Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Une petite entreprise qui ne connaît pas la crise

Résumé : Il est paradoxal de constater que la vidéosurveillance se diffuse dans de nombreux espaces sociaux et nationaux alors même que ses effets en termes de prévention et/ou de répression de la délinquance et de réassurance des populations ne sont pas démontrés. À travers une analyse critique de la littérature internationale sur la vidéosurveillance, l’article s’attache à identifier les différents schèmes explicatifs qui sont mis en avant pour comprendre la fortune de cette technologie. Trois types d’approche, qui constituent autant de façons de problématiser la portée sociale et politique de la vidéosurveillance, sont distingués : les surveillance studies, les études d’impact et les analyses d’usages. L’article discute ces travaux et les réponses qu’ils apportent à la compréhension du développement de la vidéosurveillance. Il souligne l’intérêt de travailler par analyse de cas, à l’échelle microsociologique, pour saisir avec finesse les mécanismes localement observables par lesquels de nouveaux acteurs sont enrôlés dans le dispositif et de nouvelles légitimations rendues possibles.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-02521413
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : vendredi 27 mars 2020 - 13:41:23
Dernière modification le : mercredi 14 octobre 2020 - 04:20:26

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Anne-Cecile Douillet, Séverine Germain, Laurence Dumoulin. Une petite entreprise qui ne connaît pas la crise. Champ Pénal, Champ pénal, 2010, Champ Pénal, ⟨10.4000/champpenal.7931⟩. ⟨hal-02521413⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

196