Les nouvelles formes d'imbrication des médias de masse. Le cas du cinéma et d'internet - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Les nouvelles formes d'imbrication des médias de masse. Le cas du cinéma et d'internet

Résumé

New forms of intermedialityThe case of cinema and the internet This research aims at contributing to the study of intermediality (Muller, 2006), emphasizing the interdependences between cinema and the internet. the research focuses on a short and individual moment - being the spectator of a movie. it shows how this moment reflects the current evolutions of the devices surrounding the spectator's choices.literature reviewnowadays, movies are more and more " distributed [...] within multi-media groups " (Miège, 1997). thus, instead of viewing cinema as a 'victim' (Miège, 1997), 'cannibalized' by others media (television, Internet...), we will consider a cinema underlying their interpenetration (Miège, 1997). indeed, by generating an important mediatic mess, the cinematographic activity confirms relations of interdependence, interwea vings and complex overlappings of media underlined by some authors (Katz and al.,1973 ; Gaudreault and Jost, 2000 ; Cardon and al. 2005). We can mention, as such, an overlap between cinema and the internet; in order to choose the movie he will watch, a spectator can mobilize an 'e-cinematographic information', an hybrid content due to a close interpenetration of cinema with the internet. By intertwining, they offer an illustration of phenomena as transmediality (Jenkins, 2006; Dena, 2009) and intermediality (Mariniello, 2000 ; Muller, 2006).the internet puts itself at the service of cinema (Maresca, 2005), by offering to its users vast and interconnected spaces of communication (Dahlgren, 2000), new participatory devices and arenas (Dacheux, 2003), which can be comprehended as partial public spaces (Miège, 2010), showing extensions (levy, 2002) of the classical public space (Habermas, 1962). among these spaces, we can evoke blogs, forums, social networks... within which lambdas can emit their own judgement towards differents movies. these interfaces of debates and mediations between spectators and movies can represent a solution for persons choosing the movie they will watch. However, the cinematographic blogosphere isn't free from direct or indirect manipulations by movie directors. Frequently presented as independent judgement devices (Karpik, 2007), blogs and forums also represent capture devices (Cochoy, 2004).questions. How does intermediality give rise to an interweaving of judgement devices (Karpik, 2007) and capture devices (Cochoy, 2004) ?. How far and in which contexts can these devices be mobilized by the audience?. What transformations can be implied by intermediality generated by the cinematographic activity? methodologytwo levels of data have been distinguished. on the one hand, various datas concerning judgement devices (blogs, forums...) and capture devices (casting, synopsis...). on the other hand, ground datas concerning spectators, and resting on a corpus of dissimulated observations and qualitative interviews made in front of movie theatres.the data analysis consists in studying how e-devices play - or not - a part in the audience choices, within this or that social context.Results and implications New emerging forms of expressionMedia interweavings initiated by the cinematographic activity shake up some dichotomies related to the " formality " and the " informality " of sources of information and deconstruct some parallels between " formality " and " fiability ". Indeed, nowadays, we can observe an audience giving value and fiability to opinions expressed by anybody on line. this fact questions the idea of greater and systematic fiability of sources of information said 'formals'. able to assume the same 'responsibilities' than the sources of information said 'formals', some sources of information said 'informals' - delivered, for example, on line, by a 'common opinion' (Karpik, 2007) - show the importance which should be granted to these forms of emerging expressions, conveyed and carried, notably, by new media (Shefrin, 2004 ; Jenkins, 2006).Relativization of the traditional critical role since the development of the InternetBy expressing themselves through heterogeneous mediatic supports (press, television, internet,...), the film critics, often called 'cicerones' (Karpik, 2007), give a preview of interweavings initiated by the cinematographic activity. Moreover, they introduce some emergences, just like the distinction between the film critic said 'traditional' and the 'on line film critic". This differentiation implies some dissimilarities between the content and the presentation of the 'on line film critic' and those of the 'traditional film critic'. For example, an 'on line film critic' represents an expression subject to several internet characteristics, like immediacy and instantaneousness. In other words, if a film critic ap pearing in the traditional press can migrate on the internet and become an 'on line film critic', such action implies some transformations in their treatment and their reception. it does not involve the same costs, the same relations with the readers... in this case, the intermediality, generated by the cinematographic activity is revealed by the multi-mediatic expression of film critics. it induces some questioning among which we can mention the relativization of the traditional role of criticism since the development of the internet.
Les nouvelles formes d'imbrication des médias de masse le cas du cinéma et d'internetStéphanie Marty 1 : laboratoire d'etudes et de recherches appliquées en Sciences Sociales (leraSS) - Site webUniversité toulouse le Mirail - toulouse ii, Université Paul Sabatier - toulouse iii, Université Paul Valéry - Montpellier iii : ea827115 route de narbonne 31077 toulouse cedex 4 - France* : auteur correspondantl'objectif de cette recherche est de contribuer à l'étude de l'intermédialité (Muller, 2006), en mettant l'accent sur les interdépendances entre cinéma et internet. Cette recherche réduit la focale sur un moment individuel minuscule - être spectateur d'un film - et montre en quoi ce moment traduit les évolutions actuelles des dispositifs (Karpik, 2007 ; Cochoy, 2004) entourant les publics du cinéma.Revue de littératureAujourd'hui, les films cinématographiques sont, de plus en plus, " distribués [...] au sein de groupes multi-médias " (Miège, 1997) (télévision, presse, internet,...). ainsi, plutôt qu'un 'cinéma victime' (Miège, 1997), 'cannibalisé' par les autres médias, nous envisagerons le cinéma comme l'initiateur de leur interpénétration. en effet, en occasionnant un important enchevêtrement médiatique, l'activité cinématographique confirme les relations d'interdépendance, les imbrications et les complexes chevauchements de médias décrits par certains auteurs (Katz et al.,1973 ; Gaudreault et Jost, 2000 ; Cardon et al., 2005). nous pouvons mentionner, à ce titre, le chevauchement entre le cinéma et internet ; afin de choisir le film qu'il va aller voir en salle, un spectateur peut mobiliser une 'e-information cinématographique', contenu hybride issu d'une étroite interpénétration (Miège, 1997) entre le cinéma et internet. en s'entremêlant de la sorte, ces derniers nous offrent une illustration de phénomènes tels que la transmédialité (Jenkins, 2006 ; Dena, 2009) et l'intermédialité (Mariniello, 2000 ; Muller, 2006).le média internet se met au service du média cinéma (Maresca, 2005), en offrant à ses utilisateurs de vastes espaces de communication interreliés (Dahlgren, 2000), de nouveaux dispositifs et arènes participatifs (Dacheux, 2003), qui peuvent être appréhendés comme des espaces publics partiels (Miège, 2010), témoins de dépassements (lévy, 2002) de l'espace public classique (Habermas, 1962). Parmi ces nouveaux espaces virtuels consacrés au cinéma, nous pouvons citer les blogs, les forums, les réseaux sociaux,... au sein desquels des spectateurs-lambdas émettent leur propre jugement à l'égard de films cinématographiques. Ces interfaces de débats et de médiations entre les spectateurs et les oeuvres cinématographiques peuvent représenter un recours pour l'individu choisissant le film qu'il va aller voir au ciné ma. toutefois, la blogosphère cinématographique n'est pas exempte de manipulations directes ou indirectes de la part des producteurs de films. Souvent présentés comme des dispositifs indépendants de jugement (Karpik, 2007) pour les futurs spectateurs, les blogs, forums,... sont aussi des dispositifs de captation (Cochoy, 2004) des publics du cinéma.questions de recherche. Comment le phénomène d'intermédialité se traduitil par une imbrication de dispositifs de jugement (Karpik, 2007) et de captation (Cochoy, 2004) ?. Dans quelle mesure et quels contextes ces dispositifs de jugement (Karpik, 2007) et de captation (Cochoy, 2004) sont mobilisés par le spectateur ?. Quelles mutations peuvent être impliquées par le phénomène d'intermédialité généré par l'activité cinématogrméthodeDeux types de données ont été recueillis. D'une part, des données relatives aux dispositifs de jugement (émissions, blogs,...) et aux dispositifs de captation (casting, synopsis,...). D'autre part, des données concernant des spectateurs et reposant sur un corpus d'observations dissimulées et d'entretiens qualitatifs réalisés devant des salles de cinéma.l'analyse de ces données consiste à étudier comment les dispositifs internet jouent - ou non - dans le choix de voir tel ou tel film, dans tel ou tel contexte social.Résultats et implicationsL'émergence de nouvelles formes d'expressionles imbrications de médias - générées par l'activité cinématographique - bousculent certaines dichotomies relatives à la " formalité " et " l'informalité " des sources d'information, et déconstruit certains rapprochements entre " formalité " et " fiabilité ". En effet, le fait que certains spectateurs-décideurs accordent une fiabilité considérable aux opinions émanant, sur Internet, de quidams, met en question l'idée de fiabilité supérieure et systématique des sources d'informations dites 'formelles'. Capables d'investir les mêmes rôles et d'assumer les mêmes 'responsabilités' que les sources d'information dites 'formelles', certaines sources d'informations dites 'informelles' - délivrées, par exemple, tout azimut, par une 'opinion commune' (Karpik, 2007) en ligne - témoignent de l'importance accrue qui devrait être accordée à des formes d'expression émergentes, portées notamment par les nouveaux médias (Shefrin, 2004 ; Jenkins, 2006).La relativisation de la critique dite " traditionnelle "en s'exprimant par l'intermédiaire de supports médiatiques résolument hétérogènes (presse, télévision, Internet,...), les critiques de film, souvent désignés comme " cicérones " (Karpik, 2007), offrent un aperçu des imbrications initiées par l'activité cinématographique. les critiques de cinéma introduisent effectivement certaines émergences, à l'image, notamment, d'un distinguo entre la critique de cinéma dite 'traditionnelle' et la critique de cinéma en ligne. Une telle différenciation implique certaines dissemblances, tant en matière de fond qu'en matière de forme. Par exemple, 'l'e-critique cinématographique', en soustendant une forme d'expression conditionnée par l'immédiateté et l'instantanéité - caractéristiques du média internet - engage certaines dissimilitudes, en matière de teneur et de présentation, par rapport à la critique traditionnelle. en d'autres termes, si les critiques diffusées dans la presse traditionnelle peuvent migrer sur internet et devenir par la même des critiques en ligne, un tel franchissement implique certaines mutations dans leur traitement et leur réception. Une critique paraissant dans la presse traditionnelle n'engage pas le même exercice, le même coût de diffusion, le même rapport au lecteur,... qu'une critique paraissant sur internet. l'intermédalité, ici générée par l'activité cinématographique et révélée par l'expression pluri-médiatique des critiques, induit certaines interrogations ; parmi ces questionnements, nous pouvons mentionner la relativisation du rôle de la critique dite 'traditionnelle' à l'aune de l'avènement du média internet.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_3_colloque_cmn_marty.pdf (1.24 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00831967 , version 1 (09-06-2013)
hal-00831967 , version 2 (23-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00831967 , version 1

Citer

Stéphanie Marty. Les nouvelles formes d'imbrication des médias de masse. Le cas du cinéma et d'internet. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.289. ⟨hal-00831967v1⟩
888 Consultations
1099 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More