Introduction. Entreprises, territoires et pouvoirs politiques : localiser l’analyse du capitalisme extractif - Université de Lille Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Politix Année : 2020

Introduction. Entreprises, territoires et pouvoirs politiques : localiser l’analyse du capitalisme extractif

Résumé

Two decades after the beginning of the last commodity boom, what is the state of political authority in places dedicated to the extraction of raw materials and often seen as new frontiers of capitalism? By taking mining, oil, metallurgical, and agribusiness sites—and the companies that come along—as fields of investigation, the contributions gathered in this special issue are a testament to the failed endeavor of bounding the state to the mere role of a broker, charged with facilitating the operations of international capital. This introduction outlines a synthetic view of the multiple processes that are responsible for the social and political anchoring of extractive companies, most often despite these latter’s intentions. The historical perspective granted by the almost three decades passed since the great wave of privatization and liberalization of the 1990s enables a more accurate view of these extractive spaces; one that is attentive to longer term trends and everyday life. Nurtured by local mobilizations, a variegated panel of forms of representation and authority have sometimes gained a certain autonomy from companies and have even been able to successfully invoke statehood in their quest for legitimacy. In that sense, we argue that these firms can seldom be described through the popular image of extractive “enclaves.” As a matter of fact, these incremental processes tend to strengthen their embeddedness within larger political topographies.
Vingt ans après le début du boom des commodities, qu’en est-il des formes d’autorité politique qui prévalent dans les espaces dédiés à l’extraction des matières premières et souvent présentés comme les nouvelles frontières du capitalisme ? En prenant pour terrains d’enquêtes des sites miniers, pétroliers, métallurgiques et agro-industriels ainsi que les entreprises qui les exploitent, les contributions rassemblées dans ce dossier témoignent toutes des complications que subit, au local, le projet de cantonnement de l’État dans un rôle de courtier pour les investisseurs. La présente introduction se propose de revenir sur les processus qui produisent, le plus souvent à leur corps défendant, ces ancrages politiques et sociaux des entreprises extractives. Le recul historique dont on dispose depuis la grande vague de privatisations et de libéralisation économique de la fin des années 1990 permet désormais d’observer ces nouveaux espaces extractifs dans la durée et dans leur quotidienneté. Au vu de la résurgence de mécanismes de représentation et de formes d’autorité qui, nourries souvent par des mobilisations locales contestataires, échappent aux entreprises et parviennent même souvent à s’emparer d’un certain degré d’étaticité, il nous apparaît manifeste que ces dernières ne sont pas les enclaves extractives qu’un certain imaginaire du capitalisme contemporain continue à postuler. Au contraire, ces processus incrémentaux tendent à en faire des parties prenantes de territoires politiques négociés et qu’il s’agit de prendre au sérieux.
Fichier principal
Vignette du fichier
Grajales et Vadot - 2020 - Introduction. Entreprises, territoires et pouvoirs.pdf (751.56 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Dates et versions

hal-03351282 , version 1 (06-06-2023)

Identifiants

Citer

Jacobo Grajales, Guillaume Vadot. Introduction. Entreprises, territoires et pouvoirs politiques : localiser l’analyse du capitalisme extractif. Politix, 2020, Politix, n° 132 (4), pp.7-21. ⟨10.3917/pox.132.0007⟩. ⟨hal-03351282⟩
44 Consultations
23 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More