Pourquoi (et comment) faut-il corriger le montant des intérêts nominaux payés par les entreprises de la dépréciation de leur dette, afin de parvenir à une évaluation correcte du coût du capital ?

Résumé : Nous avons proposé, dans des publications antérieures, un indicateur destiné à évaluer le coût et le « surcoût » du capital financier, c’est-à-dire : i) le poids réel que représentent les revenus financiers payés par les entreprises relativement à leur effort d’investissement productif (le coût du capital), et ii) la part de ce coût qui représente une pure rente (le surcoût du capital). Cet indicateur et les calculs menés pour aboutir aux évaluations proposées ont reçu un certain nombre de critiques. La plus importante d’entre elles est que nous aurions procédé, sur la base de l’indicateur retenu, à une opération de déflation des intérêts payés injustifiée. Pour calculer la charge réelle que les intérêts font peser sur les entreprises, nous avions en effet appliqué un taux d’intérêt réel aux dettes des entreprises. Cette opération, selon nos critiques, est inutile, et reviendrait même à déflater deux fois le montant des intérêts payés, puisque le dénominateur de notre indicateur est lui-même en prix courants. Dans cet article, nous essayons de convaincre que nous avons eu raison de procéder ainsi, et que cela ne correspond pas à une opération de déflation. Il s’agit en réalité de prendre en compte les économies liées à la dépréciation de la dette, lorsqu’il y a de l’inflation. Comme on le montrera, prendre en compte ces économies dans le calcul du coût du capital revient au même qu’appliquer un taux d’intérêt réel aux dettes.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-02335655
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : lundi 28 octobre 2019 - 14:01:29
Dernière modification le : mardi 29 octobre 2019 - 01:32:10

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Laurent Cordonnier, Thomas Dallery, Vincent Duwicquet, Jordan Melmies, Franck van de Velde. Pourquoi (et comment) faut-il corriger le montant des intérêts nominaux payés par les entreprises de la dépréciation de leur dette, afin de parvenir à une évaluation correcte du coût du capital ?. Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, Association Recherche et régulation, 2018, Revue de la régulation, ⟨10.4000/regulation.12758⟩. ⟨hal-02335655⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

32