« Les victimes furent sans nom et sans nombre ». Louise Michel et la mémoire des morts de la Commune de Paris - Université de Lille Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Mots: les langages du politique Année : 2012

« Les victimes furent sans nom et sans nombre ». Louise Michel et la mémoire des morts de la Commune de Paris

Résumé

The memory of the Paris Commune is one of the constitutive elements of Louise Michel’s thought and political action. As such, the quantification of dead plays a central part as it is bound to the memory of the tragedy, and its various uses shed light on the political stakes of the revolutionary memory and of the imagination it maintains.
La mémoire de la Commune de Paris est un des constituants majeurs de la pensée et de l’action politique de Louise Michel. À ce titre, la quantification des morts occupe un rôle central puisqu’elle est liée au souvenir de la tragédie, et ses différents usages ­permettent de saisir les enjeux politiques de la mémoire révolutionnaire et des imaginaires qu’elle entretient.

Dates et versions

hal-03010337 , version 1 (17-11-2020)

Identifiants

Citer

Sidonie Verhaeghe. « Les victimes furent sans nom et sans nombre ». Louise Michel et la mémoire des morts de la Commune de Paris. Mots: les langages du politique, 2012, Mots, 100, pp.31-42. ⟨10.4000/mots.20979⟩. ⟨hal-03010337⟩
38 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More