Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

Saisir les transitions par l’économie politique. Un capitalisme agraire d’après-guerre en Colombie

Abstract : Les « sorties de conflit » sont, à de multiples égards, des situations minées pour les sciences sociales. Non pas parce qu’elles poseraient des problématiques spécifiques du point de vue de l’accès à des terrains dits « difficiles », mais bien davantage parce qu’elles sont saturées d’une pensée téléologique et exceptionnaliste ainsi que de préceptes normatifs. L’idée même de « sortie » implique que la guerre laisse place progressivement à la paix dès lors que la violence s’éteint pour faire place à une nouvelle ère. En réalité, deux dimensions intimement liées sont en jeu dans ces conjonctures. D’une part, la labellisation de situations comme relevant des techniques, instruments et technologies politiques du post-conflit. Dans de multiples situations, des gouvernements, des agences d’aide et des acteurs politiques divers s’efforcent de faire valoir une désignation de « post-conflit », qui transforme leur poids relatif, leur fournit de nouvelles ressources ou leur donne un surcroît de légitimité pour prendre en charge un certain problème. En même temps, l’on peut également désigner les conjonctures de sortie de conflit comme des situations de forte variation dans la valeur des capitaux guerriers : capacité à utiliser la violence, à mobiliser des professionnels de son utilisation ou encore à nouer des alliances au sein d’un même espace d’affrontement. La baisse relative dans la valeur de ces capitaux s’accompagne de la nécessité de jeter ses efforts dans d’autres tâches, afin par exemple de transformer une emprise armée sur le territoire en pouvoir institutionnellement reconnu, ou encore un butin de guerre en propriété juridiquement attestée. L’approche par l’économie politique fait apparaître une dimension supplémentaire de ces conjonctures. À l’instar d’autres situations de transition et de rupture (post-coloniale, post-communiste ou encore catastrophes) les sorties de conflit se caractérisent par une redéfinition conflictuelle de ce qui relève du politique et de ce qui relève du marché, c’est-à-dire de ce qui est gouverné par des choix collectifs et conflictuels et de ce qui est présumé appartenir à un espace apolitique mû par les lois de l’économie. Dans la mesure où elles remettent en jeu la question de la répartition de la propriété, de l’appartenance au corps politique et des registres légitimes de justice matérielle, les sorties de conflit apparaissent comme des points de vue privilégiés sur la façon dont le domaine de l’économie est socialement et politiquement construit sur la base de rapports de pouvoir spécifiques.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-03418634
Contributeur : Lilloa Université de Lille Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : lundi 8 novembre 2021 - 08:18:05
Dernière modification le : mardi 9 novembre 2021 - 04:05:07

Identifiants

  • HAL Id : hal-03418634, version 1

Collections

Citation

Jacobo Grajales. Saisir les transitions par l’économie politique. Un capitalisme agraire d’après-guerre en Colombie. Padovani, Florence; Lysaniuk, Benjamin. Gestions des transitions. Anticiper, subir, réagir, planifier, L'Harmattan, pp.113-139, 2019, 978-2-343-18220-9. ⟨hal-03418634⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

24