Normes et communication. la notion de norme au carrefour d'une pluralité de processus communicationnels. - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Normes et communication. la notion de norme au carrefour d'une pluralité de processus communicationnels.

Alain Létourneau
  • Fonction : Auteur

Résumé

The notion of norm at the crossroads of a plurality of communicational processes. Taking into account some recent work theorizing the norm (De longeaux, 2009; turner, 2009; and especially ostrom, 2005) and in the context of a previous essay on normativity (letourneau, 2009), the following questions will be treated: 1) What are the characteristics of what we call a norm? 2) are there different types of norms, and what are these types? 3) in which way the notion of a normative order or normativity, understood as sets of elements producing normative force, can complement this definition and typology of norms? For treating 1) and 2), we want to examine with more detail elinor ostrom's theory of norms (especially in ostrom, 2005), developed by the 2009 recipient of the Nobel Prize in economy with a large interdisciplinary group of researchers, what has been called the institutional analysis and Development (iaD) framework. this conception of what is a norm could serve as a shared terminology, especially if we want to follow Charles Sanders Peirce's advice on the usefulness of referring to a common theoretical frame susceptible of rejoining a larger group of researchers when it is possible (Peirce, 1903; 1998). that particular framework of reference (IAD) was first developed and frequently adopted afterwards to discuss issues in natural resources management (mines, forests, watersheds, fish aggregations or animal herds) but its focus has been enlarged in the last decade. What is called Common Pool resources (CPrs) includes information on wikis and similar platforms, and also health services issues, because with these cases we also have situations where a plurality of property regimes could result into abusing resources or services that are held in common. ostrom's analytical model has the advantage of simplicity, of a clear set of basic definitions that can easily be used to clarify action settings. to treat question 3 about normativity, we will refer to the authors mentioned, especially turner who provides us with an interesting synthesis on normativity but also Maesschalck, 2010; lenoble and Maesschalck, 2008. as an example, we can think of the request for growth that is strongly felt in our economic cultural world (Daly, 1996) as exerting normative force, something similar occurs with complex and disputed issues like sustainable development. We can also think about knowledge as comprising normative aspects (for some discourse or cognitive content to count as knowledge, some conditions have to be met), and obviously also communication has a plurality of normative dimensions. For instance, to discuss the rhetorical aspect of communication includes a plurality of normative components, among which the following: the speaker has to make him/herself understood by the audience. this should be of the greatest interest for communication and information sciences, especially since a certain interpretation of Max Weber has resulted in a tendency among sciences to avoid studying normative claims or components. at a larger scale, speech acts also manifest a varied normative force, which is obvious in the cases of the promise, the condemnation and one's involvement or engagement, and also elsewhere (Searle & Vanderveken, 1981). this being said without forgetting about types of normativity that are specific to certain action domains (administrative, aesthetic, scientific, etc), referring here to sets of norms, values, processes and procedures who have constraining force, a component which shows itself in discourses and in practices. the text will develop the cases mentioned (growth, sustainable development, rhetorics) to help situate those normative fields and to precise their limits. This conceptual clarification seem to be useful for a com municational theory of the norm in organizations but more largely on the social and political scale, reticular or inter-organizational (Serres, 1972) levels. One important critical issue is the following: to have a norm is hypothetically to have a rule for action. But the fact that we have a norm obviously does not suffice to decide if the norm is good or has value (Dewey, 1939; létourneau, 2010); we need to distinguish two levels, valuation and critical evaluation. We find ourselves in the following situation: the established norm presupposes definite ends and valuations/evaluations on many le vels, and criteria that permit to determine thresholds of acceptability and of non-acceptability of some phenomena, in a series of more or less open discussions. The norm fixes the forbidden or the permitted, in some cases the mandatory; it does not necessarily need to result in absence or completion, zero or one. Said otherwise, from the point of view of a study of communicational interaction processes concerning the norms (as scientific as possible), we need to distinguish and characterize three different levels that can have common aspects: 1) norm elaboration processes 2) the communicational content of norms (including the pragmatic aspects, with understanding intervening as interpretation and application of the norm) 3) spaces of an evaluative and critical discussion of the norm, that come a posteriori and can express themselves in three great spheres: colloquial discussions among colleagues and acquaintances, for instance in a common organization; discussions of the written and electronic press, those of the parallel press called sometimes blogosphere, sometimes cyberspace. In some cases those discussions can recognize and confirm the value of the norm, whereas in other cases that value will be put in question by referring to criteria that obviously vary in function of contexts, other norms of reference, evolving situations, etc. in societies pursuing a democratic ideal (which goes most of the times with specific institutions), the role of public opinion if of the foremost importance at each stage, provided we accept a radically constructionist theory of that opinion.
En prenant en compte certains travaux récents d'élaboration théorique sur la question de la norme (De longeaux, 2009; turner, 2009; et en particulier ostrom, 2005), et dans le contexte d'une réflexion amorcée précédemment sur la notion de normativité (létourneau, 2009), nous allons d'abord poser tour à tour les questions suivantes : 1. quelles sont les caractéristiques de ce que nous entendons par une norme? 2. Quelles sont les différents types de normes qu'il est possible et souhaitable de caractériser? 3. De quelle façon la notion de normativité ou d'ordre normatif, qui semble concerner un ensemble d'éléments exerçant une " force normative ", peut-elle compléter cette définition et typologie des normes? Pour établir les points 1 et 2, nous comptons examiner plus en détails l'élaboration sur les normes fournie par elinor ostrom (notamment Ostrom, 2005), développée par cette scientifique, prix nobel 2009 en sciences économiques, avec une équipe interdisciplinaire, dans ce qu'on appelle le cadre iaD (institutional analysis and Development Framework). Cette approche de la norme pourrait fournir les bases d'une terminologie commune, si tant est que nous voulions suivre la recommandation déjà donnée par Charles Sanders Peirce (Peirce, 1903; 1998), proposant de nous référer quand c'est possible à un corpus de référence susceptible d'être repris par un grand nombre de chercheurs. Ce cadre particulier a commencé par s'imposer dans le domaine de la gestion des ressources naturelles considérées comme ressources communes (mines, forêts, bassins versants, cheptels animaliers ou piscicoles) mais sa portée a été récemment élargie. Cette problématique des common pool resources a été élargie du reste aux informations disponibles sur les wikis et plates-formes similaires, ainsi qu'aux soins de santé (dans la mesure où nous avons là aussi des régimes divers de propriété possibles se croisant pour rendre des services qui sont mis en commun et dont il est possible d'abuser). le modèle analytique d'ostrom a l'avantage de la simplicité, d'un ensemble définitionnel clair qui peut être utilisé pour analyser des situations d'action. Pour traiter la question 3 autour de la normativité, nous allons nous référer aux auteurs mentionnées, en particulier turner mais également Maesschalck, 2010; lenoble et Maesschalck, 2008; etc. Comme exemple, la requête de la croissance dans la culture du monde économique en lequel nous vivons exerce une force normative (Daly, 1996), de même pour une notion discutée comme celle de développement durable. Pensons aussi aux aspects normatifs concernant la connaissance (il y a des conditions à remplir pour qu'un discours ou un contenu cognitif puisse compter comme un savoir) et bien sûr aux normativités de la communication (par exemple, parler de l'aspect rhétorique de la communication inclut d'importantes composantes normatives, dont la suivante : le locuteur doit se faire comprendre de son auditoire). Voilà une question d'intérêt pour les SiC, bien que les sciences en général ont eu tendance, du moins à la suite d'une certaine lecture de Max Weber, d'éviter de considérer les éléments normatifs. Plus largement, les actes de parole manifestent une force normative variée, de façon évidente dans les exemples de la promesse, de la condamnation ou de l'engagement, mais aussi ailleurs (Searle et Vanderveken, 1981). et ce, sans oublier des types de normativités spécifiques à des domaines d'action précis (normativité administrative, esthétique, scientifique, etc.), désignant par là des ensembles de normes, de valeurs, de procédures et de processus, dont la force (relative) de contrainte se manifeste à la fois dans les discours et les pratiques. le texte développera les cas mentionnés (la croissance, le développement durable, la rhétorique) pour illustrer ces différents champs normatifs et en concrétiser les contours. Cette clarification conceptuelle semble requise pour une théorie communicationnelle de la norme dans le contexte de la vie organisationnelle, et au plan social et politique, c'est-à-dire ce plan le plus souvent pensé de manière réticulaire ou inter-organisationnel (Serres, 1972). Une question à caractère critique doit forcément aussi être posée: avoir une norme c'est disposer d'une règle d'action, du moins par hypothèse. Mais le fait d'avoir une norme ne nous assure évidemment pas de sa valeur (Dewey, 1939, 2011; létourneau, 2010); il est requis de distinguer deux niveaux du travail de la valeur à propos de la norme et de la normativité, entre la valuation et l'estimation plus rigoureuse. nous nous trouvons apparemment dans la situation suivante : la norme établie présuppose des fins et des évaluations préalables, ainsi que des critères permettant de marquer des seuils d'acceptabilité et de non acceptabilité face à divers phénomènes " à régler ", tous éléments forcément établis dans une série de discussions plus ou moins ouvertes. La norme fixe soit l'obligatoire, le permis ou le défendu, mais elle ne circule pas simplement entre le vide et le plein, le zéro et le un. Autrement dit, du point de vue d'une étude des processus d'interaction communicationnelle (étude qu'on voudra scientifique et-ou rigoureuse) concernant les normes, il est requis de distinguer et de caractériser trois lieux distincts qui peuvent avoir des caractéristiques communes, soit 1) les processus d'élaboration de la norme, 2) le contenu communicationnel de la norme (incluant ses aspects pragmatique, avec l'opération du comprendre qui, dans l'application, actualise la norme en l'interprétant) et 3) les lieux de discussion critique et évaluative de la norme qui peuvent venir a posteriori et produire des commentaires. Ceux-ci se retrouveront à leur tour dans trois types de lieux : discussions colloquiales au plan des collègues ou connaissances par exemple à l'intérieur d'une organisation commune, ceux de la presse écrite et électronique, ceux de cette presse parallèle appelée depuis peu blogosphère, et précédemment cyberspace. Dans certains cas une discussion ultérieure peut simplement entériner la valeur de la norme, alors que dans d'autres on mettra en question la valeur de la norme en raison de critères forcément variables en fonction des contextes, circonstances, normes de référence, évolution situationnelle, etc. Dans des sociétés qui poursuivent un idéal de vie démocratique (qui va de pair le plus souvent avec des institutions), le rôle de l'opinion publique est prépondérant à toutes ces étapes, à condition d'admettre une notion très constructiviste et variable de cette opinion.Norms and communication.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_1_colloque_cmn_letourneau_v2.pdf (226.53 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00839237 , version 1 (27-06-2013)
hal-00839237 , version 2 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00839237 , version 2

Citer

Alain Létourneau. Normes et communication. la notion de norme au carrefour d'une pluralité de processus communicationnels.. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.140. ⟨hal-00839237v2⟩

Collections

UNIV-LILLE
726 Consultations
792 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More