Normes-en-action. la négociation des droits épistémiques dans des réunions des équipes - Université de Lille Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2012

Normes-en-action. la négociation des droits épistémiques dans des réunions des équipes

Résumé

Norms-in-action: negotiating and policing epistemic rights in staff team meetings
As Drew and Heritage (1992) point out, asymmetries in knowledge are an integral part of institutional interaction. thus, for example, in medical encounters the patients' rights to have and display knowledge are limited. However, as many researchers argue (see, for example, the collection of articles in Stivers et al. 2011), displays of knowledge are not necessarily driven by actual states of knowledge but are driven by rights to have and display knowledge that are negotiated and policed in interaction. For example, it has been observed that even doctors accompanying their children to medical consultations act like parents, rather than doctors, by suspending displays of medical knowledge (Strong 1979). Such research therefore points to the inadequacy of telementalist concepts of the communication of knowledge (e.g. Shannon and Weaver 1948) whereby knowledge is simply transferred from a sender to a receiver in an asocial environment. rather, as Stivers et al. (2011: 9) argue, since social actors hold each other accountable for justifiably asserting rights and fulfillin g obligations with respect to knowledge, the epistemic domain is a normatively ordered one. Moreover, it is through the sequential properties of talk that social actors display their emic orientations to their epistemic rights and those of others and it is through the sequential properties of talk that such rights are negotiated (see, for example, Heritage 2002, raymond and Heritage 2006, Stivers 2005). thus, for example, by going first a social actor is making a claim to epistemic primacy since by going second one is leaving oneself open to the inference that one is simply agreeing with the prior turn. in order to resist the claim to epistemic primacy inherent in going first, a second turn can be designed to dispute this by using explicit agreement, upgrades, tag questions and so on. Within a paradigm of cumulative qualitative sociological enquiry and using conversation analysis as a research methodology, this paper seeks to add to this growing corpus of research into the normative dimension of practical knowledge. More specifically, using transcriptions of naturally-occurring talk recorded during a team meeting in a cultural organisation, this paper explicates how the deployment of epistemic resources (notably: epistemic access; epistemic primacy; and epistemic responsibility) are negotiated in talk. it is then argued that, as in any normatively organized system, social actors can, and do, hold each other accountable for asserting their epistemic rights and fulfilling their obligations as regards their rights to have and display knowledge (Stivers et al. 2011, Drew 1991). Moreover, it is through the sequential properties of talk by which such rights are negotiated that the epistemic domain is normatively organised; norms therefore being considered from an ethnomethodological perspective as methods of accounting for action, rather than as the following internalised societal exigencies of expected behaviour. Further, the incarnation of such norms in action, allows the organisation to be 'talked into being'. this is because, organisations are not rational systems with exogenous prediscursive norms that determine what organisational players should and should not do or should and should not know, rather organisations are constituted in, and through, the way in which members of the organisation employ concepts of, inter alia, norms as resources to carry out their everyday workplace activities (taylor and van every 2000). Findings indicate how orientation to, and the policing of, epistemic rights shows how alignment on a sequential level between the director and the assistant director makes relevant an interactional team (Kangasharju 1996) within the duplicatively organised membership categorisation device 'staff'. the interactionally occasioned management team, consisting of the director and assistant director, talk themselves into being as knowing participants who are hierarchically closer to head office because they can have and display knowledge about head office. as Kangasharju (1996) points out, when a team becomes interactionally relevant it creates an in-group and an out-group. in this case, the rest of the staff are talked into being as the out group who are oriented to as unknowing participants and who sequentially disalign with the assistant director and director. they either do not speak during the interaction, or if they do speak this either does not display knowledge, or their attempts to co-author a display of knowledge with the knowing participants is interrupted, or through the sequential properties of talk, the speakers are oriented to as having secondary rather than primary rights to participate in the emerging description of what is going on in head office, or they disalign with the occasioned management team through the use of humour which reframes the interaction as lacking seriousness. in conclusion, it is argued that these displays of knowledge talk-into-being a form of hierarchy of knowledge with those having the rights to display most knowledge and doing so most authoritatively being able to claim closer association with head office and so being hierarchically further up the corporate ladder. in this way, epistemics can be seen as one way in which the organisation is talked into being (Clifton forthcoming). thus rather than organisation being a structure in which organisational players follow exogenous norms which allow them to perform certain actions and not others, organisation is reconceptualised as a members' achievement which, inter alia, is achieved through members' emic orientation to rights to have and display knowledge (cf. Boden 1994). thus rather than conceptualising norms as extrinsic to the interaction and which are to be followed as judgmental dopes, conversation analysis conceptualises norms as the product of the interactional work of the social actors and so norms in action become observable in the sequential properties of talk which, as Schegloff (1996) observes, are the bedrock of all sociality. norms are thus conceived of as resources for conducting everyday workplace activities but which are reflexively reproduced as external and constraining social facts through those same workplace activities. note: it is beyond the scope (and word limit) of this brief abstract to provide detailed sequential analysis of the transcript of the staff meeting which explicates the doing of norms as a members' accomplishment. Such a detailed analysis will be developed during the presentation.
Comme le soulignent Drew et Heritage (1992), les asymétries dans le savoir font partie intégrante de l'interaction institutionnelle. ainsi, par exemple, en médecine les droits des patients d'avoir, ou d'exprimer leur savoir sont limités. De plus, les chercheurs affirment (voir, par exemple, la collection d'articles dans Stivers et al. 2011), que le savoir déployé dans l'interaction n'a pas ses origines dans la psyché. il est en fait entraîné par les droits d'avoir, et de montrer: le savoir est donc négocié et policé dans l'interaction. Par exemple, il a été observé que les médecins qui accompagnaient leurs enfants à des consultations médicales agissaient comme des parents, plutôt que des médecins, car ils n'affichaient pas des connaissances médicales (Strong, 1979). Une telle recherche suggère donc l'inadéquation des concepts telementalist de la communication de le savoir (par exemple, Shannon et Weaver 1948) selon lequel le savoir est tout simplement transféré d'un expéditeur à un destinataire dans un environnement asocial. en fait, comme Stivers et al. (2011: 9) soutiennent, du fait que les acteurs sociaux se tiennent mutuellement " account-able " pour l'expression de leurs droits et obligations à l'égard du savoir, le domaine épistémique est un domaine géré par les normes-en-action. Par ailleurs, c'est à travers les propriétés séquentielles de l'interaction que les acteurs sociaux affichent leurs orientations emic envers leurs droits épistémiques et celles des autres et c'est à travers les propriétés séquentielles des tours de paroles que des tels droits sont négociés (voir, par exemple, Heritage 2002, raymond et Heritage 2006, Stivers 2005). ainsi, par exemple, en prenant le premier tour de parole dans une séquence l'acteur social affirme sa primauté épistémique puisque s'il le prenait en second il courrait le risque d'être compris comme simple suiveur de la position exprimée dans le première tour de parole. Afin de résister à l'affirmation de la primauté épistémique inhérent au premier tour de parole, un deuxième tour peut être conçu en utilisant par exemple l'accord explicite ou des phrases interrogatives. en utilisant l'analyse conversationnelle comme méthode de recherche, la discussion de cette communication s'ajoute au corpus croissant de recherches sur la dimension normative du savoir pratique. Plus précisément, utilisant des transcrits d'une vraie interaction professionnelle enregistrée pendant une réunion, cette communication a pour objet d'expliquer, en termes significatifs aux membres eux-mêmes, la relation réflexive entre l'organisation séquentielle des tours de paroles et des droits épistémiques normatifs. Car, comme dans tout système normatif, les acteurs sociaux se tiennent mutuellement responsables pour le déploiement de leurs droits épistémiques (Stivers et al. 2011, Drew, 1991). Par ailleurs, c'est à travers les propriétés séquentielles des tours de paroles que ces droits sont négociés et que le domaine épistémique est normativement organisé. Ces normes sont considérées d'une perspective ethnométhodologique comme l'action de se rendre " account-able ", plutôt que de suivre les exigences sociétales intériorisées. en outre, la réalisation de ces normes-en-action permet à l'entreprise d'être incarne. Cela se produit du fait que les organisations ne sont pas des systèmes rationnels avec des normes exogènes et prédiscursifs qui déterminent ce que les acteurs sociaux devraient et ne devraient pas faire, ou devrait et ne devrait pas savoir. Plutôt, les organisations sont constituées dans la façon dont les membres de l'organisation utilisent des concepts des normes en tant que ressources pour mener à bien leurs activités quotidiennes au travail (taylor et Van every, 2000). les résultats indiquent la manière dont l'orientation vers les normes épistémiques montre comment l'alignement à un niveau séquentiel entre le directeur et le directeur adjoint rend pertinente une équipe interactionnelle (Kangasharju 1996) au sein de la réunion. Cette équipe, composée du directeur et du directeur adjoint, s'incarne en tant que " knowing participants " qui sont hiérarchiquement plus proche du siège social parce qu'ils ont le droit normatif d'exprimer des connaissances du siège social. Comme Kangasharju (1996) souligne, quand une équipe devient pertinente à l'interaction, cela crée une coterie. Dans ce cas, le reste du personnel devient des " unknowing participants " et ils ne s'alignent pas séquentiellement avec l'équipe formée par le directeur et son adjoint. le reste du personnel, exclu du groupe formé par le directeur et son adjoint, ne parle pas beaucoup pendant l'interaction. De plus, si les personnes parlent cela n'est ni pour montrer des savoirs, ni pour s'aligner avec l'équipe formée par le directeur et son adjoint. elles n'ont jamais la primauté épistémique et sont souvent interrompues.en conclusion, il est soutenu que ces manifestations du savoir incarnent une forme de hiérarchie des savoirs, ceux ayant le droit d'exprimer le plus de savoir prétendant à une association plus étroite avec le siège social et donc prétendant aussi d'avoir une place supérieure dans la hiérarchie de l'entreprise. De cette façon, la négociation des normes épistémiques peut être vue comme un moyen par lequel l'organisation est incarne (à paraître Clifton). ainsi, l'organisation est considérée comme réalisé par les personnes mêmes en raison de leurs orientation, entre autres, vers les droits de montrer leurs savoir (cf. Boden, 1994), plutôt qu'une structure organisationnelle dans laquelle les acteurs sociaux suivent les normes exogènes qui leur permettent d'effectuer certaines actions et pas d'autres. ainsi, plutôt que de considérer les normes comme extrinsèques à l'interaction et qui sont à suivre comme un " judgemental dope ", l'analyse conversationnelle considère les normes comme le produit du travail interactionnel des acteurs sociaux. ainsi les normes-en-action deviennent observables dans les propriétés séquentielles des tours de paroles qui sont le fondement de toute socialité (Schegloff 1996). les normes sont donc conçues comme des moyens pour réaliser des activités de travail quotidiennes. note: il est au-delà de la portée (et de limite de mots) de ce propos de communication de présenter une analyse séquentielle détaillée de la transcription de la réunion, qui caractérise la réalisation de normes comme l'accomplissement des membres. Une telle analyse détaillée sera élaborée lors de la communication même.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00840409 , version 1 (02-07-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840409 , version 1

Citer

Jonathan Clifton. Normes-en-action. la négociation des droits épistémiques dans des réunions des équipes. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. ⟨hal-00840409⟩

Collections

GERIICO UNIV-LILLE
86 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More