Dévoilement, mise en scène et médiatisation. Nouvelles normes de sociabilité sur le Websocial ? - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Dévoilement, mise en scène et médiatisation. Nouvelles normes de sociabilité sur le Websocial ?

Résumé

Unveiling, self-representation and mediation.New norms of sociability on the socialweb This paper, which follows on from the research work conducted for several years, aims at reassessing the nature of social control and the way it is exercised at a time when the use of digital information and communication technologies, characterized by their hyper-connectivity, spreads among the population. First, we showed that the filing of information on individuals and populations, after it had fed Social Control (SC) to the point that it had become the dominant paradigm, had somewhat frozen it. Indeed, an important part of the information collected on individuals remained invisible and therefore escaped "infocontrol". It then appeared to us that it was urgent to consider that phenomenon. The conditions of acquisition as well as the nature of the nominative information had changed and had modified the way to interfere with the individual. Thus, a drastic change in perspective was required to better take into account the question of social control in the early 21st century (Carré, Panico, 2011-a). Then we studied the way a priori filing had shifted to self-displaying, which is deliberately chosen - more particularly at least by this part of society that we call digital natives or the " Y Generation " - so as to propose a few elements for a communication approach of social control (Carré, Panico, 2012). Finally, we wished to study the way - between strategies of anonymity and self-mediation - this new feeling of liberty leads individuals to stage and display themselves - in specific circumstances, namely through groups that are sometimes very short-lived (Carré, Panico, 2011-b). This enabled us to escape the dilemma according to which, for some, you can only read such an original phenomenon in two ways: either an unprecedented emancipation of the individual or a no less unprecedented control. We have proposed a different interpretation, away from such a dilemma, based on the anthropological evolution of the relation between the individual and society. We wish to pursue here our reflection by questioning, with others, the development - seemingly impulsive, or even regressive, of behaviors that can sometimes look unbridled, but also meet a demand for visibility, a visibility whose legitimacy stems from the fact that it is provided by the individuals themselves. Let us make it clear that this study targets more particularly the younger generations (digital natives, or " Y Generation ", even though Proulx (2011), who works on these issues, seems to consider that this category is still too vaguely outlined and needs to be defined). These " youths " would become the prescribers of a new communication norm, affecting the building of one's identity, the relation to authority, the status of privacy and self-image, a norm that would express itself through a dense visual communication, a sign of the omnipresence of these "collective-individuals" in the public sphere. Didn't R. Senett (1979) say 30 years ago that the public sphere was no longer the place to find fulfillment for one's social being but for one's personality"? That could look like a premonition totally confirmed today... except that the collective-individual we have here is endowed with a " basic personality "[1], and a community-based rather than a social conscience. In that context of non-individualism, we can understand that the power to act is thereby increased... Thus, we contend that observable communication practices - very visual for the most part -posting online, sharing photos, videos...- which are developing on the Web and mark a shift from the anonymous relation between individual and society to the collective, and the unveiling it entails, are the sign of a new ethics of the link (that we call social through an abuse of language) based on a pragmatic "acting with..." rather than a more and more theoretical "living together". Through the question of "the Care of the Self" in Foucault's words (1984) as in his eponymous work, we wish to examine the significance of such unveiling, self-representation practices which spread on the Socialweb[2] and which, according to the author, are related to the subject's truth, knowing that these practices still follow on from the mainstream media model, i.e. the TV model, while going beyond that. Such practices now tend to establish themselves more and more as norms of communication acts. Thus, in the first part of this paper, we will try, in reference to Foucault, to question the notion of "individual" as opposed to the "subject" figure, that we find more efficient to explain the way unveiling and visibility practices spread and organize themselves to make sense, on the "part of the Internet that the SocialWeb constitutes". In the second part, we will see how, innovative practices of the link that are all inscribed in the ethics of unveiling could eventually lead to a new form of sociability, among other things a re-composition, a redefinition, a renewal in the use of traditional forms of visibility that were highly organized (like in institutions, associations, trade unions, etc.), and could also lead to new ways to exercise power. Finally, we will question the change that the development of the Socialweb heralds, asking ourselves how the underlying media/communication relation, and the ethics driving it, holds within or not an original society model, a model of values in which the individual tends to yield to the collective - a little bit in the same way as the hackers in the Anonymous group - and in which, as a consequence, the usual sociability norms could spread in new ways.[1] In the sense of Linton's anthropology[2] We will use the neologism Socialweb (in one word) to designate a certain part of the Internet which, owing to its simplicity of use, its non-discriminatory access from an economic point of view, its appeal for what is related to the community and the contribution, places at the heart of the sociotechnical system an " individual-actor " emancipated from traditional authoritiess and simultaneously produces new forms of sociability.
La communication proposée s'inscrit dans la continuité des travaux que nous menons depuis plusieurs années et se donne pour objet de réévaluer la nature et les modalités d'exercice du contrôle social à l'heure où se généralise au sein de la population l'usage des techniques numériques d'info-communication caractérisées par leur hyperconnectivité. Dans un premier temps nous avons montré que le fichage des individus et des populations, après avoir nourri ce contrôle social (CS) au point d'en apparaître comme le paradigme dominant, l'avait quelque peu figé. Et ce, du fait qu'une part importante de l'information recueillie sur les individus restait invisible et par conséquent échappait à cet " infocontrôle ". Il nous est apparu alors qu'il était urgent de considérer ce phénomène, tant les modalités d'acquisition et la nature de l'information nominative avaient changé et avaient modifié la manière d'intervenir sur l'individu. Ainsi un revirement de perspective s'imposait afin de mieux prendre en compte la question du contrôle social en ce début de 21e siècle (Carré, Panico, 2011-a). Puis dans un deuxième temps nous avons étudié de quelle manière l'on était passé du fichage a priori subi à l'affichage de soi, quant à lui fortement choisi - plus particulièrement par cette frange au moins de la société que l'on nomme les digital natives ou encore la " Génération Y " - afin de proposer quelques éléments pour une approche communicationnelle du contrôle social (Carré, Panico, 2012). Nous avons dans un troisième temps souhaité étudier la manière selon laquelle est vécu, entre stratégies d'anonymat et médiatisation de soi, ce sentiment nouveau de liberté qui amène les individus - certes dans des conditions précises, notamment à travers des collectifs parfois très éphémères - à se mettre en scène et s'afficher eux-mêmes (Carré, Panico, 2011-b). Cela nous a permis de sortir du dilemme qui voudrait, selon certains, qu'il n'y ait que deux lectures possibles de ce phénomène original : soit une émancipation sans précédent de l'individu ; soit un contrôle lui aussi sans précédent. Nous avons proposé une lecture différente qui échappe à ce dilemme et qui se fonde sur l'évolution à caractère anthropologique du rapport individu/société. Nous voudrions ici poursuivre notre réflexion et pour cela interroger à côté d'autres le développement en apparence impulsif, voire régressif, de comportements aux allures parfois débridées, certes, mais qui toutefois répondent à une injonction de visibilité qui, elle, tire sa légitimité d'être portée par les individus eux-mêmes. Précisons d'emblée que notre propos cible plus particulièrement les jeunes générations (les digital natives, ou " Génération Y ", quoique Proulx (2011) qui travaille sur ces questions semble indiquer que cette catégorie aux contours un peu lâches reste à constituer). Ces " jeunes " deviendraient prescripteurs d'une nouvelle norme communicationnelle, norme qui touche à la construction identitaire, à la relation à l'autorité, au statut de l'intime et à l'image de soi, et qui s'exprime à travers une communication visuelle dense qui signe l'omniprésence de ces " individus-collectifs " dans l'espace public. R. Senett (1979) ne disait-il pas il y a 30 ans que l'espace public n'est plus le lieu de réalisation de son être social, mais de sa personnalité " ? Cela pourrait sembler prémonitoire et aujourd'hui pleinement établi... sauf à se dire que l'individu-collectif auquel on a à faire ici est davantage doté d'une " personnalité de base "[1], et d'une conscience communautaire plutôt que sociale. Dans ce contexte non individualiste on peut comprendre qu'augmente du coup sa puissance d'agir... Ainsi, selon-nous, les pratiques communicationnelles observables - souvent très visuelles : mise en ligne, partage de photos, vidéos, clips...- qui se développent sur le Web et qui marquent le déplacement du rapport anonyme individu/société au profit du collectif, et de son corollaire le dévoilement, sont-elles le signe d'une éthique nouvelle du lien (que, par abus de langage, nous dirons social) davantage fondée sur un pragmatique " agir avec... " que sur un " vivre ensemble " qui lui, semble de plus en plus théorique. A travers la question du " souci de soi " formulée par Foucault (1984) dans l'ouvrage éponyme, nous souhaiterions nous pencher sur le sens à donner à ces pratiques de dévoilement, de mise en scène de soi, qui se déploient sur le Websocial[2] et qui touchent selon l'auteur à la vérité du sujet, conscients que ces pratiques s'inscrivent pour une part encore dans le prolongement du modèle médiatique dominant, i.e. télévisuel tout en le dépassant. Pratiques qui tendent néanmoins aujourd'hui à s'instituer de plus en plus en normes d'action communicationnelle. C'est donc ce que nous ferons dans la première partie de cette communication où, nous référant à Foucault, nous tenterons de questionner la notion d'" individu " en lui opposant la figure du " sujet " plus apte selon nous à expliquer la manière selon laquelle les pratiques de dévoilement, de mise en visibilité sur " la part de l'Internet que constitue le Websocial ", se déploient et s'ordonnent pour faire sens. Dans une deuxième partie nous verrons comment à partir de pratiques innovantes du lien qui toutes s'inscrivent dans une éthique du dévoilement, on pourrait en venir à une nouvelle sociabilité, c'est-à-dire entre autre à une recomposition, à une redéfinition et à un usage rénové des formes de visibilité traditionnelles en comparaison fortement organisées (comme par exemple, les institutions, les associations, les syndicats, etc.), ainsi qu'à de nouvelles modalités d'exercice des pouvoirs Nous questionnerons enfin le changement que laisse augurer le développement du Websocial, nous demandant en quoi le rapport médiatique/communicationnel qui le sous-tend, et l'éthique qui l'anime, font qu'il est ou pas dépositaire d'un modèle sociétal original, modèle de valeurs où l'individu tendrait à céder la place au collectif - un peu dans l'esprit et la manière des hackers du collectif des Anonymous - et où de manière corollaire se redéploieraient les normes de sociabilité en usage.[1] Au sens de l'anthropologie de Linton[2] Nous utiliserons le néologisme de Websocial (tout attaché) pour désigner une certaine instance de l'Internet qui, de par sa simplicité d'utilisation, son accès peu discriminant d'un point de vue économique, son appétence pour le communautaire et le contributif, viendrait mettre au cœur du dispositif sociotechnique un " individu acteur " émancipé de ses traditionnelles tutelles et simultanément produirait des sociabilités inédites.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_2_colloque_cmn_carre_panico_v2.pdf (968.11 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00826060 , version 1 (26-05-2013)
hal-00826060 , version 2 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00826060 , version 2

Citer

Dominique Carré, Robert Panico. Dévoilement, mise en scène et médiatisation. Nouvelles normes de sociabilité sur le Websocial ?. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.198. ⟨hal-00826060v2⟩
606 Consultations
1170 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More