Ordre, pouvoir et domination en détention

Résumé : Cet article, issu d’une étude qualitative menée dans une maison d’arrêt en France, propose d’analyser et de décrire les formes d’inégalités, de discrimination et de privilèges sur lesquels se fonde l’ordre en détention. Sur la base d’une discussion de différents problèmes théoriques soulevés par l’analyse de la complexité des relations surveillants-détenus, du poids des contraintes sécuritaires sur l’ensemble des logiques d’action, ou encore des jeux d’identités et d’identifications en détention, nous décrivons trois types de position occupées par les détenus : d’abord le « stratège » qui développe un véritable contre-pouvoir tout en participant activement au contrôle des autres détenus ; ensuite le « tacticien » qui, au jour le jour, ruse pour améliorer son quotidien ; enfin, le « soumis » qui est l’objet de persécutions et de formes d’oppression spécifiques. À travers la description de cette structure de domination, nous montrons que l’institution ne vise pas tant à dépersonnaliser les détenus pour fonder de nouvelles identités conformes à l’institution qu’à s’appuyer plus pragmatiquement sur les capacités différentielles d’initiative et les inégalités sociales en détention pour minimiser les sources de désordre. In fine, ce constat nous conduit à proposer une redéfinition partielle du concept d’institution totale.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-02442178
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : jeudi 16 janvier 2020 - 12:47:24
Dernière modification le : vendredi 17 janvier 2020 - 01:37:36

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Gilles Chantraine. Ordre, pouvoir et domination en détention. Criminologie, Presses de l’Université de Montréal, 2005, Criminologie, 37 (2), pp.197-223. ⟨10.7202/010710ar⟩. ⟨hal-02442178⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

19