Penser la refiguration normative : la collaboration interculturelle face au contraintes du dispositif numérique - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2013

Penser la refiguration normative : la collaboration interculturelle face au contraintes du dispositif numérique

Résumé

Thinking normative refiguration : intercultural collaborationin the constraints of a virtual environment Our research gives evidence to the fact that atechno-pedagogical virtual learning environmenthas a notable impact in the communication culture of the participants engaging in interaction within this environment (Wilhelm, 2009). these actors are characterized by multiple diversities : they differ nationally, linguistically and culturally and at the same time they share a professional culture and their status (university teachers for the most part). Following the hypothesis that their socialization has led to the emergence of tacit, implicit cultural rules (Dubar 2006 ; Henslin 2004) and that communication norms in an online context are specific as well (netiquette), just as the norms and rules of interaction in an educational environment (Peraya, 1999), do we then witness a normative refiguration due to distance interaction ? Will the prefigured norms of the actors align throughout the interactive process ? We will present a case study where those aforementioned three types of norms play together to allow for the emergence of a community of communication (Apel, 1973). We are studying a social interaction space : a collaborative distance learning environment. We are looking more precisely at the uses and practices inside this space and at the representations of the actors reflecting on their shared experience. the space includes a margin for improvisation as well as a possibility to negotiate norms and rules that configure the social structure. We are particularly interested in this negotiation of social territory. the paradigm of symbolic interaction is "is a theoretical framework based on the assumption that society involves interaction by which individuals actively construct reality in everyday life" (Maconis, 1991). if the social is constructed through constant negotiation and adaptation, by symbolic interaction, it is even more important to take into account outside influences, coming from outside the environment in question, for example cultural variables "imported" while using it. our results suggest that the participants in our online learning course work within a local context (school, university, work, home, cybercafé) and they face, in consequence, various constraints and affordances (schedules, accessibility, tutoring, technology available...). the environment that unites them and that is shared by all is the online learning environment, which, aside from allowing for written interactions, gives them a spatial environment of their own. the semiotic environment at hand is thus a blend of presence and distance. this dynamic necessarily begs the use of an intermediary space, that we need to take into account. it's this third space that can transform the initial primary cultural and material frames of the learner's experience. this is achieved by the voluntary breeching of the taken for granted frames of reference and by a methodology that uses socio-cognitive conflicts in its pedagogical approach but also by the equipement itself. By constructing a digital artifact like a platform for e-learning we construct a way of life (Winograd et Flores, 1986). the environment, as a conscious grouping of objects and rules for their use, configures the user (Woolgar, 1991). it achieves this by three means : the establishment of prohibitions, the introduction of constraints and the imposition of norms of good usage (Thévenot in Proulx, 2000). the digital or virtual environment thus establishes the frame of interaction and determines the potential margin of its users. in this context it's the tension between the ongoing intercultural collaboration and this determination that interests us here. or, to ask the question differently : does the prefiguration of the environment and its prescribed use overthrow the emergence of intercultural bricolage ? is there a culture inherent to the technical environment in which interactions pursue, just as the italianicity that Barthes used to designate cultural connotations which in turn Serge Proulx transformed into the concept of a perceived americanicity of technical information and communication objects (Proulx in Sauvageau, 1999) ? to give a concrete example : the diverse users do they feel that the graphical interface is culturally biased, that the online space exhibits symbolic links with an identifiable territory ? And what are the effects and manifestations in their practice ? our theoretical framework is an interactionist and socio-constructivist one. this approach makes use of activity theory (Engestrom, 1999) and mobilizes concepts such as mediation (Vygotsky, 1934, 1980 ; Peraya, 1999 ; Jeanneret et le tallec, 2005), social interaction space and frames of experience (Goffman, 1991), dispositif (Foucault, 1993 ; Jacquinot, 1999, 2002), situated action and learning (Lave, 1991) and distributed cognition (Hutchins, 1995a, 1995b). our units of analysis are the message or at least its lasting trace, archived as a mediator of collective action, the tools in use as semiotic tools of mediation (Vygotsky 1934, 1980), as instruments (rabardel, 1995) and as cognitive artifacts which are for anderson "something that organizes reality and provides an instrument for thought" (in Meunier et Peraya, 2004), and most of all the actor's representations of their shared experience. our analysis of this corpus of data provides insight into the undeniable weight of the virtual environment for collective communication and discourse. one question remains thus to be answered : this environmental effect, is it normalizing - in the sense of aligning and reducing diversity or is it the result of ongoing intercultural negotiation ? to answer this question the concept of affordance (Gibson, 1979) can be of help as the virtual ecosystem allows for a margin of use while at the same time being an actant in the sens of latour (1996) in emerging community norms. Thinking normative refiguration : intercultural collaborationin the constraints of a virtual environment
Nous avons pu constater dans nos recherches l'effet d'un dispositif techno-pédagogique numérique sur la culture communicationnelle des acteurs qui échangent à travers cet environnement (Wilhelm, 2009). Les acteurs sont caractérisés par une diversité nationale, linguistique et culturelle et par une homogénéité statutaire et de métiers (enseignants du supérieur pour la plupart d'entre eux). Si nous suivons l'hypothèse selon laquelle leur socialisation a fait émerger des normes culturelles tacites, implicites (Dubar, 2006 ; Henslin, 2004) et que les normes de la communication en ligne sont particulières également, tout comme les normes et règles d'interaction du dispositif pédagogique (Peraya, 1999), assistons-nous à une refiguration normative par l'interaction à distance ? Les normes préfigurées des acteurs vont-elles s'aligner au fur et à mesure de l'interaction ? Nous allons présenter un cas où ces trois types de normes se conjuguent pour permettre l'émergence d'une communauté de communication (Apel, 1973). Nous étudions dans ce cas un espace social d'interaction : un environnement d'apprentissage collaboratif en ligne. Nous regardons plus précisément les usages et les pratiques à l'intérieur de cet espace et les représentations des acteurs de leur expérience partagée. L'espace inclut une marge d'improvisation des acteurs ainsi qu'une possibilité de négociation des normes et règles configurant la structure sociale (cadrage dispositif). Nous nous intéressons particulièrement à cette négociation du territoire social. Le paradigme de l'interaction symbolique " est un cadre théorique basé sur la supposition que la société implique des interactions par lesquelles les individus construisent activement la réalité du quotidien " (Maconis, 1991). Si le social se construit par voie de négociation et d'adaptation, par interaction symbolique, il est d'autant plus indiqué de prendre en compte les influences venant de l'extérieur de l'environnement de l'interaction en question, par exemple des influences interculturelles " importées " lors de l'utilisation des TIC. Selon les résultats de notre enquête, les apprenants d'un dispositif de formation à distance se trouvent dans un contexte local d'utilisation (école, université, maison, cybercafé) avec en conséquence des contraintes et affordances très diverses (horaires, accessibilité, encadrement, matériel...). L'environnement qui les unit et qui est partagé par tous est celui de la plate-forme en ligne, qui au-delà des échanges écrits, leur procure un environnement spatial propre à leur interaction. L'environnement sémiotique disponible est donc un mélange de présence et de distance. Cette dynamique passe nécessairement par un espace intermédiaire, proposé par le dispositif, et qu'il convient d'analyser. C'est cet espace tiers, qui peut transformer les cadres primaires (culturels et matériels) de l'expérience pour les acteurs. Il le fait par la rupture volontaire des cadres " allant de soi " à travers la méthodologie pédagogique du conflit cognitif mais également par l'équipement. En construisant l'artefact numérique nous construisons une façon de vivre (Winograd et Flores, 1986). L'objet, et encore plus le dispositif, en tant qu'agencement d'objets et de règles d'usage, configurent l'usager (Woolgar, 1991). Il le fait par trois moyens : la prescription d'interdictions, l'introduction de contraintes (dispositif contraignant) et l'imposition de normes au bon usage (Thévenot dans Proulx, 2000). Le dispositif numérique pose donc le cadre des interactions et surdétermine le potentiel du cheminement des acteurs. Dans ce contexte, c'est la tension entre collaboration interculturelle et cette surdétermination qui nous intéresse. Ou, pour poser la question autrement : la préfiguration par l'outil prévautelle sur l'émergence et sur le bricolage culturel ? Y a-t-il une culture inhérente au dispositif technique dans lequel se déroulent les échanges, analogue à l'italianicité de Barthes pour designer des connotations culturelles dont Serge Proulx a tiré le concept d'américanicité des objets des technologies de l'information et de la communication (Proulx dans Sauvageau, 1999) ? En clair et pour donner un exemple : les utilisateurs divers ressentent-ils que l'interface graphique est culturellement marquée, que l'espace en ligne entretient des liens symboliques avec un territoire identifiable et particulier ? et avec quels effets, quelles manifestations de sens ou d'usage dans leur pratique ? nous nous situons dans une approche interactionniste et socioconstructiviste. Cette approche s'inscrit dans le cadre des théories de l'activité (Engestr m, ) et mobilise des concepts tels que la médiation (Vygotsky, 1934, 1980 ; Peraya, 1999 ; Jeanneret et Le Tallec, 2005), l'espace social d'interaction et les cadres de l'expérience (Goffman, 1991), le dispositif (Foucault, 1993 ; Jacquinot, 1999, 2002), l'action et l'apprentissage situés (Lave, 1991), la cognition distribuée (Hutchins, 1995a, 1995b). Les unités d'analyse sont le message ou du moins sa trace pérenne, archivée comme médiateur de l'activité collective, les outils comme outils sémiotiques de la médiation (Vygotsky, 1934, 1980), comme instruments (Rabardel, 1995), et artefacts cognitifs qui sont, pour Anderson " quelque chose qui organise la réalité et fournit un instrument de pensée " (cité dans Meunier et Peraya, 2004), et surtout les représentations des acteurs de leur expérience commune. Ainsi, grâce à notre corpus (traces des interactions en ligne, résultats d'enquête par questionnaire et observations en direct) nous constatons un poids indéniable du dispositif numérique dans la formation des échanges et des discours. La question qu'il faut élucider alors est la suivante : Cet effet dispositif estil normalisant ou bien résultant d'une négociation interculturelle ? Pour répondre, nous nous appuyons sur les affordances (Gibson, 7 ) de l'écosystème numérique permettant des usages non-contraints pour déceler le poids relatif de la normalisation dispositive, sa place d'actant au sens de Latour (1996) et le rôle des normes communautaires émergentes.
Fichier principal
Vignette du fichier
axe_4_colloque_cmn_carsten.pdf (445.01 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-00839272 , version 1 (27-06-2013)
hal-00839272 , version 2 (22-07-2013)
hal-00839272 , version 3 (26-08-2013)
hal-00839272 , version 4 (29-10-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00839272 , version 1

Citer

Carsten Wilhelm. Penser la refiguration normative : la collaboration interculturelle face au contraintes du dispositif numérique. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.329. ⟨hal-00839272v1⟩
443 Consultations
466 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More