Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

L’impact de la fragmentation des mémoires collectives nationales sur la politique étrangère : le cas de la France

Résumé : Comment les changements dans les conditions de la gouvernance des mémoires collectives nationales influencent-ils la politique étrangère ? Le recours à des représentations du passé intersubjectivement partagées constitue une ressource pour la prise de décision et pour la justification de la politique étrangère. Dans cette optique, l’article identifie cinq facteurs qui fragilisent la capacité des gouvernements à gouverner les mémoires nationales et explore deux conséquences principales. D’abord, l’utilité justificatrice du recours à l’histoire est de plus en plus limitée. Ensuite, la disparition d’une mémoire collective consensuelle peut conduire à l’émergence du « présentisme » comme mode de temporalité dominant dans les processus de décision. Cette réflexion est illustrée à l’aide d’une analyse empirique du cas de la France, pays dont la politique étrangère se distingue par une forte tradition du recours à l’histoire nationale.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [102 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.univ-lille.fr/hal-02623525
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : mardi 26 mai 2020 - 08:28:29
Dernière modification le : mercredi 3 juin 2020 - 03:54:05

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2021-01-01

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

Collections

Citation

Eric Sangar. L’impact de la fragmentation des mémoires collectives nationales sur la politique étrangère : le cas de la France. Études internationales, 2019, Études internationales, 50 (1), pp.39-68. ⟨10.7202/1062816ar⟩. ⟨hal-02623525⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

12