Leçons d’introduction à la science politique, deuxième édition revue et augmentée - Université de Lille Accéder directement au contenu
Ouvrages Année : 2013

Leçons d’introduction à la science politique, deuxième édition revue et augmentée

Résumé

On peut défi nir la science politique comme la science des faits politiques, mais comment alors défi nir un fait politique ? Les faits politiques ne sont pas politiques par nature. La dimen sion politique d’un fait est variable dans le temps et dans l’espace. Tout n’est pas politique mais tout fait social est « politisable ». Il faut considérer le politique comme une dimension potentielle de tout phénomène social. Les processus de politisation sont complexes, ils sont rarement maîtrisés par un seul type d’acteurs et le résultat de démarches et d’entreprises volontaires. Ils sont le produit de rapports de force entre multiples acteurs. Il n’y a pas en somme de défi nition universellement opératoire du politique. La science politique rassemble une communauté de chercheurs qui analysent les mécanismes au principe de la conquête, de l’exercice et de la conservation des positions de pouvoir politique et ceux qui concourent à politiser et prendre en charge politiquement des problèmes sociaux. Cette discipline a été une des dernières sciences sociales à apparaître au XIXe siècle. Cette émergence est le produit de plusieurs évolutions : le développement d’une bureaucratie moderne, le processus de sécularisation, l’universalisation du suffrage, la spécia lisation de l’activité politique par rapport à d’autres activités sociales et l’émergence d’institu tions spécialisées. Il convient de clarifi er les notions de pouvoir, domination, légitimité au cœur de l’objet politique. À la différence de la domination, le pouvoir n’implique pas forcément la légitimité 12 Q Q Q Partie 1. Le politique, la politique, les politiques publiques, la science politique ou sa recherche. Il peut s’exercer par la force pure. Les relations de pouvoir sont obser vables à tous les niveaux de la société. Une des questions est dès lors de savoir si l’on peut identifi er une spécifi cité du pouvoir politique. Le terme « légitimité » désigne le caractère de toute domination qui se donne pour justifi ée, normale, conforme aux valeurs dominantes dans une société. Raisonner en termes de légitimation est donc plus fécond. La légitimation d’un pouvoir politique renvoie à l’ensemble des processus qui rendent « l’exercice d’un pouvoir coercitif spécialisé tolérable sinon désirable, c’est-à-dire qui le fasse concevoir comme une nécessité sociale sinon un bienfait » (Jacques Lagroye). L’une des principales caractéristiques des sociétés modernes est de voir le pouvoir s’institutionnaliser dans des structures étatiques. La science politique a longtemps été centrée exclusivement sur l’étude de l’État. Or, il y a des sociétés sans État et la politique déborde la sphère des institutions étatiques. L’État n’est pas le produit d’une nécessité historique ou fonctionnelle. L’État occidental moderne est le résultat de processus histo riques et de constructions sociales complexes où se combinent de nombreuses variables. Ce qui défi nit l’État moderne est une série de monopoles qui se sont imposés peu à peu.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-03173265 , version 1 (18-03-2021)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03173265 , version 1

Citer

Remi Lefebvre. Leçons d’introduction à la science politique, deuxième édition revue et augmentée. Ellipses, pp.336, 2013. ⟨hal-03173265⟩
1172 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More