Parcours de socialisation politique d’ingénieurs au travail - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Revue Française de Science Politique Année : 2019

Parcours de socialisation politique d’ingénieurs au travail

Résumé

In political sociology, identifying the social spaces, interpersonal networks, and specific temporalities of political socialization is a challenge. Certainly, some of the groundwork is laid by the diachronic distinction between primary and secondary socialization, via the role of interpersonal networks and institutions of reference: family, school, peers, couple, friends. However, the place given to work in this perspective has remained insufficient: for a long time, the study of work was subsumed by the analysis of socioprofessional categories and class voting, and work itself was consequently relegated to the background, probably owing to a renewed interest in primary socialization and commitments outside work. Furthermore, it is methodologically difficult to find stable quantitative correlations explaining the relations between work and politics. As a result, levels of educational attainment, employment status, and autonomy at work have been taken as less significant variables than the “values” and “skills” attached to a professional activity. This contribution therefore proposes to consider the professional sphere as an “elementary framework,” continuing from work that analyzes the role of “the everyday and the instituted” in individuals’ ordinary relations to politics. It aims to understand the processes by which individuals who are members of the same professional group—in this case, engineers—“subscribe to this or that vision of politics, the authorities, the state,”…
Se penchant sur la manière dont le travail impacte les rapports ordinaires au politique d’un petit groupe d’ingénieurs en nanotechnologies, l’article propose une articulation des moments clés de leur socialisation politique et contribue par là à l’analyse des logiques de production des opinions politiques des membres de catégories moyennes supérieures, exerçant une profession technique. Dans un premier temps, si les ingénieurs interrogés sont d’abord socialisés politiquement dans leur famille (le plus souvent à droite), ils prennent leur distance avec cet héritage du fait de l’acquisition au cours de leur apprentissage professionnel d’un schème technoscientifique d’appréhension du politique. Ensuite, leur carrière professionnelle prend soit un cours collectif, axé sur le maintien d’une professionnalité technique, soit un cours plus individuel et tourné vers des objectifs plutôt managériaux, ces deux types de trajectoires infléchissant vers la gauche ou la droite leur lecture du politique. Cette orientation est encore infirmée ou confirmée ultérieurement, selon la configuration et l’évolution de l’entourage social interpersonnel, particulièrement de ses composantes professionnelles ou extra-professionnelles. Ainsi la conjugalité et les amis peuvent faire contrepoids ou aller dans le sens de la socialisation politique au travail.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-03160213 , version 1 (05-03-2021)

Identifiants

Citer

Ivan Sainsaulieu, Muriel Surdez, Eric Zufferey. Parcours de socialisation politique d’ingénieurs au travail. Revue Française de Science Politique, 2019, Revue française de science politique, 69 (3), pp.439-459. ⟨10.3917/rfsp.693.0439⟩. ⟨hal-03160213⟩

Collections

CNRS UNIV-LILLE
23 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More