Visual literacy and semiocognitive constructs: a sense-making study of Viewers' Visual Experience - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Visual literacy and semiocognitive constructs: a sense-making study of Viewers' Visual Experience

Michel Labour

Résumé

Images of all shapes and sizes abound in our everyday lives to the extent that we are not all always aware of what sense we make ot them, if at all. This begs the question about the literacy skills involved in making sense of these visual experiences. With this in mind a study was conducted into the declared preferences of spectators based on a conceptual framework investigating the effects of (social-technical) norms on users. This involved examining the works of two leading French-speaking communication researchers, Yves Jeanneret (2008) and Bernard Lamizet (2006), and those of well-known English-speaking researchers Luciano Floridi (2010) and George Kelly (1963).Conceptual frameworkWe looked at Jeanneret's (2008 : 159) idea of "media-text" as the relationship between what can be expected from a set of mediated objects and how an individual makes sense of them. Jeanneret's hypothesis of media-text can be buttressed by Gibson's (1979: 139) idea of "affordances" as objects that can be seen as offering "use opportunities" to a user akin to how a "media-text" emerges as interactions between what can be expected from perceived objects and an individual's sense-making process. Given this, we argue that when objects of communication are coupled to an individual's expectations, they afford opportunities for semiocognitive constructs in a sense-making process. But, how do "media-text affordances" occur in the first place? An answer to this question would seem to lie in the informational nature of the "semiotic experience of events", defined by Lamizet (2006: 60, 271) as "unexpected facts, or at the very least a fact non-conform to the facts that preceded it" (Lamizet 2006 : 26). Such "events" intrigue, worry and pry open an individual's sense of identity. The question then arises as to the informational nature of these "events"? In this context, Floridi's (2010: 20-21) concept of "General Definition of Information" (GDI) sheds light on the phenomenon of information. Floridi posits "data" as the basic building brick of what he calls "information". These data are defined as "fractures in the continuum or lacks of uniformity in the fabric" of a reality that can be inferred empirically from experience (Floridi 2010: 23, 69). (This "fracture in the continuum" resonates with Lamizet's idea of "semiotic experience of events"). Given this Floridi (2010: 20-21) argues that a GDI involves well-formed (in terms of syntaxical rules and norms), meaningful (interpretable within the norms of a given discourse community) data ("stuff that can be manipulated", Floridi, 2010 : 20). How then can the GDI help understand the sense-making process? This presentation advances the idea that Kelly's (1963: 120) methodology offers an answer to the question via the dialogue created in constructing a cross-matching (potential choices/preferences) "repertory grid" that documents how an individual channels the ways he anticipates events when making sense of them.Research objectiveWithin the ambit of our conceptual framework, the main claim of this paper is that the co-construction of semiocognitive constructs via a repertory grid (Labour 2010: 83-86) links up key concepts of Jeanneret (2010), Lamizet (2006) and Floridi (2010) in a sufficiently coherent way in order to better grasp an individual's "visual literacy" universe. By visual literacy is meant the self-critical "ability to construct meaning from visual images" (Bamford, 2003: 1). In this sense, making sense of visual images implies a skill set that includes interpretation of content, examination of social and ideological implications of visual images, understanding of purpose, audience and ownership and judging the accuracy, validity and worth of what is experienced (ibidum). On this point, this understanding of visual studies corresponds to the writing of Visual Studies, such as Mitchell (1986: 2) for whom imagery serves as "a kind of relay connecting theories of art, language, and the mind with conceptions of social, cultural, and political value". In this context, the research objective targets the links between perceived scenic elements of a film extract, seen here as "media-text", and spectators' sense-making semiocognitive constructs.Research methodA communicational situation was designed to allow spectators watch a four-minute car chase, taken from an action film they had never seen, on a computer screen put on a desk. After having watched the extract, the spectator was immediately interviewed for about an hour. The interview was based on Dervin's (1999) qualitative sense-making approach, followed by Kelly's (1963) analytical and more quantitative technique. After a pilot study, 20 adults were interviewed about what sense they made of the car chase. This led to three sets of data. The first set of data came from the verbatim of the interview. The second set of data was based on three short questionnaires. An initial questionnaire established the interviewee's film watching preferences before watching an extract of the film. After having watched the extract, the second questionnaire asked the spectator if they wanted to see the whole the film and what the film meant to them. The third questionnaire came near the end of the interview to see if after talking about the film, the spectator (still) wanted to watch the whole of the film, or not. This final questionnaire takes into account some inevitable bias of a semi-directive interview, which includes the current mood of the interviewee and the "personality style" of the interviewer. A third set of data arose from the filling in of Kelly's (1963) "repertory grid". The systematic filling in of the grid allows interviewees to succinctly express their point of views via contrastive attributes followed by choosing a numerical preference on a 5-point ordinal scale. Floridi's (2010) "General Definition of Information" appears to fit in with Kelly's (1963) operational repertory grid methodology. In this case the grid allows interviewees to document their personal value systems in reference to the social norms and cinematographic stereotypes via what they identified as meaningful "events" in a film they had just watched. This grid filling activity, with its attending dialogue with the interviewer, acts as a form of "rewriting" (Jeanneret 2008: 87-88) that not only identifies the scenic affordances of the film but also acts as a "mediation of sense-making". This mediation transforms how "cultural beings" perceive communicational objects embedded in norms and value systems (Jeanneret, 2008: 87).ResultsThe results of the study indicate that for the majority of the participants, the verbal and digital explicative process had a stabilizing effect, i.e. it reinforced their initial decision about wishing to see the film (expressed in Questionnaire 2). For others, the process brought out either a boomerang (intensification against seeing the film) or a propellant effect (intensification of wanting to see the film). The results highlights notable aspects of visual literacy in the way the spectators emphasise, discard or are oblivious to what some of the interviewees called the "moral aspects of an action film" in the way it could encourage younger or vulnerable adult viewers to carry-out the "anti-social" behaviour portrayed on screen. The identification of these effects sheds light on a spectator's value-system when making sense of perceived cultural and cinematographic norms and in so doing they help clarify design choices for decision aiding engineers and authors of audiovisual documents.
La littératie visuelle et les construits sémiocognitifs : une étude de création de sens de l'expérience visuelle des spectateurs la littératie visuelle et les construits sémiocognitifs : une étude de création de sens de l'expérience visuelle des spectateurs Nous sommes assaillis aujourd'hui par des images de toutes sortes. Cette situation pose la question des compétences qui favoriseraient la création de sens à partir des expériences visuelles. Dans cette optique, une étude a été menée à propos des préférences déclarées des spectateurs selon un cadre conceptuel portant sur l'effet des normes véhiculées par les dispositifs sociotechniques. L'étude s'appuie sur les travaux des Sciences de l'Information et de la Communication (SIC) d'Yves Jeanneret (2008) et de Bernard Lamizet (2006) ainsi que ceux des anglophones Luciano Floridi (2010) et George Kelly (1963).Cadre conceptuelLe point d'entrée du cadre est le "media-texte" de Jeanneret (2008 : 159), c'est-à-dire le rapport entre ce qui peut être anticipé des objets à but communicatif et ce qui relève de l'activité de l'utilisateur. Cette hypothèse du média-texte peut être étayée par le concept " d'affordance " de Gibson (1979 : 139). Selon ce dernier, certains objets peuvent être perçus comme porteur d'une " utilité opportune ". Cela fait ainsi écho aux interactions entre le processus de création de sens de l'utilisateur et ses attentes vis-à-vis des objets constituants d'un média-texte. Se pose alors la question de l'émergence des affordances d'un media-texte ? Une réponse se trouverait dans le caractère informationnel de " l'expérience de la sémiotique de l'événement " de Lamizet (2006 : 26). Celui-ci comprend par " événement ", un fait inattendu, " tout au moins un fait non conforme à la succession des faits qui l'ont précédé " de manière à ce que l'identité de l'individu soit mise en question, interrogée, inquiétée (Lamizet 2006 : 60, 271). Quel est le caractère informationnel de cette expérience de la sémiotique de l'événement ? Dans ce contexte, la " Définition Générale de l'Information " (DGI) de Floridi (2010 : 20-21) éclaire le caractère de ce qui peut être compris " d'informationnel " en SIC. Selon Floridi, à la base de l'informationnel se trouvent les " données " (data) émanant des " fractures d'un continuum ou l'absence d'uniformité dans la fabrique " d'une réalité inférée empiriquement par un vécu personnel (Floridi 2010: 23, 69). Sous cet angle, une DGI comprend des données (" choses qui peuvent être manipulées ", Floridi, 2010 : 20) bien formée (selon des règles et des normes de syntaxe) et signifiantes (interprétable selon les normes d'une communauté de discours, Floridi 2010 : 20-21). Comment la DGI peut-elle donc faciliter la compréhension du processus de la création de sens ? C'est en réponse à cette question que la méthodologie de Kelly (1963 : 120) peut jouer un rôle capital. Cette méthodologie permet le spectateur d'exprimer son point de vue et de construire pour remplir une grille croisée de préférences pondérées. Cette grille documente la manière dont un individu fait sens d'événements lors d'un processus de création de sens.Objectif de rechercheEn s'appuyant sur le cadre conceptuel pré-cité, cette présentation soutient l'hypothèse que le processus d'élaboration d'une grille croisée de Kelly (1963, voir Labour 2010: 83-86) lie les apports de Jeanneret (2010), de Lamizet (2006) et de Floridi (2010) d'une manière suffisamment cohérente pour saisir l'univers de la littéracie visuelle d'un spectateur. Par littéracie visuelle, on entend, la capacité de " construire le sens des images visuelles " (Bamford, 2003 : 1). Cela implique l'interprétation du contenu, l'examen des implications sociales et idéologiques des images, la compréhension de l'objectif, l'audience et la question de la propriété d'une image ainsi que la justesse, la validité et la valeur de ce qui vécu (ibidum). Sur ce point, la démarche correspond globalement à celle de Mitchell (1986 : 2) en Visual Studies. Selon ce dernier, en effet, les images servent comme " une forme de relais entre les théories de l'art, la langue et l'esprit associée aux valeurs sociales, culturelles et politiques ". Dans ce contexte, l'objectif de recherche cible les liens entre les éléments scéniques perçus, de l'extrait d'un film visionné en tant que " média-texte " et au rôle des construits sémiocognitifs dans la création de sens du spectateur.Méthode de rechercheUne situation communicationnelle a été conçue pour permettre au spectateur de visionner une course-poursuite de 4 minutes, tirée d'un film d'action qu'il n'a pas vu, sur un écran d'ordinateur posé sur un bureau. Immédiatement après le visionnage, le spectateur participe à un entretien semi-directif d'environ une heure. L'entretien est fondé sur la démarche qualitative de sense-making de Dervin (1999) et suivi de l'approche analytique et quantitative de Kelly (1963). La méthode a été validée lors d'une pré-étude avant d'être mise en pratique par des entretiens semiguidés de 20 adultes sur le sens qu'ils accordent à une course-poursuite filmée. Trois courts questionnaires ont permis de mieux contextualiser les propos du spectateur. Le questionnaire 1 identifie les préférences cinématographiques du spectateur. Le questionnaire 2 demande une réponse " à chaud " de ce que l'individu a vécu en visionnant la course-poursuite et si ce vécu lui donne envie de voir le film en entier. Le spectateur est également conduit à documenter son point de vue par l'élaboration d'une grille croisée de choix potentiels/préférences. Le remplissage systémique de la grille encourage le spectateur à commenter ses préférences et à les pondérer numériquement sur une échelle ordinale de 5 points. Ce qui en résulte est une grille matricielle, laquelle s'approche de la DGI de Floridi (2010) en lien à une forme textuelle de réécriture, ou " textualisation " dirait Jeanneret (2008 : 88), portant sur les valeurs exprimées de la part des spectateurs, vis-à-vis des normes et des stéréotypes cinématographiques lors d'un processus de création de sens. Selon Jeanneret (2008 : 90) une telle textualisation constitue un repère majeur dans la compréhension des " êtres culturels " par l'intermédiaire d'une " réécriture continue ", en l'occurrence concernant les affordances scéniques perçues lors du visionnage de l'extrait du film. Le questionnaire 3 pose à nouveau la question de savoir si le spectateur souhaite voir le film en entier et ce qu'il pense de l'entretien. Ce dernier questionnaire permet de prendre en compte les inévitables biais d'une situation d'entretien.RésultatsLes résultats de l'étude indiquent que pour la majorité des spectateurs interrogés, l'explicitation verbale et numérique des préférences a un effet stabilisateur (renforcement de la décision initiale exprimée en Questionnaire 2). Pour d'autres, cependant, cette explicitation développe un effet boomerang (atténuation de l'intensité de la décision initiale) ou un effet propulseur (amplification de l'intensité de la décision initiale). Du point de vue de la littératie visuelle, certains spectateurs soulignent les " aspects moraux d'un film d'action " qui peuvent inciter des jeunes ou des adultes vulnérables à reproduire certaines " actions antisociales " d'un film de ce genre. Ces résultats éclairent le processus décisionnel des utilisateurs de médias et fournissent des pistes en termes d'aide à la décision pour le concepteur d'une œuvre audiovisuelle.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_2_colloque_cmn_labour.pdf (1.43 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00839265 , version 1 (27-06-2013)
hal-00839265 , version 2 (22-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00839265 , version 1

Citer

Michel Labour. Visual literacy and semiocognitive constructs: a sense-making study of Viewers' Visual Experience. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.217. ⟨hal-00839265v1⟩
390 Consultations
197 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More