Narrative of certitude for uncertainty normalisation regarding biotechnology in international organisations - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Narrative of certitude for uncertainty normalisation regarding biotechnology in international organisations

Résumé

Narrative theory has gained prominence especially as a companion to social construction of reality In matters of regulation and normalization, narratives socially and culturallyconstruct relevant contingencies, uncertainties, values, and decision. Here, decision dynamics pit risk generators, bearers, bearers' advocates, arbiters, researchers and informers as advocates and counter advocates (Palmlund, 2009). the decision-relevant narrative components (actors, themes, scenes, plots and scripts) are ripe with normative implications since competing narratives create worldviews that prescribe means for making sense of experience and resolving conflicts (Heath, 1994). As will be discussed in this paper, competing narratives of risk assessment and the distribution of harms and benefits offer vital insights to conflicts concerning the efficacy and safety of biotechnology applications as social drama. the tensions of this drama arise from battles over how safe is safe enough (Fischhoff, Slovic, lichtenstein, read & Combs, 1978), and how fair is safe enough (rayner & Cantor, 1987). one set of norms prescribe and guide the functions and structures of conflict resolution: how advocates of competing perspectives engage to resolve conflict through decision-making infrastructures. A second cluster of norms centers on the logics of risk-centric decisions: the gathering and vetting of evidence, the application of premises, and the evaluation of solutions, whether more aggressive or cautious in the face of uncertainties. risks attached to genetically modified organisms (GMOs) are such that sensemaking capacities based on uncontestable and ample facts are scarce; scientific evidences and political interpretations that construct norms can contradict each other. In the conflict process, broad scientific and policy communities (" sound science " and " precautionary " advocates) compete to normalize this uncertainty by imbricating knowledge in larger cultural plots (Douglas, 1992). international GMO regulation principles in the course of the GMO controversy, two main norms have emerged at the international level, both of which encapsulate and are constructed by narratives of certitudes. one is enacted by sound science proponents who approach risk analysis and decisions from the standpoint of a high-order scientific rationality; the principle of substantial equivalence (SEP) required at least to be sufficiently convincing to industry lies on a life norm that formulate no difference between conventional and modified organisms. This is contested by one that emerged from deliberative civil society arenas which emphasizes uncertainties in the nature and health-envrionmental impacts of GMOs: the precautionary principle (PP). in order to describe and analyse these phenomena, we propose that narratives are salient human communication norms. applying this approach to risk policy narratives competing to weigh international agri-food trade norms, this paper examines the main competitive narratives and vocabularies endorsed by proponents and critics of GMOs during the dispute that engaged the United States and the european Union over genetically modified organisms GMOs within the World Trade organization WTO and the United Nation Convention on Biological Diversity's Biosafety Protocol (Un CBD BSP) from 2001 to 2007. Science-based norms, in this way, are to be analysed as technological norms: as both processes and outcomes (Perriault & Vaguer, 2011). their capacity to create intercomprehension is challenged by members of individualist and egalitarian organisation (Tansey & O'Riordan, 1999). Profit cements individualist organisations while membership to egalitarian groups is voluntary and therefore fragile: such groups "will select and emphasize dangers based on the need to maintain membership. the logic of the argument is that the greater the danger, the greater the binding force it creates amongst the members" (p. 77). Both international organizations have each endorsed one of the narratives described, and decision heuristics that can foster scientific norms' complementarities over contradictions do not emerge. neither is inherently best but the principles of deliberative democracy serves society by forcing the public vetting a specific scientific community to the forefront of cultural interpretation of risk: the goal is to determine how and if these processes serve political outcomes in ways that constitutes evidence of a fully functioning society (Heath, 2006).
Aux côtés de celles de la construction sociale de la réalité (Fisher, 1987; Berger & luckmann, 1965;Huegens, 2002). En matière de régulation et de normalisation, les récits participent de la constructionsociale et culturelle des contingences, incertitude,valeurs et décisions qui caractérisent celles-ci. Ici, lesdynamiques de décision campent et font se mesurerles producteurs et les porteurs de risques, les arbitres et chercheurs en tant que partisants et opposants(Palmlund, 2009). Les éléments narratifs de la décision (acteurs, thèmes, scènes, intrigue, scénario) sont pétris d'implications normatives étant donné que les récits rivaux construisent des représentations du monde prescriptives des manières de faire sens du vécu et de résoudre les conflits (Heath, 1994). Comme discuté dans ce texte, les récits entrant en compétition dans le cadre de l'évaluation et la qualification du risque ainsi que la distribution des dommages et bénéfices offrent une perspicacité unique sur les conflits portant sur l'efficacité et la sécurité des applications issues des biotechnologies compris comme fiction sociale. Les tensions de cette fiction emergent des batailles portant sur "how safe is safe enough" (Fischhoff, Slovic, Lichtenstein, Read & Combs, 1978), et "how fair is safe enough" (Rayner & Cantor, 1987). Un ensemble de normes precrivent et guident les fonctions et structures de résolution de conflit : de quelle manière les partisants des représentations et récits qui entrent en compétition se livrent dans le règlement de confit dans le cadre d'infrastructures de prise de décision. Un second ensemble de normes concernent les logiques des décisions sur le risque: le rassemblement, le contrôle et les accords sur les preuves technoscientifiques, l'application des raisonnements de fond, et l'évaluation des solutions, soient-elles aggressives ou prudentes face aux incertitudes identifiées. Les risques attachés aux organismes génétiquement modifiés (OGM) sont tels que les capacités sociales et culturelles, mais aussi politiques et organisationnelles de faire sens sur la base de faits incontestables sont une ressource rare. Dans ce processus de conflit, de larges communautés scientifiques et réglementaires (partisants de la science dite "robuste" et de celle dite "précautionneuse") rivalisent dans l'objectif de normaliser les incertitudes, en intégrant les connaissances scientifiques dans une plus large intrigue qu'est la culture (Douglas, 1992). les principes internationaux de régulation du risque OGM Dans le cours de la controverse OGM, deux grandes normes ont émergé dans l'espace réglementaire international, tous deux construits et renfermant des récits de certitude. l'un est endossé par les partisants de la science dite "robuste" qui fondent leur raisonnement sur la primauté de la rationalité scientifique; le principe dit "d'équivalence en susbtance" (PES) est forte sur l'industrie en tant qu'il est fondé sur une norme du vivant qui ne reconnait pas de différence entre les organismes génétiquement modifiés et les conventionnels. Celuici est contesté par un autre construit par des arènes délibératives où la présence de la société civile est forte et la reconnaissance d'incertitudes quant à la nature et les effets des OGM est affirmée: le principe de précaution (PP). Dans l'objectif de décrire et analyser ces phénomènes de construction, de rivalité et d'opposition, nous proposons le récit comme étant une norme de la communication humaine entendue comme mise en sens de l'expérience et construction d'intercompréhension. appliquant cette approche sur les récits et vocabulaires réglementaires du risque qui entrent en rivalité pour influencer les normes de commerce agroalimentaires, cet article examine les principales lignes de discours endossées par les partisants et opposants des biotechnologies au sein de l'organisation mondiale du commerce (OMC) et le protocole de biosécurité de la Convention des nations unies pour la biodiversité (PBS CBD NU) de 2001 à 2007. La normalisation à caractère scientifique, dans ce sens, est à interroger comme les normes technologiques, comme à la fois processus et résultat (Perriault & Vaguer, 2011). les capacités d'intercompréhension sont grevées par les membres d'organisations individualistes et égalitariennes notamment (tansey & O'Riordan, 1999). L'idée de profit cimente l'appartenance aux organisations individualistes, alorsque celle-ci est volontaire et donc fragile dans les organisations égaliateriennes: ces groupes "selectionneront et insisteront sur des dangers sur la base des besoins du maintien de l'appartenance. la logique de l'argument consiste à dire que plus élevé est le danger, plus forte s'en trouvent les liens entre les membres" (p. 77). les deux organisations internationales impliquées au premier chef construisent, endossent et maintiennent chacune des récits, principes, normes et logiques de décision qui ne permettent pas l'émergence de complémentarités entre normes réglementaires à caractère scientifique. Aucune heurisitque de décision n'est en substance meilleure que l'autre, mais les fondements de la démocratie délibérative servent la société en poussant les communautés scientifiques au contrôle et jugement public: l'objectif est de déterminer comment et si ces processus servent les conséquences politiques d'une manière qui constitue des évidences d'une société fonctionnant pleinement (Heath, 2006).
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_1_colloque_cmn_heath_proutheau_v2.pdf (206.06 Ko) Télécharger le fichier
Origine Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00839222 , version 1 (27-06-2013)
hal-00839222 , version 2 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00839222 , version 2

Citer

Robert Heath, Stéphanie Proutheau. Narrative of certitude for uncertainty normalisation regarding biotechnology in international organisations. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.120. ⟨hal-00839222v2⟩
174 Consultations
203 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More