Théories du citoyen ordinaire et démocratie directe : la fin d’un ostracisme ? - Université de Lille Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Raisons politiques Année : 2022

Théories du citoyen ordinaire et démocratie directe : la fin d’un ostracisme ?

Résumé

The article focuses on the “theories of the ordinary citizen”, by reference to the current in democratic innovation theories aimed at promoting collective intelligence and the ordinary citizen. It shows in the first part that the main relevant approaches in this current (minipublics, digital democracy, liquid democracy) ignore or criticise mechanisms of direct democracy such as the referendum or popular initiative, and rather seek to propose solutions to democratise representative democracy. However (second part), some recent works stand out from the mainstream and rehabilitate the referendum, or certain types of referendums, within the framework of a procedural approach mobilising the institutional design, or of a global approach interested less in the specific qualities of the device than in its role in the global political system. These works testify to an awareness of the impossibility of regenerating democracy while leaving aside direct democracy. The third part of the article outlines the foundations of a normative and empirical theory of direct democracy and argues that such a theory must today deal primarily with the question of the systemic impact of the referendum, against the traditional focus on its democratic quality.
L’article prend pour objet les « théories du citoyen ordinaire », en référence au courant des théories de l’innovation démocratique visant à promouvoir l’intelligence collective et le citoyen ordinaire. Il montre dans une première partie que les principales approches relevant de ce courant (mini-publics, démocratie digitale, démocratie liquide) ignorent ou critiquent les procédés de démocratie directe tels que le référendum ou l’initiative populaire et s’attachent plutôt à proposer des solutions pour démocratiser la démocratie représentative. Pour autant (deuxième partie) certains travaux récents se détachent du mainstream et réhabilitent le référendum, ou certains types de référendums, dans le cadre d’une approche procédurale mobilisant le design institutionnel, ou d’une approche globale s’intéressant moins aux qualités propres de l’instrument qu’à son rôle dans le système politique. Ces travaux témoignent d’une prise de conscience de l’impossibilité de régénérer la démocratie en faisant l’impasse sur la démocratie directe. La troisième partie de l’article esquisse les bases d’une théorie normative et empirique de la démocratie directe, et soutient qu’une telle théorie doit s’intéresser aujourd’hui prioritairement à la question de l’impact systémique du référendum, à rebours de la focalisation traditionnelle sur sa qualité démocratique.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-04387676 , version 1 (11-01-2024)

Identifiants

Citer

Laurence Morel. Théories du citoyen ordinaire et démocratie directe : la fin d’un ostracisme ?. Raisons politiques, 2022, Raisons politiques, 88 (4), pp.27 - 43. ⟨10.3917/rai.088.0027⟩. ⟨hal-04387676⟩
5 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More