Pouvoir restaurateur de la nature et effet du contexte d’exposition : une solution pour améliorer la santé mentale des individus dépourvus d’un contact direct avec les milieux naturels - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2023

Pouvoir restaurateur de la nature et effet du contexte d’exposition : une solution pour améliorer la santé mentale des individus dépourvus d’un contact direct avec les milieux naturels

Résumé

De nombreux chercheurs ont mis en avant que le contact avec des environnements naturels était associé à de multiples bénéfices émotionnels, cognitifs et comportementaux. Ces bienfaits seraient liés à l’importance des lieux naturels dans l’évolution de l’Homme et cela, depuis son apparition sur notre planète. Par conséquent, le contact avec la nature permettrait de réduire automatiquement le stress physiologique ressenti par l’Homme (théorie de la réduction du stress, Ulrich, 1993). Le contact permettrait également de restaurer les capacités cognitives des sujets (attention, mémoire, réflexion) afin de lutter contre l’hyper- activation urbaine (théorie de la restauration de l’attention, Kaplan, 1995). En autre, l’exposition à la nature aurait des effets positifs dans des domaines variés tels que le développement des enfants, la socialisation, la santé générale, la santé mentale et le bien-être ou les performances cognitives des individus. Ces bienfaits seraient généralisables et robustes chez les enfants, adultes ou personnes âgées. Ainsi, la nature semble donc fondamentale pour le développement et l’épanouissement de l’Homme. Toutefois, nous constatons que les environnements naturels sont progressivement remplacés par des environnements urbains en raison d’un étalement urbain constant et de l’agrandissement des villes. Malgré les nombreux avantages de la ville, cette transition urbaine s'accompagne de changements dans les habitudes et les dynamiques de vie qui pourraient être à l'origine de conséquences délétères pour l’être humain sur le plan physique, mental ou social. Au sein des villes, l'exposition à la nature est donc moins fréquente, plus courte ou moins intense. Si nous considérons la présence d'éléments naturels comme un « besoin fondamental », nous pouvons dire que l’urbanisation croissante du monde peut-être nuisible pour la santé et l’épanouissement des êtres humains. En profitant moins de l'exposition à la nature, les citadins bénéficieraient moins de son effet réparateur. Nous pouvons donc nous demander si nous nous dirigeons pas vers une dégradation de la santé mentale des futurs citadins en raison d’un manque de ressources pour lutter contre les effets indésirables de l’urbanisation. Par conséquent, l’objectif principal de notre étude consistait à développer nos connaissances relatives à l’effet restaurateur de la nature afin de permettre aux futurs citadins de profiter des bienfaits sans contact direct avec celle-ci. Nous avons donc entrepris une recherche permettant de comparer trois substituts à l’exposition réelle en partant du principe que plus le format sera proche de la réalité et plus il sera bénéfique pour l’Homme. Plus précisément, nous souhaitions comparer trois formats d’expositions (photographies, vidéos, réalité virtuelle) afin de montrer que cet effet bénéfique était plus important lorsque les individus étaient davantage immergés dans l’environnement naturel. Nous avons étudié ce phénomène sur des variables psychologiques fondamentales pour le bien-être, à savoir : les ruminations, les émotions, l’anxiété et l’estime de soi. Une comparaison avec une exposition à un environnement urbain (hypothèse délétère pour la santé mentale) et à des formes géométriques (groupe contrôle) a été également réalisée. Les résultats montrent que le contact avec la nature était bien plus bénéfique que l’exposition urbaine. En effet, quel que soit le format d’exposition à la nature permettaient d’améliorer l’humeur du sujet ou de diminuer son anxiété et ses ruminations. Au moment de s’intéresser au meilleur substitut à l’exposition réelle, nous nous sommes aperçus que deux formats étaient à privilégier : la réalité virtuelle et la vidéo. Ces moyens étaient assez proches et plus bénéfiques que le contact à la nature via des photographies. Les retombées de notre recherche montrent qu’il est donc possible de promouvoir le bien-être des futurs citadins en les exposant indirectement à la nature. En effet, nous pouvons imaginer le développement d’outils thérapeutiques basés sur la nature via la réalité virtuelle ou la vidéo permettrait de favoriser leur bien-être et leur épanouissement. Enfin, en supposant que nos résultats puissent se généraliser aux personnes institutionnalisées, nous pouvons imaginer que nos outils permettront de leur « apporter » la nature afin de lutter contre leurs difficultés ou incapacités de locomotion.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-04324584 , version 1 (05-12-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-04324584 , version 1

Citer

Florent Beclin, Stephane Rusinek. Pouvoir restaurateur de la nature et effet du contexte d’exposition : une solution pour améliorer la santé mentale des individus dépourvus d’un contact direct avec les milieux naturels. 2ème congrès de la SFP : « Engagements et processus de changement », Société Française de Psychologie, Oct 2023, Nimes, France. ⟨hal-04324584⟩

Collections

PSITEC UNIV-LILLE
20 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More