Illusions of queer intersections: a Performative Read of asian queerness in RuPaul's drag Race:season 3 - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2012

Illusions of queer intersections: a Performative Read of asian queerness in RuPaul's drag Race:season 3

Résumé

This research essay is a critical analysis of two drag queen performers on the U.S. televised show RuPaul's Drag Race: Season 3 (RPDR). Focusing on two queer Asian identified queens, this essay understands the drag performances as multifaceted performances of identity that work to disidentify with hegemonic and heterosexist norms. Situated within a U.S. media context, these performances conflict with stereotypical portrayals of gay and lesbian life in U.S. media (Fejes & Petrich, 1993). Disidentifying performances by these two queers of color are important because they offer a worldview outside the stereotypical, gay, middle-class white male depiction of queer realities in T.V. drag performances by queers of color call into question the performative components of identity and identity construction. Race, ethnicity, gender, sexuality, and social class are reinterpreted and transformed through these performances. The performances of these two queens are important because they claim queer space through their incessant intersectionality. Focusing on Axis 4, "Communication Between Cultures: Another Globalization?" this essay addresses the power of queer media spaces and queer representations. The paths for intercultural communication through media are not as clear-cut as standardization (essentialism) or diversity (quotas), but rather should be a path of intersections that allow for transformation and new significations and representations in media. Using disidentification (Muñoz, 1999), queer theory, critical race theory, and thick intersectionality (Yep, 2010), this research essay offers an analysis of RPDR portrayal of two Asian identified queens: Raja and Manila Luzon. The focus is upon these two queens because each disidentify with components of their identity differently, and because both were in the finale to win the title of "America's Next Drag Superstar." Both queens identify as gay, male, and Asian. However, each enacts these complex intersections of identity in strategic ways. Therefore, this essay engages the identities of the two queens as portrayed in RPDR to understand the fluidity and performative nature of identity within a queer counterpublic. The queer identity is usually found at the periphery of the norm in resistance to societal norms. Yep (2010) writes, "in a broader sense 'queer' signifies nonnormativity" (p. 36). The drag performances of the two queens are specific embodiments of this resistance as they personify queer resistance to heterosexist and gender norms. As a mode of disrupting hegemonic understandings of identity, Muñoz (1999) writes, "Disidentification is the third mode of dealing with dominant ideology, one that neither opts to assimilate within such a structure nor strictly opposes it... a strategy that works on and against dominant ideology" (11). Thus, a disidentifying identity attempts to inhabit standardized identity performances to transform the structure from within. Drag queens of color employ a disidentificatory tactics to recreate identity and expose the slippage of monolithic identities. The disidentifying queer, in order to create disidentification, uses strategic discourse to change the ideological rigidity of norms and monoliths. RPDR is corporately sponsored, but still chips away at norms that inform dominant understandings and portrayals of queer reality. Muñoz (1999) confirms that sanitized drag can be seen in mainstream media, but, "there is also a queerer modality of drag that is performed by queer-identified drag artists in spaces of queer consumption" (p.99). Since RPDR is broadcast on a queer network, it does work to affirm a queer counterpublic, or group "that contest the hegemonic supremacy of the majoritarian public sphere" (Muñoz, 1999, p. 11). RPDR is a competition in which men dress and perform in drag to embody femininity to question the social constructs of gender. Through performance, drag displays a range of queer identities to the audience. Drag is complicated because bodies are always situated into discourse through competing and conflicting identities and histories. Therefore, these performances are made much more complex through thick intersectionality as, "the discourses of race, gender, and sexuality work not as separate entities but within and through each other" (Moreman & McIntosh, 2010, p.116). The way that identities are enacted, performed, and exposed during the drag performances of these queens provides a space for practioners of queer and critical race theory to understand these complex performances of identity. People of color must use survival strategies to cope with the hegemonic structure of a U.S. Western society and discourse that privileges the identity of the white, Judeo-Christian, heterosexual male. These survival techniques are multiplied and intensified when that person of color also identifies as queer. Queers of color find a special home in performing drag because drag allows queers of color to create schisms between the categories of identity through their intersectionality. Drag queens of color specifically employ disidentificatory tactics to recreate identity and expose the slippage in racial tropes. Moreman and McIntosh write, "...Race, like gender, is a fiction...[and] these racial repetitions offer possibilities for interruptions that might resist foreclosure. These interruptions... denormalize race and open up rescriptings for how race can be re-understood outside of, say, an American structure of racial feeling" (123). These identity markers, when understood outside the somatic, lend space for transformative and disidentificatory performances of self to resist the norm. Performances of disidentification situate themselves in counterpublics. Counterpublics are as diverse in their intersecting identities as the performances that create them. Queers of color perform a range of disidentifications that resonate in counterpublics and cannot be reduced to U.S. white/black binary discourse, as counterpublic creation is outside normative binaries. Moreman and McIntosh write, "[the] brown body performs between black and white, confounding dichotomies by identification with other 'others' such as the categorically difficult Latina/o, Filipina/o, Middle Eastern and South Asian" (123). In the separation of the binaries that describe race, the Asian queer body is a site of possibility. Although it may be defined by what it is not (white), the Asian body holds many possibilities to signify multiple intersecting identities and transforming the meanings and confines of identity. Using this foundation, this essay explores three main areas of these Asian drag performances: utilizing Blackness as a route to Whiteness, performance as disidentification of heterosexist desire norms, and employing stereotypes to critique the often invisible identity of Whiteness.
Cet essai de recherche est une analyse critique de deux artistes de drag queens sur Drag Race aux États-Unis télévisée spectacle RuPaul de: Saison 3 (RPDR). Mettre l'accent sur deux reines asiatiques bizarres identifiés, cet essai comprend les spectacles drag que des représentations multiples de l'identité que le travail à désidentifier avec les normes hégémoniques et hétérosexiste. Situé dans un contexte américain des médias, ces conflits performances avec représentations stéréotypées de la vie gay et lesbienne dans les médias américains (Fejes & Petrich, 1993). Performances Disidentifying par ces deux pédés de couleur sont importants car ils offrent une vision du monde en dehors de la stéréotypée, gay, de la classe moyenne représentation mâle blanc des réalités homosexuelles dans les spectacles drag TV par pédés de couleur appel en question les éléments performatifs de l'identité et la construction identitaire. Race, l'ethnicité, le sexe, la sexualité, et la classe sociale sont réinterprétées et transformées par ces performances. Les performances de ces deux reines sont importants parce qu'ils prétendent l'espace étrange à travers leur intersectionnalité incessante. En se concentrant sur l'axe 4, "La communication entre les cultures:? Une autre mondialisation" cet essai traite de la puissance des espaces médias et les représentations queer queer. Les chemins de la communication interculturelle à travers les médias ne sont pas aussi tranchée que la normalisation (essentialisme) ou de la diversité (des quotas), mais devrait plutôt être un chemin d'intersections qui permettent de transformation et de nouvelles significations et des représentations dans les médias. Utilisation de désidentification (Muñoz, 1999), la théorie queer, la théorie critique de la race, et l'intersectionnalité épaisse (Yep, 2010), cet essai de recherche propose une analyse de la représentation de deux RPDR asiatique identifié reines: Raja et Manille Luzon. L'accent est mis sur ces deux reines, car chaque désidentifier avec des composants de leur identité différemment, et parce que les deux étaient dans la finale pour remporter le titre de "Superstar en Amérique du Drag Suivant." Les deux reines s'identifient comme gay, hommes, et d'Asie. Cependant, chaque édicte ces intersections complexes de l'identité de manière stratégique. Par conséquent, cet essai en prise avec les identités des deux reines que dépeintes dans RPDR à comprendre la fluidité et la nature performative de l'identité au sein d'une drôle de counterpublic.L'identité bizarre se trouve généralement à la périphérie de la norme de résistance aux normes sociales. Yep (2010) écrit: "dans un sens plus large" queer "signifie nonnormativity" (p. 36). Les performances de traînée des deux reines sont des réalisations spécifiques de cette résistance comme ils personnifient la résistance queer à des normes hétérosexistes et le sexe. Comme un mode de perturber la compréhension hégémoniques de l'identité, Muñoz (1999) écrit: "désidentification est le troisième mode de traiter avec l'idéologie dominante, celle qui opte ni à assimiler dans une telle structure ne s'oppose strictement il ... une stratégie qui fonctionne sur et contre l'idéologie dominante "(11). Ainsi, une identité disidentifying tente d'habiter les performances d'identité normalisées pour transformer la structure de l'intérieur. Faites glisser les reines de couleur emploient une tactique disidentificatory pour recréer l'identité et d'exposer le glissement des identités monolithiques. Le drôle de disidentifying, afin de créer désidentification, utilise le discours stratégique de changer la rigidité idéologique des normes et des monolithes. RPDR est parrainé corporative, mais encore loin à puces normes qui informent la compréhension et les représentations dominantes de la réalité queer. Muñoz (1999) confirme que la traînée désinfectés peuvent être vu dans les médias traditionnels, mais, "il ya aussi une modalité de plus étrange traînée qui est effectuée par des artistes drag queer identifiés dans les espaces de consommation queer" (p.99). Depuis RPDR est diffusée sur un réseau bizarre, il fonctionne à affirmer un pédé counterpublic, ou d'un groupe "qui contestent la suprématie hégémonique de la sphère publique majoritaire" (Muñoz, 1999, p. 11). RPDR est une compétition dans laquelle les hommes s'habillent et effectuer de la traînée d'incarner la féminité à la question des constructions sociales de sexe. Grâce à la performance, la traînée affiche un ensemble d'identités queer à l'auditoire. Drag est compliquée parce que les corps sont toujours situés dans le discours à travers les identités concurrentes et contradictoires et des histoires. Par conséquent, ces performances sont beaucoup plus complexes par le biais intersectionnalité épais que, "les discours de la race, le sexe, la sexualité et le travail non pas comme des entités distinctes, mais dans et à travers les uns des autres" (Moreman & McIntosh, 2010, p.116). La façon dont les identités sont adoptées, effectuées, et exposé lors des représentations de traînée de ces reines fournit un espace pour les praticiens de la théorie queer et la race essentiel de comprendre ces performances complexes de l'identité. Les personnes de couleur doit utiliser des stratégies de survie pour faire face à la structure hégémonique d'une société aux États-Unis de l'Ouest et le discours que les privilèges de l'identité du blanc, judéo-chrétienne, homme hétérosexuel. Ces techniques de survie sont multipliées et intensifiées lorsque cette personne de couleur identifie également comme queer. Queers de couleur à trouver une maison particulière dans l'exercice de glisser, car la traînée permet pédés de couleur pour créer des schismes entre les catégories de l'identité à travers leur intersectionnalité. Faites glisser les reines de couleur spécifiquement emploient des tactiques disidentificatory pour recréer l'identité et d'exposer le glissement dans les tropes raciales.Moreman et McIntosh écrire, "... la course, comme le sexe, est une fiction ... [et] ces répétitions raciales offrent des possibilités pour les interruptions qui pourraient résister à la forclusion. Ces interruptions internautes dénormaliser la race et d'ouvrir rescriptings sur la façon dont la race peut être re-compris en dehors de, disons, une structure américaine de sentiment racial "(123). Ces marqueurs de l'identité, quand il est compris en dehors de la somatique, prêter l'espace pour les spectacles de transformation et de disidentificatory auto pour résister à la norme. Performances de désidentification se situer dans contre-publics. Counterpublics sont aussi divers dans leurs identités se croisent comme les performances qui les créent. Queers de couleur effectuer une série de disidentifications qui résonnent dans les contre-publics et ne peut être ramené à US blanc / noir binaire discours, que la création est à l'extérieur counterpublic normative binaires. Moreman et McIntosh écriture, "[l] corps brun effectue entre noir et blanc, les dichotomies de confusion par l'identification avec les autres" des autres tels que l'catégoriquement difficile Latina / o, Philippine / o, Moyen-Orient et l'Asie du Sud "(123). Dans la séparation des binaires qui décrivent la race, le corps asiatique queer est un site de possibilité. Bien qu'il puisse être définie par ce qu'elle n'est pas (blanc), le corps d'Asie détient de nombreuses possibilités pour signifier plusieurs identités se croisent et la transformation des significations et confins de l'identité. L'utilisation de ce fond de teint, cet essai explore trois domaines principaux de ces performances drag asiatiques: l'utilisation de Blackness comme un moyen de blancheur, la performance, la désidentification des normes hétérosexistes désir, et en employant des stéréotypes à la critique de l'identité souvent invisibles de la blancheur.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00840688 , version 1 (02-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840688 , version 1

Citer

Jennifer Zenovich A.. Illusions of queer intersections: a Performative Read of asian queerness in RuPaul's drag Race:season 3. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. ⟨hal-00840688⟩

Collections

UNIV-LILLE
537 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More