Nouveaux médias en Russie postsoviétique : nouvelles formes de l'espace public ? - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Nouveaux médias en Russie postsoviétique : nouvelles formes de l'espace public ?

Résumé

Our paper focuses on the social insertion of digital communication devices in the post-Soviet Russian society and the role of these tools in the emerging of public debates. Nowadays in Russia a remarkable paradox can be observed. Despite the important media and culture offer, there is a strong control of media space and public space. The mass media (especially TV channels) that constitute the dominant part of the Russian public sphere are subject to a complex system of censorship and they are increasingly mobilized as tool for and public political communication or propaganda. We may enumerate several ways of direct and indirect control on mass media, such as, for example, the direct purchase of media by state structures and societies linked with the State; the legal media editors and journalists; the financial pressure from the tax authorities and police and so on. State power has entered in the media again as a major actor and main controller. But the state is not the only actor on the initiative of the debates. For some years, in Russia there is a strong "social insertion" of socio-technical devices of communication, which can characterize the Russian version of the use of ICT.According to statistics of the Russian search engine Yandex, 85% of Russian Internet users participate in a social network, 34% of them have their own blogs, and 46 million Russians use the Internet in 2011. From our point of view, the relative success of these digital tools can be explained by the transformation of practices within the Russian public sphere (Habermas, 1978). In the conditions where access to public sphere is denied to certain social actors, they seek to use these "alternative" digital devices, unconventional compared to the mainstream mass media to make they visible, activate the public sphere or create new forms of space and influence decisions of power. In Russia, for some years, I observe several cases where the subjects and events that were previously almost absent in the discourse of mainstream media become visible and controversial in society after their passage through the "new media". These events related to the issues of corruption and abuse of power in the Russian police (Major Dymovski, the case of "human shield", the movement of the "blue seal"), the inequality social (the accident the vice-president of the oil company "Lukoil") and ecology (the struggle for the protection of the Khimki Forest). When the mainstream media are mobilized by the state to escape the problem of legitimacy, to simulate the debate and participation and to manage the tensions in some areas, these "new media" structure the discussions and create non-formal "societal public sphere" (Miège, 2010). My paper shows how certain themes and societal issues came from these informal verbal exchanges in social networks are able to feed the public debate and, in part, influence the mainstream media and administrative decisions of the power. Areas of information and debates that are organized through the socio-technical tool to preserve the diversity of views and challenge the power of standardization, uniformity, and the injection of the debates in the media become the mean of analysis of situation in Russia. Our paper shows the strategies of different actors (government, associations, and social movements) towards the digital networks, the balance of power between them and the emergence of new entrants. We question the issues and strategies of different social actors in relation to digital communication tools and power relations of these actors.In our case, the development of networks and digital devices in Russia is part of the logic of existence in this country of parallel media and cultural production. These devices that are used in modern Russia to create the independent opinions may be seen as optional to the traditional media. Our idea is that the emergence of "new" social issues in public debate can be explained by the multiplication and growth of strategies of political actors and society. This space does not come from ICT but it is influenced by ICT. The "old" actors (social movements, non-institutionalized political parties, media players) looking to expand their scope, create the debates, make themselves visible.To conduct this research we have chosen to articulate three different but complementary methods. First of all, we analyze the public discourse of Russian leaders Vladimir Putin and Dmitry Medvedev with the aim to understand the propaganda model of political communication and the symbolic values of Russian society. These texts taken from the official sites of the Prime Minister and the Russian President demonstrate how the paternalistic discourse contributes to the monopolization of the public sphere. In a second time, we converse with bloggers from the platform "Livejournal". This choice is explained by the large number of blogs it hosts (13 million users in November 2011 according to TNS) and the political and societal issues that it deals. We give priority to bloggers with a large audience, accumulating a considerable number of comment and discussion. These interviews allow us to determine the socioprofessional categories represented by these bloggers. Finally, we analyze the content of blogs entries and discussions that follow. This analysis shows the emergence of discussions about topics missing in the mainstream media (ecology, corruption, critics of power) and the appearance of public sphere that results from self publicizing private opinions under the protection of these digital devices. Studying the process of penetration of these discourses into the public sphere highlights the reversal of the reports of political forces.
Notre communication s'intéresse à l'ancrage social des dispositifs numériques de communication dans la société russe postsoviétique et au rôle de ces dispositifs dans l'émergence des débats publics. Actuellement en Russie nous observons un paradoxe remarquable : malgré l'offre médiatique et culturelle importante, il existe une forte emprise de l'espace médiatique et l'espace public politique. Les médias de masse (et surtout les chaines télévisées) qui constituent la partie dominante de l'espace public russe, sont soumis au système de censure complexe et sont de plus en plus mobilisés comme outils de la communication public et politique, voire de la propagande. Nous pouvons citer plusieurs moyens de contrôle direct et indirect des médias de masse, comme, par exemple, le rachat direct des médias par les structures d'Etat ou les sociétés affilées avec l'Etat ; la poursuite juridique des médias, des rédacteurs et des journalistes ; la pression financières de la part des services fiscaux et policiers etc. Le pouvoir d'Etat s'immisce à nouveau dans le domaine médiatique en tant qu'acteur et régulateur principal. Par ailleurs, l'état n'est pas le seul acteur à l'initiative des débats. Depuis quelques années, en Russie il y a un fort " ancrage social " des dispositifs sociotechniques de communication, ce qui peut caractériser la version russe de l'utilisation des nouvelles technologies. 46 millions de Russes utilisent internet au début de l'année 2011. D'après les statistiques du moteur de recherche russe Yandex, 85% des utilisateurs d'internet russe sont enregistrées dans un réseau social, 34% possèdent leurs propres blogs. De notre point de vue, le succès relatif de ces dispositifs numériques peut être expliqué par la transformation des pratiques au sein de l'espace public russe. Dans les conditions où l'accès à l'espace public est refusé à certains acteurs sociaux, ces derniers cherchent à utiliser ces dispositifs numériques " alternatifs ", non-conventionnels par rapport aux médias dominants pour se rendre visibles, activer l'espace public ou créer des formes nouvelles de cet espace et influencer les décisions du pouvoir. En Russie, depuis quelques années, nous observons plusieurs cas où les sujets et les événements qui auparavant étaient quasiment absents dans le discours des médias " dominants ", deviennent visibles et discutables dans la société après leur passage par les " nouveaux médias ". Il s'agit des événements liés au sujet de la corruption et l'abus de pouvoir dans la police russe (le cas du major Dymovski, l'affaire du " bouclier humain ", le mouvement des " sceaux bleus "), l'inégalité sociale (l'accident de la route du vice-président de la compagnie pétrolière " Lukoil "), et l'écologie (la lutte pour la protection de la forêt de Khimki). Lorsque les médias dominants sont mobilisés par l'Etat pour échapper à la problématique de légitimité, simuler les débats et la participation, gérer les tensions sur certains thèmes, ces " nouveaux médias " structurent les discussions non-formelles et créent " l'espace sociétal " russe de plus en plus présent.Notre communication montre comment certaines thématiques et des questions sociétales les plus importantes issues de ces échanges langagiers informels arrivent à alimenter les débats publics et, en partie, influencer les médias dominants ainsi que les décisions administratives et politiques. Les espaces d'information et de débats qui s'organisent par le biais des dispositifs sociotechniques pour préserver la diversité des points de vue et contester le pouvoir inaperçu de la normalisation, l'uniformisation, ainsi que l'injection des débats par les médias dominats deviennent la grille d'analyse de la situation en Russie. Notre communication montre les stratégies des différents acteurs (pouvoirs, associations, mouvements sociaux) par rapport aux réseaux numériques, le rapport des forces entre eux et l'apparition de nouveaux entrants. Nous interrogeons les enjeux et les stratégies des différents acteurs sociaux par rapport aux dispositifs numériques de communication ainsi que les rapports de force de ces acteurs. D'après notre hypothèse, le développement des réseaux et des dispositifs numériques en Russie s'inscrit dans logique de l'existence dans ce pays de la production culturelle et médiatique parallèle par rapport à celle conventionnelle qui existe depuis longtemps. Ces dispositifs sont utilisés en Russie moderne pour la fabrication de l'opinion indépendante qui se présente comme option à la médiatisation classique. Nous partons de l'idée que l'apparition des " nouvelles " questions sociétales dans les débats publics s'explique par la multiplication et l'accroissement des stratégies des acteurs politiques et sociétaux. Les dispositifs socio-numériques ne font pas surgir de nouveaux acteurs sociaux. Ce sont des " anciens " acteurs (mouvements sociaux, parties politiques non-institutionnalisées, des acteurs médiatiques) qui cherchent à étendre leur marge de manœuvre, se mettre en débats, se rendre visibles.Afin de conduire cette recherche nous avons choisi d'articuler trois méthodes différents mais complémentaires. Tout d'abord, nous analysons les discours publics des dirigeants russes Vladimir Poutine et Dimitri Medvedev ; ceci dans le but de comprendre le modèle propagandiste de la communication politique et les valeurs symboliques de la société russe dans la période étudiée. A l'aide de ces textes pris sur les sites officiels du premier ministre et du président russes, nous démontrons que leurs discours paternalistes contribuent à la monopolisation de la sphère publique. Dans un second temps, nous nous entretenons avec des bloggeurs de la plateforme Livejournal dont le choix s'explique par le nombre important de blogs qu'elle héberge (13 millions d'utilisateurs en novembre 2011 selon l'étude TNS), qui traitent notamment des sujets politiques ou sociétaux.Nous privilégions les bloggeurs avec une audience importante, réunissant un nombre de commentaires et de discussions considérable. Ces entretiens nous permettent de déterminer les catégories socioprofessionnelles représentées par ces bloggeurs. Enfin, nous analysons le contenu des entrées des blogs et des discussions qui les suivent. Cette étude nous montre l'émergence des discussions autour des sujets absents dans les medias dominants (écologie, corruption, critiques du pouvoir) ainsi que l'apparition de l'espace public autonome qui résulte d'une publicisation des opinions privés sous la protection de ces dispositifs numériques. L'étude du processus de pénétration de ces discours dans la sphère publique met en lumière le reversement des rapports des forces politiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_3_colloque_cmn_kondratov_v2.pdf (944.83 Ko) Télécharger le fichier
Origine Accord explicite pour ce dépôt
Loading...

Dates et versions

hal-00823884 , version 1 (18-05-2013)
hal-00823884 , version 2 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00823884 , version 2

Citer

Alexander Kondratov. Nouveaux médias en Russie postsoviétique : nouvelles formes de l'espace public ?. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.275. ⟨hal-00823884v2⟩
535 Consultations
807 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More