L’extrémisme au nom de la liberté de presse ? Tageszeitung junge Welt contra Verfassungsschutz (2021) - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2022

L’extrémisme au nom de la liberté de presse ? Tageszeitung junge Welt contra Verfassungsschutz (2021)

Résumé

The German Office for the Protection of the Constitution has been monitoring the Left Party (Die Linke, formerly the Party of Democratic Socialism PDS) for many years, and in particular certain groups and currents within the party, such as the Communist Platform. The accusations revolve around calls for revolution and support for violence: actions around the G8 or G20, for example. Within this extreme left-wing movement, the Office for the Protection of the Constitution also placed a daily newspaper under observation for its support of these groups and currents: junge Welt, the former official organ of the FDJ (German Free Youth) in the GDR, which presented itself as the only Marxist daily. Although the newspaper has been under observation since 1998, the publisher and editorial staff decided in September 2021 to strike a blow by filing a summary judgment against the state/government on September 10, 2021, in the name of "press freedom" with the Berlin Administrative Court. The editors' main argument is the loss of advertising revenue inherent in this mention in the report. Pending the verdict, this study aims to analyze the newspaper's argumentation in this case, to evaluate it in relation to its positions in a context of current events marked by violence (the antivax movement, for example, the commemoration of the terrorist attacks of September 11, 2001, the election campaign), in order to rule on its positioning between radicalism and violence. Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)
L’office allemand pour la protection de la constitution a placé le parti de gauche (Die Linke, avant lui le parti du socialisme démocratique PDS) sous observation depuis de longues années et notamment certains groupuscules, certains courants du parti comme la Plate-forme communiste. Les accusations s’articulent autour de l’appel à la révolution et du soutien à la violence : actions autour des G 8 ou G 20 par exemple. Dans cette mouvance d’extrême gauche, un quotidien se trouve également placé sous observation par l’Office pour la protection de la constitution en raison de son soutien à ces groupuscules et courants : le junge Welt ancien organe officiel de la FDJ (Jeunesse libre allemande) en RDA, qui se présente comme seul quotidien marxiste. Si la mise sous observation du journal n’est pas nouvelle (1998), l’éditeur et la rédaction ont décidé en septembre 2021 de frapper un grand coup et de déposer plainte en référé contre l’État/ le gouvernement le 10 septembre 2021 au nom de la « liberté de presse » auprès du Tribunal administratif de Berlin. La rédaction argue du reste principalement du manque à gagner en matière de recettes publicitaires inhérent à cette mention dans le rapport.Dans l’attente du verdict, la présente étude se propose d’analyser l’argumentation du journal dans cette affaire, de l’évaluer par rapport à ses prises de position dans un contexte d’actualités marquées par la violence (Mouvement des antivax par exemple, commémoration des attentats terroristes du 11 septembre 2001, campagne électorale), afin de statuer sur son positionnement entre radicalité et violence.

Domaines

Histoire
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-04113882 , version 1 (01-06-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-04113882 , version 1

Citer

Dominique Herbet. L’extrémisme au nom de la liberté de presse ? Tageszeitung junge Welt contra Verfassungsschutz (2021). Violence et radicalité, Jun 2022, Bordeaux, France. ⟨hal-04113882⟩
7 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More