Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

La Commission européenne et l’enseignement supérieur. La néolibéralisation du discours comme ressort de pouvoir ?

Résumé : Cet article retrace l’évolution de la stratégie discursive de la Commission européenne en matière d’enseignement supérieur, en cherchant à expliquer si et comment un discours néo-libéralisé lui a permis de prendre le pouvoir dans un secteur où elle est dépourvue de compétences claires. L’article analyse le lien initial entre enseignement supérieur et marché, puis la façon dont ce lien s’est façonné au gré de la configuration institutionnelle et du travail politique des acteurs, pour arriver à la situation actuelle d’un discours assez clairement néo-libéralisé, qui ne permet néanmoins pas une prise de pouvoir aussi unilatérale qu’on l’entend parfois : la Commission doit composer avec l’institutionnalisation d’un dispositif de coordination intergouvernemental à la marge de l’Union européenne, le processus de Bologne, dont le positionnement idéologique est légèrement différent (c’est-à-dire moins orienté autour d’une logique de compétition et de marché), et au sein duquel on a pu voir se développer une identité et une culture de travail propres.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille.fr/hal-02500668
Contributeur : Lilloa Université de Lille <>
Soumis le : vendredi 6 mars 2020 - 11:38:19
Dernière modification le : samedi 7 mars 2020 - 01:38:49

Identifiants

Collections

Citation

Pauline Ravinet. La Commission européenne et l’enseignement supérieur. La néolibéralisation du discours comme ressort de pouvoir ?. Gouvernement et Action Publique, 2014, Gouvernement et Action Publique, 2 (2), pp.81-102. ⟨10.3917/gap.142.0081⟩. ⟨hal-02500668⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

13