Public, commercial and civil Television in Europe's New media landscape - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2012

Public, commercial and civil Television in Europe's New media landscape

Esteve Sanz
  • Fonction : Auteur

Résumé

Despite the growing strength of commercial broadcastingmedia, public service broadcasting (PSB) remains at the core of Europe's cultures and economies. Currently, three PSB outlets - BBC, France Television and RAI - lead revenue generation in this growing Europe-wide sector, and lead in terms of audience and cultural influence within all the other media in their respective countries. But PSB's fiscal vigour aside, Europe's emerging new-media landscape, defined by novel moral codes embedded in the programming and innovative forms of interactive production and distribution, is arguably transforming the debate around the principles that sustain public television's legitimacy.Generally associated with social-democratic ideals, PSB's traditional legitimating principles were nonetheless aligned with particular types of morally conservative views. John Reith, the BBC's first director, was arguably the moral programmer of PSB in Europe (Hodkinson, 2011), initially set up to "improve society's knowledge, taste and moral awareness" (cf. Reith's claim in 1924, cited in Hodkinson, p. 285). PSB's enlightened claim to the monopoly of reason and "quality" implied a protection from commercial involvement and competition, and the necessity to achieve a universalised character among the population.Reith's perspective bears an interesting yet complicated relation with the ideas of Pierre Bourdieu (1993; 1996), for whom "quality" is never objective but reflects class divisions, a concern to mitigate the contradiction between the production of democracy and massive dissemination of new meanings throughout market structures. Due to its structural attachment to audience ratings, television is profoundly subject to market pressures, institutionally incapable of progressively affecting the symbolic order of society. Clearly influenced by Bourdieu, the still abiding debate about PSB pivots on "quality" and "market pressures," echoing as well the Habermasian notion of the public sphere, according to which Europe's PSB "has to" aim at informing rational debate.At the same time, proponents of commercial television discursively associated the structural search for "audiences" with a democratic sense of the collective. They portrayed PSB as misaligned with the actual civil sphere, arrogantly imposing undemocratic yet politicized benchmarks of "quality." PSB's proponents traditionally argue that "commerce," the primary objective of private television, is in itself de-attached from the collective principle of the civil sphere for it promotes a type of programming oriented to short-term individual preferences - escapist forms of entertainment and sensationalist yellow journalism that appeal to negative emotions - and not to long-term goals and processes that foster civil-sphere solidarity.From the emergence in the 1980s of a dual nature in Europe's television market - "audience" constructed as society, "more rational" vs commercial content - there arose during the 1990s a new internal language around the material fragmentation of audiences and programmes due to the multiplication of options and channels. This fragmentation and the new organizational language have not disconnected the institution of television from the universalistic character of the civil sphere. But the relationship between the civil sphere and television has indeed changed. We can outline this change along three axes.First, given the redefinition of the internal logic of television production and reception within a new context of technological transformation, de-regulation and market liberation, and of globalization along with audience fragmentation, the post-consensus system is discernible by the creation and legitimation of new televisual forms that transcend the traditional imperative to appeal to the broadest possible "audiences," understood as a commercial and political construct. Second, a significant portion of the commercial-television industry operates according to an amplified quantitative logic in terms of viewership through overtly exaggerated narratives, judgments and dubious journalistic practices. Third, the Internet and content digitization provide for dispersed, previously "voiceless" agents of the civil sphere with a mass-media production and distribution platform that is potentially more participatory and "grassrooted" (Freedman, 2000).The objective of this paper is to propose a coherent set of theoretical and methodological tools to explain the emerging cultural dynamics of the institution of television in Europe. We wish to illuminate the changing structure of the public vs commercial TV debate through the lens of Alexander's theoretical concept of the civil sphere. Alexander (2006) argues for a sociological theory of the civil sphere defined by its relative autonomy from political and economic interests. At the core of the civil sphere, we find the institutions of communication, which contribute to the collective feelings of solidarity around ideals of community and justice, empathy and integration. Such institutions frame the debate of civil society through discourses and institutions, providing universalistic civil codes for democratic critique, action, reform and also exclusion. The civil sphere operates as a skeletal structure of binary codes for opposed civil and anti-civil human "motives," social "relations" and "institutions," and of corresponding categories: "pure" or "impure," as in "the discourse of liberty" as opposed to "the discourse of repression." The positive codes represent the "sacred" and the "civic" while their opposites stand for the "profane" and the "anti-civic" insofar as they emerge from extra-civil spheres such as markets, states, sections or parties.In the first part of this paper, we describe Alexander's civil sphere, establishing the study of the debate between public and commercial television as a particular way of encoding the discourse of civil society. In the second part, we use this theoretical framework to examine the discourses appearing in both mainstream and alternative Spanish media in regard to crucial events in Spanish PSB's limelight: the audio-visual sector reform proposed by the Government in June 2005, the intent of the Board of Directors of RTVE to control the news in September 2011, and the recent announcement by the government to reduce state funding to RTVE.This empirical investigation suggests that the emerging forms of discursive legitimation of both private and public television are now mediated by both the civil sphere and "civil television," signified and materialized by the Internet. Both private and public television try to associate with these cultural structures, in a process that is condensed in the emergence of a new concept of "audience" which is not based on rationalistic principles of taste but on the generation of collective expectations as a cultural experience per se. Public television's renewal may thus emerge in the convergence of the commercial, the public and the civil.
La télévision publique, commerciale et civile dans le paysage européen des nouveaux médias
Malgré la force croissante des médias commerciaux, les services publics de l'audiovisuel (PSB) restent au cœur de la culture et de l'économie en Europe. Actuellement, trois de ces chaînes publiques - BBC, France Télévisions et la RAI - génèrent des revenus conséquents dans ce secteur en pleine croissance à l'échelle européenne, et entraînent, notamment grâce à leurs audiences, une influence culturelle indiscutable dans chacun de ces pays. Mais la loi fiscale entrée en vigueur, l'émergence des nouveaux médias et les formes innovantes de production interactive et de distribution posent avant tout le débat de la légitimité de la télévision publique et des principes qui la sous-tendent.Généralement associé à des idéaux sociaux-démocrates, le service public traditionnel a souvent été le fruit d'une politique conservatrice et morale. John Reith, premier directeur de la BBC, a été sans doute le créateur de ce service public en Europe (Hodkinson, 2011), qu'il avait initialement mis en place pour "améliorer la connaissance de la société, le goût et la conscience morale" (cf. Reith, en 1924, cité dans Hodkinson, p . 285). Le rayonnement du service public se réclamant du monopole de la raison et de la "qualité", il devient une protection contre la récupération commerciale et contre la concurrence, et participe de la nécessité de construire un portrait-type de la population, dans lequel tout le monde puisse se reconnaître.La perspective de Reith porte un regard intéressant sur les idées de Pierre Bourdieu (1993, 1996), pour qui la "qualité" n'est jamais objective mais reflète les divisions de classe, dans un souci d'atténuer la contradiction entre la production de la démocratie et la diffusion massive de nouvelles significations à travers les structures du marché. En raison de son attachement à la structure d'audience, la télévision est profondément soumise aux pressions du marché, et institutionnellement incapable d'affecter progressivement l'ordre symbolique de la société. Clairement influencé par Pierre Bourdieu, le débat reste centré sur le service public, la "qualité" et "les pressions du marché", faisant ainsi écho à la notion habermassienne de la sphère publique, selon laquelle le service public de l'Europe doit viser à éclairer le débat rationnel.Dans le même temps, les promoteurs de la télévision commerciale sont discursivement associés à la recherche de structure pour " le public " avec un sens démocratique de la convention collective. Ils ont dépeint le service public tel qu'une structure mal alignée avec la sphère civile réelle, imposant des repères qualitatifs avec une arrogance assez antidémocratique. Les partisans du service public soutiennent traditionnellement que le "commerce", l'objectif principal de la télévision privée, est attaché en soi au principe de collectivité de la sphère civile. Elle est destinée à favoriser un type de programmation orienté à court terme selon les préférences individuelles - les formes d'évasion de divertissement et de sensationnalisme journalistique qui font appel à des émotions négatives - et non pas à long terme selon des objectifs et des processus qui favorisent la sphère civile de solidarité.Depuis l'émergence dans les années 1980 au sein du marché télévisuel européen d'une certain dualité entre l'"audience" telle qu'elle est construite par la société et le contenu commercial, il se développe pendant les années 1990 une nouvelle forme de langage orientée autour de la fragmentation matérielle des audiences et des programmes, dû à la multiplication des de l'offre et des chaînes. Cette fragmentation et le nouveau langage organisationnel n'ont pas déconnecté la télévision en tant qu'institution de l'universel portrait-type de la sphère civile. Mais la relation entre la sphère civile et la télévision a incontestablement changé. Nous pouvons expliquer ce changement selon trois axes distincts.Premièrement, étant donné la redéfinition de la logique interne de la production télévisuelle, sa réception dans un nouveau contexte de transformation technologique, la déréglementation et la libéralisation du marché, la mondialisation, ainsi que la fragmentation des auditoires, le système post-consensus est perceptible par la création et la légitimation de nouvelles formes télévisuelles qui transcendent l'impératif traditionnel et qui appellent au public le plus large possible qui doit être compris comme une construction commerciale et politique. Deuxièmement, une partie importante de l'industrie commerciale de la télévision fonctionne selon une logique quantitative amplifiée en termes de téléspectateurs, à travers des récits ouvertement exagérés, mais aussi des jugements et des pratiques journalistiques douteuses. Troisièmement, la numérisation et le développement du contenu Internet ont fourni à des agents de la sphère civile auparavant "sans voix" un accès à l'information grâce à des plateformes de distribution qui sont potentiellement plus participatives et terre à terre (Freedman, 2000).L'objectif de ce papier est de proposer un ensemble cohérent d'outils théoriques et méthodologiques pour expliquer la dynamique culturelle naissante de la télévision institutionnelle en Europe. Nous souhaitons mettre en lumière la structure changeante du débat public face à la télévision commerciale, à travers la lentille du concept théorique de la sphère civile selon Alexandre. Alexandre (2006) plaide en faveur d'une théorie sociologique de la sphère civile définie par son autonomie par rapport aux intérêts politiques et économiques. Au cœur de la sphère civile, on trouve des institutions de communication, qui contribuent aux sentiments collectifs de solidarité autour des idéaux de communauté et de justice, et qui favorisent l'empathie et l'intégration. Ces institutions permettent de recadrer le débat de la société civile à travers les discours et les institutions, fournissant à la critique démocratique des codes civils universels. La sphère civile fonctionne comme une structure squelettique de codes binaires qui opposent les motivations civilisées aux non-civilisées, le relations" sociales " aux "institutions", et leurs catégories correspondantes : "pur" ou "impur", comme dans "le discours de la liberté "plutôt que" le discours de la répression ". Les codes positifs représentent le" sacré "et le" civique ", tandis que leurs opposés représentent le" profane "et l'" anticivique "dans la mesure où ils émergent de domaines extra-civils tels que les marchés, les Etats, les sections ou les partis.Dans la première partie de cet article, nous décrivons la sphère civile d'Alexandre, et établissons un débat entre la télévision publique et commerciale en étudiant l'encodage du discours de la société civile. Dans la seconde partie, nous utilisons ce cadre théorique pour examiner les discours apparaissant dans les deux grands médias de service public espagnols ainsi que dans les médias alternatifs. Nous nous focaliserons sur les évènements qui ont été dans le feu des projecteurs des médias espagnols: la réforme du secteur audiovisuel proposé par le gouvernement en Juin 2005, l'intention du conseil d'administration de la RTVE de contrôler l'information en Septembre 2011, et l'annonce récente par le gouvernement de la réduction du financement public à la RTVE.Cette étude empirique suggère que les formes émergentes de légitimation discursive des télévisions publique et privée sont désormais inspirées à la fois par la sphère civile et par la "télévision publique", comme on peut l'observer grâce au phénomène de l'internet. Les formes privées et publiques de télévision tentent de s'associer à ces structures culturelles, selon un processus qui se condense dans l'émergence d'un nouveau concept de "public" qui n'est pas basé sur des principes rationnels de goût, mais sur la génération d'attentes collectives comme expérience culturelle. Le renouvellement de la télévision publique peut donc émerger dans la convergence de la publicité, du public et du civil.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00840644 , version 1 (02-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840644 , version 1

Citer

Esteve Sanz, Maria Luengo. Public, commercial and civil Television in Europe's New media landscape. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. ⟨hal-00840644⟩

Collections

UNIV-LILLE
148 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More