Ce que l'on apprend dans la marge. Intrication entre marginalité et transgression chez Antoine d'Agata - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2023

Ce que l'on apprend dans la marge. Intrication entre marginalité et transgression chez Antoine d'Agata

Résumé

« On vit dans un confort qui fait qu’on a décidé de ne pas… on a laissé à l’abandon des pans entiers de la société qui sont livrés à eux-mêmes, qui sont démunis » : c’est par ces mots que l’écrivain-photographe contemporain Antoine d’Agata justifie, dans L’Heure Bleue, son nomadisme et son choix de « vivre avec ceux qui sont de l’autre côté », soit auprès de ceux que Bertrand Ogilvie nomme « population-poubelle », ces « populations excédentaires » que les pays peuvent se permettre d’ « abandonner à leur sort ». C’est dans ce contexte qu’il élabore ses ouvrages photolittéraires, autant de variations d’une « autobiographie née du voyage et de l’errance ». Ses territoires de prédilection sont les « zones de non-droit, territoires de tous les écarts, refuges de spécimens d'humanité blessée, espaces clos et privilégiés où la bestialité sape la bienséance et les règles sociales », « zones et réseaux de survivance où prennent forme la marginalité, la résistance, la révolte des classes misérables ». Un espace, toutefois, se distingue de ces zones marginales : l’espace prostibulaire (de prostibulum, « lieu de prostitution ») « espace de subversion redoutable » où s’élabore une communauté férale, barbare, résistante. La marge est ainsi pour Agata synonyme de transgression : transgression spatiale, puisqu’elle consiste à se rendre dans les angles morts du visible ; transgression morale, puisqu’elle permet d’accéder à un mode de vie subversif où les valeurs se renversent. Cette intervention analysera la manière dont l’errance dans les espaces marginaux et hétérotopiques en général (et l’espace prostibulaire en particulier) permet à Antoine d’Agata d’élaborer une poïéthique transgressive. Nous proposons ainsi d’interroger la manière dont l’ethos d’Agata – qui ne marque aucun distinguo entre son existence et son œuvre – s’imprègne de ses séjours dans les marges, auprès des communautés marginales.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-04463638 , version 1 (17-02-2024)

Identifiants

  • HAL Id : hal-04463638 , version 1

Citer

Nina Bigot. Ce que l'on apprend dans la marge. Intrication entre marginalité et transgression chez Antoine d'Agata. Journée d'études "Marges, marginaux, marginalités", Doctorales de l'ED3, Sorbonne Université, Mar 2023, Paris, France. ⟨hal-04463638⟩
9 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More