Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Des « inactives » très productives. Le travail de subsistance des femmes de classes populaires

Résumé : Dans un contexte de chômage structurel, ouvriers et employés se trouvent cantonnés aux marges précaires du salariat et de l’activité indépendante, centrales pour ces catégories, en particulier dans les territoires marqués par la désindustrialisation. Ces fractions des classes populaires se voient symboliquement et médiatiquement déqualifiées et reléguées au statut d’assistés et d’inactifs. À l’image des quartiers et villes populaires où elles résident, leurs activités quotidiennes sont fréquemment reléguées du côté de l’oisiveté ou de l’illégalité. À partir d’une description fine des pratiques de femmes suivies dans le cadre d’une enquête ethnographique menée à Roubaix depuis 2011, nous proposons, en suivant les perspectives féministes et matérialistes, de qualifier de travail des pratiques quotidiennes habituellement assimilées et assignées à l’espace du hors travail. Ce travail relève du « travail de subsistance » (Mies, 1988), entendu comme l’ensemble des tâches et activités nécessaires à la satisfaction des besoins, à l’accès aux ressources et à la protection, qui orientent le quotidien. Il est mis en œuvre par les classes populaires dans ce contexte historique de déstabilisation du salariat mais tend à être invisibilisé par un système de rapports sociaux de classe, de sexe et de race. La participation à des ateliers organisés dans des centres sociaux nous a ainsi permis d’accéder au quotidien de femmes qui déploient des activités dont la contribution est essentielle à l’économie familiale. Nous montrons dans un premier temps la richesse et la consistance de ce travail de subsistance, ainsi que la qualification collective dont il fait l’objet. Dans un second temps nous soulignons les limites et les ambivalences de ce travail de subsistance, qui alimente un brouillage ambigu des frontières entre espace public et espace privé, ce qui contribue à son inscription dans des rapports sociaux de classe (vis-à-vis des travailleuses sociales) ou de sexe (vis-à-vis des maris) défavorables à ces femmes et à la reconnaissance de leur travail comme tel. Étroitement lié à l’exclusion de ces femmes du salariat, le travail de subsistance fait cependant système avec lui.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-03046636
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : mardi 8 décembre 2020 - 14:50:26
Dernière modification le : vendredi 9 juillet 2021 - 15:08:03
Archivage à long terme le : : mardi 9 mars 2021 - 19:33:18

Fichier

traces-6862.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

Collections

Citation

Anne Bory, Jose Angel Calderon, Blandine Mortain, Juliette Verdiere, Cécile Vignal. Des « inactives » très productives. Le travail de subsistance des femmes de classes populaires. Tracés. Revue de Sciences humaines, 2017, Tracés. Revue de Sciences humaines, 32, ⟨10.4000/traces.6862⟩. ⟨hal-03046636⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

6

Téléchargements de fichiers

26