The formation of living and non-living superordinate concepts as a function of individual differences

Résumé : Une approche différentielle de la formation des concepts envisage que ceux-ci dérivent des relations de similarité et de proximité contextuelle entre les objets, leur implication variant selon les individus et le domaine. Pour tester cette hypothèse, une tâche d’appariement opposant un associé thématique et un associé taxonomique de niveau de base a d’abord été proposée à des enfants de 3 ans. Malgré un biais taxonomique, les choix s’ordonnent sur un continuum thématique - taxonomique. Dans une seconde phase, les performances en catégorisation surordonnée sont analysées selon la sensibilité à chaque relation en phase 1 et le domaine. Les enfants les plus sensibles aux relations taxonomiques montrent un avantage pour le vivant mais les scores des enfants les plus sensibles aux relations thématiques ne diffèrent pas selon le domaine. En outre pour le vivant, les performances surordonnées sont corrélées avec les choix en phase 1 ; aucun lien n’est observé pour le non-vivant. Dans l’ensemble, ces résultats appuient un modèle différentiel du développement conceptuel.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-02178850
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : mercredi 10 juillet 2019 - 11:14:37
Dernière modification le : vendredi 12 juillet 2019 - 01:03:40

Identifiants

  • HAL Id : hal-02178850, version 1

Collections

Citation

Solene Kalenine, Françoise Bonthoux. The formation of living and non-living superordinate concepts as a function of individual differences. Current Psychology Letters, 2006, Current Psychology Letters, 19. ⟨hal-02178850⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

13