Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

La circulation transnationale du self-help féministe : acte 2 des luttes pour l’avortement libre ?

Résumé : Tandis qu’en France, dans les années 1970, le champ médical s’appropriait les méthodes d’avortement et de contraception, des savoirs hétérodoxes sur le corps et la gynécologie, critiques de l’institution médicale, ont voyagé à partir du mouvement féministe étasunien de self-help. L’étude de la réception et de l’adaptation des démarches de self-help par des fractions minoritaires du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) permet de mettre au jour les conditions de diffusion transnationale de ces pratiques et rhétoriques, pour ensuite appréhender la greffe, limitée mais stimulante, qui s’est produite auprès des groupes MLAC étudiés ici. L’acquisition d’une contre-expertise reconnue dans un espace militant transnational a insufflé en retour une redynamisation des MLAC et légitimé leurs compétences auprès de réseaux militants au niveau (trans) local et national. Cette réflexion est issue d’une thèse en cours s’appuyant sur un matériau empirique original qui combine d’abondantes sources d’archives et des entretiens longs avec des militantes de divers MLAC et de groupes self-help en France et à l’étranger.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-02500639
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : vendredi 6 mars 2020 - 11:20:09
Dernière modification le : samedi 7 mars 2020 - 01:38:49

Identifiants

Collections

Citation

Lucile Ruault. La circulation transnationale du self-help féministe : acte 2 des luttes pour l’avortement libre ?. Critique internationale, 2016, Critique internationale, 70, pp.37-54. ⟨10.3917/crii.070.0037⟩. ⟨hal-02500639⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

20