claires entre l'occident et le monde arabe, les médias générés par les jeunes ont clairement contribué au développement des citoyens arabes qui se rapportent différemment à euxmêmes et à leurs dirigeants. Ces médias qui offrent des visions contradictoires de l'identité arabes se matérialisent dans des artefacts induites par les tiC. Ces médias générés par la jeunesse ont pus communiquer une politique culturelle par la promotion des idées, apaisant les opposants, articulant des identités, agissant et réagissant à la vie quotidienne.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00840537 , version 1 (02-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840537 , version 1

Citer

Joe Khalil. Youth Generated media in the arab World, an Emerging Public sphere. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. ⟨hal-00840537⟩

Collections

UNIV-LILLE
200 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More