Salarié·es en procès. La remise de soi aux avocat·es et ses effets sur les représentations de la justice. - Université de Lille Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Genèses. Sciences sociales et histoire Année : 2022

Salarié·es en procès. La remise de soi aux avocat·es et ses effets sur les représentations de la justice.

Résumé

Although the use of lawyers is not compulsory before the French employment tribunal (called Conseil des prud’hommes), 85% of the litigants are represented. This article relies on an investigation conducted with private sector employees involved in litigation and shows that leaving a legal case to a lawyer and experiencing the legal process (from the introduction of the request to the decision) shape and modify employees’ expectations and representations of the legal system as an institution within which they can assert their rights.
Alors que le recours aux avocat·es n’est pas obligatoire devant le conseil des prud’hommes, 85 % des justiciables y font appel. À partir d’une enquête auprès de salarié·es du secteur privé en procès, cet article montre que la remise de soi aux avocat·es et l’expérience de la procédure judiciaire, de l’introduction de la requête à la décision, transforment les attentes et représentations que les salarié·es se font de la justice comme institution au sein de laquelle faire valoir leurs droits.
Fichier principal
Vignette du fichier
Genèses_preprint.pdf (407.2 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-03837953 , version 1 (07-12-2022)
hal-03837953 , version 2 (25-01-2024)

Identifiants

Citer

Aude Lejeune. Salarié·es en procès. La remise de soi aux avocat·es et ses effets sur les représentations de la justice.. Genèses. Sciences sociales et histoire, 2022, Genèses, n° 128 (3), pp.56-77. ⟨10.3917/gen.128.0056⟩. ⟨hal-03837953v2⟩
30 Consultations
19 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More