Des choses cachées depuis le commencement du libéralisme : 1. Le libéralisme : la matrice physiocratique - Université de Lille Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue (Compte-Rendu De Lecture) Espaces temps : journal de la Section histoire géographie de l'École normale supérieure de l'enseignement technique Année : 1993

Des choses cachées depuis le commencement du libéralisme : 1. Le libéralisme : la matrice physiocratique

Résumé

Il est convenu de dater les origines du libéralisme du milieu du XVIIIe siècle en France. Le livre de Simone Meyssonnier, La balance et l'horloge , Montreuil : Éditions de la Passion, 1989, repousse en amont cette formation et met en évidence un courant libéral non capitaliste qui bascule, avec les physiocrates, dans un ordre social confondu avec l'ordre du marché. Nous avons demandé à deux spécialistes de la physiocratie, Bernard Delmas et Thierry Denials, de discuter cette thèse, et à Simone Meyssonnier de répondre, dans un débat qui pose le problème du rapport entre science économique et philosophie sociale, entre science et éthique.
Fichier principal
Vignette du fichier
espat_0339-3267_1993_num_53_1_3874.pdf (649.06 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Dates et versions

hal-04467374 , version 1 (20-02-2024)

Licence

Identifiants

Citer

Bernard Delmas, Thierry Demals. Des choses cachées depuis le commencement du libéralisme : 1. Le libéralisme : la matrice physiocratique. Espaces temps : journal de la Section histoire géographie de l'École normale supérieure de l'enseignement technique, 1993, Espaces Temps, 53-54, pp.65-69. ⟨10.3406/espat.1993.3874⟩. ⟨hal-04467374⟩

Collections

CNRS UNIV-LILLE
4 Consultations
6 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More