Durées courtes, journées longues - Université de Lille Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Nouvelle Revue du travail Année : 2017

Durées courtes, journées longues

Résumé

Working time diversification has made it harder to measure total working hours while blurring the boundaries between actual and “free” working time. The present text seeks to assess the magnitude and consequences of this confusion within a working day framework by comparing two specific working time measurements : one corresponding to the magnitude of the working day (the time elapsing between the start of the first working period and the end of the final one) ; and a second referring to average daily working hours calculated using weekly totals and the number of days actually worked. The relationship between these two quanta might then be deemed to measure the density of daily working time. Analysis of this indicator reveals that certain professions are affected more than others. The fragmentation of working hours impacts monthly compensation and is sometimes a kind of trickery used to get around paying minimum wage. Hence the questions raised here about the social significance of these workforce management mechanisms and the different ways that working hours are counted.
La diversification des temps de travail rend de plus en plus complexe la mesure des durées et plus floues les frontières entre temps de travail effectifs et temps « libres ». L’objectif de cette contribution est d’essayer de mesurer l’importance et les conséquences de cette confusion dans le cadre de la journée de travail. En effet, il s’agit ici de mettre en relation deux durées spécifiques : la première correspond à l’amplitude de la journée de travail (entre le début de la première période travaillée et la fin de la dernière période travaillée) tandis que la seconde renvoie à une durée journalière moyenne calculée à partir de la durée hebdomadaire et du nombre de jours travaillés. Le rapport entre ces deux valeurs peut alors être considéré comme une mesure de la densité du temps de travail quotidien. L’analyse de cet indicateur fait apparaître que certaines professions sont particulièrement concernées. Le recours à des temps de travail fragmentés se répercute alors sur les rémunérations mensuelles et peut s’apparenter parfois à des mécanismes de contournement du SMIC. Il interroge à la fois la signification sociale de ces mécanismes de gestion de la main d’œuvre et les façons dont le temps de travail est décompté.

Domaines

Sociologie
Fichier principal
Vignette du fichier
nrt-3272.pdf (585.39 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Dates et versions

hal-03051993 , version 1 (10-12-2020)

Licence

Identifiants

Citer

Amandine Barrois, Francois-Xavier Devetter. Durées courtes, journées longues. Nouvelle Revue du travail, 2017, La nouvelle revue du travail, ⟨10.4000/nrt.3272⟩. ⟨hal-03051993⟩

Collections

CNRS UNIV-LILLE
24 Consultations
41 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More