Pluralité des normes communicationnelles et langagières au sein d'un espace d'interaction entre acteurs sociaux - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Pluralité des normes communicationnelles et langagières au sein d'un espace d'interaction entre acteurs sociaux

Résumé

"An ideological shift accompanies the current transformations of decision-making in contemporary democracies. It is through constant and systematic development of certain themes : discussion, debate, dialogue, consultation, participation, governance", says Loïc Blondiaux (Blondiaux, 2002, p. 81), describing what he calls "the emergence of a standard deliberative". But these themes, which have emerged as new standards of political discourse, have also appeared in the field of organizational communication. We have chosen to concern ourselves here with the communication and language standards which are involved in the dialogue forms between two categories of social actors : economic and associative. From the perspective of Habermas "discourse ethics" (Habermas, 1999), we will examine the patterns of language interaction between actors, and specifically their ability to dialogue. What is the basis of the exchange ? How to resolve the tensions between convergence and divergence ? What are the terms of dialogue between the protagonists ? Can we really speak of a dialogical praxis, i.e. the conditions for an authentic "discussion", assuming the construction of a common interest, are they satisfied, or are we in a simple "negociation", which merely obtains a compromise, a compatibility between particular and divergent interests, and can not defuse power relationships between actors, according to Habermas categories ? Also, can we identify a normative framework, some procedures which define the parameters of the exchanges ? Do these standards have an axiological dimension ? About this question of standards, we note that the contribution of the work on the analysis of models of participatory democracy is also very useful : we draw inspiration from research in sociology of innovation - like the work of Michel Callon, Pierre Lascoumes and Yannick Barthe - ; in sociology of controversies, as practiced by Francis Chateauraynaud ; in information and communication sciences, including Laurence Monnoyer-Smith ; and political science, with Loïc Blondiaux in particular, on the participatory processes, the mechanisms of negociation between social actors and the challenges they pose - holding uncertainties, domination games in case of inequality between participants - the conditions for the emergence and operation of models of participatory democracy.Our field of study is based on the analysis of the relationship between the company Aéroports de Paris (ADP) and the residents associations of Roissy-Charles-deGaulle airport - we can notice at the outset that this relationship carries a very strong constraint. While "dialogue" and "partnership" became leitmotiv in the communication media of ADP, the challenge is to avoid the block of the airport business. That is the reason why, under the pressure of resident populations disputing, which can lead to conflict and thus to the crisis, the airport operator has chosen the institutionalization of dialogue, according to a strategy, specifically, of avoidance of the conflict. This "crystallization of practices in devices" (Davallon, 2004, p. 51) is used to establish a framework to dialogue, in order to "smoothing" the disagreements.In terms of methodology, this study is based on the discourse analysis of a corpus composed of texts produced by the studied organizations, and interviews with the key actors of the exchanges. This entire corpus, written and oral, covers the period from 2000 to 2005. Our first part will be devoted to the issue of communicational standards within an official dialogue device between Aéroports de Paris and the resident populations : the Advisory Committees of the Environment, which include all actors involved in airport noise pollution. This brings us to the importance of establishing procedures, i.e. standards in deliberative authorities, as it has been highlighted by sociologists of innovation regarding the operation of models of participatory democracy, including of "hybrid forums", devices that enable actors responding to different interest logics to meet in the same advisory or deliberative structure. Indeed, the dialogue does not occur naturally between actors ; every debate is traversed by any asymmetries, therefore we need procedures for organizing the exchanges, fixing the features and the themes. The protagonists of the debate must define for themselves this framework of interaction, "normatively oriented space of dialogic procedures" (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001, p. 218). However, without clearly defined standards, the Advisory Committees of Environment appear primarily as "a deliberative authority that contributes to an official presentation of the power relationships between actors" (Leroux, 2003, p. 140). Theses Committees appear to contribute to a smoothing of speech : it is observed that residents associations take generally less controversial speeches, more measured than on their websites. There is thus a gap between their positions in the institutional framework of the Committees - where they know that their image and legitimacy are at stake - and in their own discursive productions - where what they say responds more to the logics of ethos. So we see that the deliberative institutional form tends to promote social acceptance of decisions. By setting the associations in the position to participate in the development of public choices, it diverts them from their initial protest vocation.Our second part will then consider the significance of the language standards, as manifested through the study of the problem of noise pollution. Indeed, building a relationship of mutual trust involves the construction of a common language ; "the collective maieutics of a dialogue begins with a Confucian sharing of meaning of words and texts" (Zémor, 2003, p. 92). Now, if ADP speaks of "noise" - objective, measurable : there is a "global indicator of noise" -, the residents speak of "discomfort" - subjective, non measurable : there is no indicator of discomfort. The classification of the purpose of dialogue has therefore a particular importance and represents a real challenge for the actors. The reports of the Advisory Committees of Environment reflect this opposition between two types of languages, each carrying different representations : the "technical-scientific language" of the cluster's air actors, based on quantitative indicators such as annual noise indicator, coexists with the "damage" one, that is to say the language of the actually sustained discomfort, used by the representatives of local residents as well as the elected officials. Between the two, there is the "still unsatisfactory discourse of necessary normative objectification" (Leroux, 2003, p. 140).
" Un changement idéologique accompagne les transformations actuelles des prises de décision dans les démocraties contemporaines. Il passe par la valorisation constante et systématique de certains thèmes : discussion, débat, concertation, consultation, participation, gouvernance ", souligne Loïc Blondiaux (Blondiaux, 2002, p. 81) décrivant ce qu'il nomme " l'émergence d'une norme délibérative ". Or, ces thèmes, qui se sont imposés comme nouvelles normes du discours politique, ont également fait leur apparition dans le champ de la communication organisationnelle. Nous avons fait le choix de nous intéresser ici aux normes communicationnelles et langagières intervenant dans les modalités de l'échange entre deux catégories d'acteurs sociaux, économiques et associatifs. Partant de la perspective habermassienne de l' " éthique de la discussion " (Habermas, 1999), nous interrogerons les modes d'interaction langagière entre acteurs, et plus précisément leur capacité dialogique. Quels sont les fondements de l'échange ? Comment se règlent les tensions entre convergence et divergence ? Quelles sont les modalités du dialogue, de la concertation entre les protagonistes ? Peut-on réellement parler de praxis dialogique, autrement dit les conditions d'une " discussion " authentique, supposant la construction d'un intérêt commun, sont-elles remplies, ou bien sommes-nous dans une simple " négociation ", se contentant de l'obtention d'un compromis, d'une compatibilité entre intérêts particuliers et divergents, et qui ne saurait désamorcer les rapports de force entre les acteurs, selon les catégories habermassiennes ? De plus, peut-on dégager un cadre normatif, des procédures cadrant les échanges ? Ces normes ont-elles une dimension axiologique ? Précisons que, sur cette question des normes, l'apport des travaux concernant l'analyse des modèles de démocratie participative nous est également très utile : nous nous inspirons des recherches menées à la fois en sociologie de l'innovation - à l'image des travaux de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe - ; en sociologie des controverses, telle que pratiquée par Francis Chateauraynaud ; en SIC, avec notamment Laurence Monnoyer-Smith ; et en sciences politiques, avec Loïc Blondiaux en particulier, sur les processus participatifs, les mécanismes de négociation entre acteurs sociaux et les difficultés qu'ils posent - maintien des incertitudes, jeux de domination en cas d'inégalité entre les participants -, les conditions d'émergence et de fonctionnement des modèles de démocratie participative.Notre terrain d'étude repose sur l'analyse de la relation entre l'entreprise Aéroports de Paris (ADP) et les associations de riverains de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle - relation dont on peut noter d'emblée qu'elle procède d'une contrainte très forte. En effet, si " concertation " et " partenariat " sont devenus des leitmotiv dans les supports de communication d'ADP, l'enjeu consiste à éviter un blocage de l'activité aéroportuaire. C'est pourquoi, sous la pression de la contestation des populations riveraines pouvant conduire au conflit et donc à la crise, et selon une stratégie, précisément, d'évitement du conflit, le gestionnaire aéroportuaire a fait le choix de l'institutionnalisation du dialogue. Il s'agit, par cette " cristallisation des pratiques dans des dispositifs " (Davallon, 2004, p. 51), de fixer un cadre à la concertation, à des fins de " lissage " des différends. Pour ce qui est de la méthodologie suivie, cette étude repose sur l'analyse de discours d'un corpus constitué à la fois de textes produits par les organisations étudiées et d'entretiens réalisés avec les principaux protagonistes des échanges. L'ensemble de ce corpus, écrit et oral, s'étend sur la période allant de 2000 à 2005.Notre première partie sera consacrée à la question des normes communicationnelles au sein d'un dispositif de concertation officiel entre Aéroports de Paris et les populations riveraines : les Commissions Consultatives de l'Environnement (CCE), qui regroupent l'ensemble des acteurs concernés par les nuisances sonores aéroportuaires. Nous touchons ici à l'importance de l'établissement de procédures, autrement dit de normes dans les instances délibératives, telle qu'elle a été mise en lumière par les sociologues de l'innovation à propos du fonctionnement des modèles de démocratie participative et notamment des " forums hybrides ", dispositifs qui font se rencontrer dans une même structure de consultation ou de délibération des acteurs répondant à des logiques d'intérêt différentes. En effet, le dialogue ne s'instaure pas naturellement entre les acteurs ; tout débat étant traversé par des asymétries, il faut des procédures pour organiser les échanges, en fixer les contours et les thèmes. Les protagonistes du débat doivent donc définir eux-mêmes ce cadre d'interaction, " espace normativement orienté des procédures dialogiques " (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001, p. 218). Or, dépourvues de normes clairement définies, les Commissions Consultatives de l'Environnement apparaissent avant tout comme " une instance de délibération qui contribue à une mise en scène officielle des rapports de force entre les acteurs " (Leroux, 2003, p. 140). Ces Commissions semblent contribuer à un lissage des discours : on observe que les associations de riverains y adoptent généralement des discours moins polémiques, plus mesurés que sur leurs sites Internet. Il existe ainsi un décalage entre leurs prises de position dans le cadre institutionnel des Commissions - où elles savent que se jouent leur image et leur légitimité - et dans leurs propres productions discursives - où leurs propos répondent davantage à des logiques d'ethos. On voit ainsi que la forme délibérative institutionnelle tend à favoriser l'acceptation sociale des décisions. En mettant les associations en position de participer à l'élaboration des choix publics, elle les détourne de leur vocation contestataire initiale.Notre deuxième partie se penchera ensuite sur la prégnance des normes langagières, telles qu'elles se manifestent à travers l'étude de la problématique des nuisances sonores. En effet, la construction d'une relation de confiance réciproque suppose la construction d'un langage commun ; " la maïeutique collective d'une concertation commence par la mise en commun confucéenne du sens des mots et des textes " (Zémor, 2003, p. 92). Or, si ADP parle de " bruit " - objectif, mesurable : il existe un " indicateur global de bruit " -, les riverains parlent de " gêne " - subjective, non mesurable : il n'existe pas d'indicateur de gêne sonore. La qualification de l'objet de la concertation revêt par conséquent une importance toute particulière et constitue un véritable enjeu pour les acteurs. Les comptesrendus des CCE témoignent ainsi de cette opposition entre deux types de langages, porteurs chacun de représentations différentes : " le langage technico-scientifique " des acteurs du pôle aérien, basé sur des indicateurs quantitatifs comme l'indicateur de bruit annuel, coexiste avec celui " du dommage ", c'est-à-dire de la gêne réellement subie, utilisé par les représentants des riverains ainsi que par les élus. Entre les deux se trouve " le discours toujours insatisfaisant de l'objectivation normative nécessaire " (Leroux, 2003, p.140).
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_1_colloque_cmn_errecart_v2.pdf (199.31 Ko) Télécharger le fichier
Origine Accord explicite pour ce dépôt
Loading...

Dates et versions

hal-00825889 , version 1 (24-05-2013)
hal-00825889 , version 2 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00825889 , version 2

Citer

Amaia Errecart. Pluralité des normes communicationnelles et langagières au sein d'un espace d'interaction entre acteurs sociaux. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.81. ⟨hal-00825889v2⟩
359 Consultations
540 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More