Écrire, parler, documenter : enjeux normatifs et pratiques situées de l'expression dans les procédures de débat public - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Écrire, parler, documenter : enjeux normatifs et pratiques situées de l'expression dans les procédures de débat public

Résumé

Writing, speaking, documenting: normative issues and located practices in the procedures for public debate This paper provides an insight into the forms of politic mediation in participatory procedures that link online discussion's devices and face-to-face's devices. Both consist of assemblies of heterogeneous and sequenced formats (blog, forum, e-participatory assembly, etc.). The devices happen to standardize production of the debate and the debate-reflecting traces (Bonaccorsi, Julliard, 2010). We will use two empirical examples discussed in the context of a collaborative research (The formats of expression by citizens in local procedures for consultation, Concertation, Decision, Environment 2 Program funded by the Ministry of Ecology, Energy and Sustainable Development and Territorial Development) considering that within these procedures, devices and formats materialize various conceptions of public debate (Monnoyer-Smith, 2009; Street, Wright, 2007). We examine at first the European project Ideal-EU, in which, in 2008, Tuscany, Catalonia and PoitouCharentes organized a Participatory Electronic Assembly (APE) on Climate Change and developed a participatory website (www.idealdebate.eu). This project was part of the "eParticipation 2007" program and was funded by the European Commission (DG Information Society) as. We examine at second the conciliation procedure set up by a special Commission for Public Debate (CPDP) in 2009 to determine the transformation of the waste treatment center in Ivry-Paris XIII. This consultation also organized the terms of face-to-face debates (meetings) and online debates (http://www.debatpublictraitement-dechets-ivry.org/). In both cases, the participatory web site seemed to occupy a specific place. The call for proposals of the European program stressed the need, for the funded actors, to make a website as part of deliberative procedures, while the proposition of various modes of expression - including a blog - was, according to the CPDP, an indispensable guarantee for the proper conduct of the debate. From an ethno-semiotic approach, we discuss the various mechanisms put in place in these procedures as evidence of a definition of participation produced by the stakeholders. This definition is first negotiated and discussed in the set design, technical or editorial, which are of course also constrained by economic factors or calendar. The computer media, in particular, are characterized by their indexical value. On the first hand, the technical and editorial choices mobilize images (the imaginery of network, the imaginery of participation, and so on.). On the other hand, it promotes activities - writing, reading, validating, measuring, classifying - and "sets up a dense network of writing" (Aim, Jeanneret, 2007). For their part, public meetings and APE are instrumented, framed and scripted. We study the stakes of these techno-semiotic devices by focusing on how they "norm" and regulate the action by offering models of speaking and reading to produce, to shape and to archive the debate (facilitators, summaries, and reports for example) (Aldrin, Hube, 2011). In other words, we analyze public speaking of participants, in the web sites as well as in public meeting and at the EPA, as "allowed speaking": the device, online or face to face, establishes the rules (Flon, Jeanneret, 2010). But the device is also produced by the actions it makes possible - even if they have not been envisaged in its project. We analyze the discursive and symbolic dimensions of these devices in questioning the forms of participation produced. This is not to assess a difference between the aims (that of the institution, that of the participants) or to measure the effectiveness of the format of expression. We observe the linguistic and semiotic signs to understand how the definitions of participation produced by the stakeholders are interpreted by participants. In this, the proposed approach differs from that adopted by our colleagues : they compared modes of justification of the actors in their speeches (Wojcik, Talpin, 2009) or the quality of online discussions and face-to-face (MonnoyerSmith , Wojcik, 2011) to assess the "ideal" conditions of involving. Our approaches completement each other. The "participation" we observed is defined at the junction of its interpretations by the participants in the procedure which are, at some point, the conditions of possibilities for public debate. Our methodology to study this issue adds semiotic analysis to ethnographic investigation (interviews and observations): we see the modalities of debates (participatory websites, public meetings) as places of public speaking, more or less nested according to the procedures. The participants and their speech circulate between the different places. We wish to avoid two aporias. The first would be to focus only on the discursive exchanges, which is to think that the formats of deliberation are naturals and "non semiotizated" (Doury, Marcoccia, 2007). The second would be to consider these devices as "formatting" places and to ignore the possibility that individuals can produce something different than what the devices propose. Our Communication will be structured in three parts: First, we propose a global characterization of the two participatory procedures by highlighting the "intersemioticity" involved in the devices that articulate face-to-face interaction and on line communication: two modalities which have heterogeneous semiotic statutes. Secondly, this characterization allows us to detail finely models and standards: what are the forms of speaking which are suggested, indicated by the different formats? Finally, we question how participants interpret the proposed arrangements and "cope with" models and standards of enunciation. We pay particular attention to the traces of their paths in the devices. We describe the circulation of their speech into different formats and in over time, reflecting a tactical use of modes of expression available in the devices
Cette communication propose un éclairage sur les formes de médiation du politique à l'œuvre dans les procédures participatives articulant des dispositifs de débat en ligne et en face-à-face. Ces dispositifs sont constitués par des assemblages de formats hétérogènes et séquencés (blog, forum, assemblée participative électronique, etc.) et engagent ainsi une véritable normalisation des modalités de production et d'inscription du débat (Bonaccorsi, Julliard, 2010). Nous nous appuierons sur deux exemples empiriques analysés dans le cadre d'une recherche collective (Les formats d'expression citoyenne dans les procédures locales de concertation, Programme Concertation, Décision, Environnement 2, Ministère de l'écologie, de l'énergie et du développement durable et de l'aménagement du territoire) selon le postulat qu'au sein de ces procédures, les dispositifs de prise de parole supportent et matérialisent des conceptions du débat public (Monnoyer-Smith, 2009 ; Street, Wright, 2007). Le premier terrain d'étude porte sur le projet européen Ideal-Eu, dans le cadre duquel, en 2008, les Régions Toscane, Catalogne et Poitou-Charentes ont organisé une Assemblée Participative Électronique (APE) sur le changement climatique, et conçu un site web participatif (www.idealdebate.eu). Ce projet s'inscrivait dans le cadre de l'appel à projets du programme " eParticipation 2007 " et était financé par la Direction générale Information Society de la Commission européenne. Le second terrain d'étude porte sur la procédure de concertation mise en place par une Commission particulière du débat public (CPDP) en 2009 pour statuer sur la transformation du Centre de traitement des déchets d'Ivry-Paris XIII. Cette concertation articule également des modalités d'échanges en face-à-face (réunions publiques) et en ligne (http://www.debatpublictraitement-dechets-ivry.org/). Dans l'un et l'autre cas, le site web participatif semble devoir occuper une place spécifique : l'appel à projets du programme européen insistait sur la nécessité pour les acteurs financés de réaliser un site web dans le cadre de procédures délibératives ; tandis que la mise à disposition de modalités d'expression variées - incluant un blog - constituait, selon la CPDP, une garantie sine qua non du bon déroulement du débat. À partir d'une approche ethno-sémiologique, nous abordons les différents dispositifs mis en place dans le cadre de ces procédures comme les traces d'une définition de la participation produite/engagée par les acteurs du projet. Cette définition est d'abord négociée et discutée dans les choix scénographiques, techniques ou éditoriaux, qui sont bien entendu également contraints par des facteurs économiques ou calendaires. Les médias informatisés, notamment, se caractérisent par leur valeur indexicale. D'une part, les choix techniques et éditoriaux mobilisent des imaginaires (celui du réseau, du participatif, etc.) qui sont supposés pouvoir particulièrement bien trouver une traduction concrète grâce à la technique, en cela, le Web, en tant que support, signale un registre à la communication. D'autre part, il favorise des activités - écrire, lire, valider, évaluer, classer - et " configure un tissu dense d'écriture " (Aïm, Jeanneret, 2007). De leur côté, réunions publiques et APE sont instrumentées, cadrées et scénarisées. Nous prenons donc la mesure des enjeux techno-sémiotiques de ces dispositifs en nous intéressant à la manière dont ils norment et régulent l'action en proposant des modèles de prise de parole et de lecture pour produire, mettre en forme et archiver le débat (animateurs, synthèses, rapports, etc.) (Aldrin, Hubé, 2011). En d'autres termes, nous analysons les interventions des participants dans les sites web, en réunion publique ou lors de l'APE comme des prises de parole autorisées : le dispositif, en ligne ou en face à face, institue (Flon, Jeanneret, 2010). Mais le dispositif est également produit par les actions qu'il rend possibles sans qu'elles n'aient été envisagées dans son projet. Nous analysons la dimension discursive et symbolique de ces dispositifs en nous interrogeant sur les formes de participation produites. Il ne s'agit pas d'évaluer un écart entre des finalités (celle de l'institution, celle des participants), ni de mesurer l'efficacité du format d'expression : nous observons là des interprétations du projet d'un dispositif de prise de parole à partir des marques langagières et sémiotique. En cela, l'approche proposée diffère de celle adoptée par nos collègues qui comparent les modes de justification des acteurs dans leurs discours (Wojcik, Talpin, 2009) ou la qualité des débats en ligne et en face-à-face (Monnoyer-Smith, Wojcik, 2011) pour évaluer les conditions de réalisation d'une délibération " idéale " dans chacun de ces dispositifs et dans leur articulation, et la complète. L'observable " participation " est défini selon nous à la jonction des interprétations du projet, où se jouent, à un moment donné, les conditions de possibilités d'un débat citoyen. Ceci est analysé selon une entrée méthodologique qui articule analyse sémiologique et enquête ethnographique (entretiens et observations) : nous abordons les dispositifs (sites web participatifs, réunions publiques) comme des lieux de prise de parole, plus ou moins imbriqués selon les procédures, et entre lesquels les participants et leurs discours circulent. Nous souhaitons ainsi éviter deux apories. La première serait de ne traiter des dispositifs qu'à partir de l'analyse discursive des échanges réalisés, ce qui revient à penser comme naturels et non sémiotisés les formats de la délibération (Doury, Marcoccia, 2007). La seconde serait de considérer ces dispositifs comme des lieux " formatant " et d'ignorer la possibilité que les individus peuvent produire quelque chose d'autre que le projet des dispositifs. La communication sera structurée en trois volets : Dans un premier temps, nous proposons une caractérisation globale des deux procédures de participation étudiées en mettant en relief l'intersémioticité en jeu dans les dispositifs qui imbriquent interactions en face à face et communication scripturale c'est-à-dire des statuts sémiotiques hétérogènes. Dans un deuxième temps, cette caractérisation nous permet de détailler finement les modèles et les normes en jeu - quelles formes de prise de parole sont suggérées, indiquées par les différents formats, à quels outillages conceptuels renvoient-ils ? Dans un troisième temps, nous questionnons la manière dont les participants interprètent le projet des dispositifs et " font avec " ces modèles et ces normes énonciatives. Nous relevons notamment les traces de leurs trajectoires au sein des dispositifs et décrivons la circulation de leurs discours dans les différents formats et dans le temps, témoignant d'un usage tactique des modalités d'expression mises à leur disposition.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_3_colloque_cmn_bonaccorsi_julliard_v2.pdf (2.56 Mo) Télécharger le fichier
Origine Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00826063 , version 1 (26-05-2013)
hal-00826063 , version 2 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00826063 , version 2

Citer

Julia Bonaccorsi, Virginie Julliard. Écrire, parler, documenter : enjeux normatifs et pratiques situées de l'expression dans les procédures de débat public. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.243. ⟨hal-00826063v2⟩
499 Consultations
573 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More