Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Passer pour des professionnels. Travail d’accompagnement et frontière du genre pour les étudiants hommes sages-femmes et assistants sociaux

Résumé : Les professions de sage-femme et d’assistant·e social·e accordent une place centrale au travail d’accompagnement. Pour exercer, il faut alors être identifié·e comme un·e professionnel·le légitime par les patientes et usager·e·s : c’est une condition pour instaurer un lien de confiance. Pour les étudiant·e·s encore en formation, l’enjeu est redoublé. Ne pouvant mettre en avant leur expérience ou leur diplôme, elles/ils doivent malgré tout être considéré·e·s lors des stages comme détenteurs/trices des savoirs et savoir-faire professionnels. En mobilisant une conception élargie de la notion de passing (Bosa, Pagis et Trépied, 2019), on peut en fait dire qu’elles/ils doivent passer pour des professionnel·le·s (Boni-Le Goff, 2015). Autrement dit, elles/ils doivent déployer des efforts, conscients ou non, pour bénéficier d’une ascription à une catégorie professionnelle à laquelle elles/ils pourraient ne pas être assigné·e·s (Garfinkel, 1967). Si tou·te·s les étudiant·e·s sont concerné·e·s par un tel travail de passing, il s’exprime sous des modalités spécifiques pour les hommes. Alors que leur appartenance de sexe ne correspond ni à la réalité démographique, ni à la construction sociale de ces professions « féminines », comment passent-ils pour des sages-femmes ou des assistants sociaux ? Cette communication étudie cette question à partir de 420 heures d’observation en formation (cours, stage, sociabilité…) et d’entretiens avec 58 étudiants et 35 enseignant·e·s et professionnel·le·s. Elle montre que le passing professionnel des étudiants est parfois mis à mal du fait de leur appartenance de sexe. Ils développent alors des stratégies consistant à modeler la frontière du genre pour passer malgré tout : ils travaillent leur présentation de soi, mettant en avant d’autres principes de catégorisation que le sexe et/ou adoptant des postures et attitudes dites « féminines ». Ces stratégies s’expriment différemment d’un étudiant à l’autre. Apprendre à passer est un processus situé qui s’inscrit sur le temps long de la formation et, surtout, qui dépend des dispositions de classe et de genre des étudiants. En adoptant une grille de lecture en termes de rapports de pouvoir, cette communication alimente ainsi une réflexion sur le passing professionnel à partir d’un cas peu étudié où l’enjeu porte sur des dominants (Beydoun et Wilson, 2017). Pour eux, le travail corporel, postural et vocal du passing, mais aussi les rétributions et sanctions matérielles et symboliques dont il est vecteur, prennent des formes particulières, qui renvoient à leur position privilégiée dans l’ordre du genre. La présentation éclaire aussi l’articulation entre catégorisations sexuées et professionnelles, contribuant ainsi à l’examen sociologique des frontières du genre et des professions, de leurs intersections et de leurs (ponctuelles) variations.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-02942515
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : vendredi 18 septembre 2020 - 07:32:59
Dernière modification le : samedi 19 septembre 2020 - 04:24:24

Identifiants

  • HAL Id : hal-02942515, version 1

Collections

Citation

Alice Olivier. Passer pour des professionnels. Travail d’accompagnement et frontière du genre pour les étudiants hommes sages-femmes et assistants sociaux. 17èmes Journées Internationales de Sociologie du Travail, Nov 2020, Lausanne, Suisse. ⟨hal-02942515⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

12