Talent théâtral et talent pictural : une question de lieu ou de médium ? - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2022

Talent théâtral et talent pictural : une question de lieu ou de médium ?

Résumé

Au Salon du Louvre de 1787, Élisabeth-Louise Vigée-Lebrun présentait le portrait de Louise-Rosalie Dugazon, actrice de l’Opéra-Comique alors au sommet de son talent, sous le titre : Madame de Gazon, pensionnaire du Roi, dans le rôle de Nina, au moment où elle croit entendre Germeuil (Collection particulière). L’artiste suivait en cela l’exemple d’Anne Vallayer-Coster qui, deux ans plus tôt et dans le même lieu, avait exposé le portrait d’une chanteuse tout aussi renommée : Madame Saint-Huberty dans le rôle de Didon (Washington, National Museum of Women in the Arts). En rendant hommage à ces deux femmes par des portraits dans leur rôle fétiche, Vigée-Lebrun et Vallayer-Coster entendaient vraisemblablement recevoir une part des éloges faits sur les innovations de jeu et de costume apportées par les deux actrices à l’opéra, car elles s’attachèrent toutes deux à les traduire en peinture. Il n’en fut cependant rien comme le montrent les critiques de l’époque plutôt sévères à propos des deux tableaux. À partir de ce constat, cette contribution entend s’interroger sur la perception du talent des deux actrices par le spectateur selon qu’il fut vécu au théâtre, ou bien observé par l’intermédiaire de leur portrait de rôle au Salon. Quelle fonction joue le médium de la peinture sur la perception du spectateur lorsque le tableau est censé représenter à la fois le modèle et le moment le rendant inoubliable ? Quel rôle joue le lieu où l’expérience du spectateur prend place ? Enfin, quels choix les deux femmes peintres ont-elles faits pour transposer le talent de leurs modèles à travers leur représentation physique, mais également le décor et le costume liés aux rôles interprétés ? On montrera que les partis adoptés par les deux artistes, bien que partiellement liés à leur expérience vécue au théâtre mais également aux règles du portrait, ont paradoxalement conduit à une perception opposée de ce qu’elle voulaient transmettre sur leur modèles.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-04251021 , version 1 (20-10-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-04251021 , version 1

Citer

Gaëtane Maës. Talent théâtral et talent pictural : une question de lieu ou de médium ?. Émergence. Du lieu à l’espace des images dans l’art français du XVIIe au XIXe siècle, Centre allemand d’histoire de l’art / Deutsches Forum für Kunstgeschichte, Dec 2022, Paris, France. ⟨hal-04251021⟩
7 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More