Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Les conséquences politiques de la traduction néomanagériale de la compensation : l’impensé systémique

Résumé : La compensation écologique telle que traduite par les cabinets de conseil depuis la loi sur la biodiversité de 2016 s’adapte aux logiques de performance du New Public Management. Les mesures compensatoires qui en découlent reposent sur les principes de quantification sélective et de substituabilité de la biodiversité, qui contribuent à réduire la complexité des interdépendances entre milieux sociaux et milieux naturels. Cela contribue à valoriser la valeur économique de la biodiversité au détriment de sa valeur systémique. Nous souhaitons montrer le décalage entre, d’une part, la création de l’instrument « compensation » destinée à lutter contre l’érosion de la biodiversité et, d’autre part, les conséquences de sa mise en œuvre sur la reconnaissance des irréversibilités écologiques.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-03158688
Contributeur : Lilloa Université de Lille Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : jeudi 4 mars 2021 - 09:42:19
Dernière modification le : mercredi 3 novembre 2021 - 09:01:56

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Remy Petitimbert, Clemence Guimont. Les conséquences politiques de la traduction néomanagériale de la compensation : l’impensé systémique. Revue Développement Durable et Territoires, 2018, Revue Développement Durable et Territoires, 11 (2), ⟨10.4000/developpementdurable.17493⟩. ⟨hal-03158688⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

24