Capacités motrices et capacités langagières d’enfants de 5 à 8 ans : leurs interrelations - Université de Lille Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Revue Française de Linguistique Appliquée Année : 2001

Capacités motrices et capacités langagières d’enfants de 5 à 8 ans : leurs interrelations

Résumé

Speech production involves motor processes, which raise several questions. Are they organized in a specific manner ? Is the motor organization of phonation related to some general motor organization ? We opted for the hypothesis of an effector-free sequential representation, in accordance with Keele’s modular theory (1995), which assumes that sequence representations are stored as ordered collections of abstract tokens, and independent from any particular motor system. Difficulties in the functioning of this module should appear in various forms of motricity involving production of sequences, in speech as well as in various motor activities. Interrelations between results obtained at several language tasks and motor tasks were studied with 67 children from 5 to 8 years old. The most obvious result is the significant difference in the ability of reproducing rhythms depending on whether the child has language difficulties or not. These data lead to a stronger reliance in a motor approach of the language difficulties.
La production de la parole implique des processus moteurs dont on peut se demander s’ils sont organisés de manière spécifique. Y a-t-il des liens entre l’organisation de la motricité de la phonation et l’organisation motrice en général ? Nous avons retenu l’hypothèse d’une représentation séquentielle indépendante de l’effecteur concerné, selon la théorie modulariste de Keele (1995), qui suppose que les séquences représentationnelles sont stockées comme des collections ordonnées d’outils abstraits, indépendants de tout système effecteur particulier. Des difficultés de fonctionnement de ce module représentationnel devraient se manifester dans différentes formes de motricité sollicitant la production de séquences, tant dans le langage oral que dans différentes activités motrices. Les interrelations entre les résultats à différentes épreuves de langage et épreuves motrices ont été étudiées chez 67 enfants de 5 à 8 ans. Le résultat le plus saillant est la différence significative d’efficacité à reproduire des rythmes selon que l’enfant est ou non en difficulté de langage. Ces résultats renforcent la pertinence d’une approche motrice dans l’étude des difficultés langagières.

Domaines

Psychologie
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-03686549 , version 1 (02-06-2022)

Identifiants

Citer

Annie Mansy, Marie-Luce Hamard, Frédéric Fourchard, Philippe Marchois, Alain Guerrien. Capacités motrices et capacités langagières d’enfants de 5 à 8 ans : leurs interrelations. Revue Française de Linguistique Appliquée, 2001, Revue Française de Linguistique Appliquée, 6 (1), p.7-20. ⟨10.3917/rfla.061.0007⟩. ⟨hal-03686549⟩
12 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More